Football Algérien

S’exprimant pour la première fois depuis son départ du Mouloudia – Benzarti : « Après la défaite en Coupe d’Algérie, j’ai pris la décision de partir »

Alors qu’il avait pris la décision de quitter le navire après l’élimination du MCA en Coupe d’Algérie par la formation de Magra, Faouzi Benzarti a opté pour le silence radio, laissant le soin à son adjoint, RadouanFalhi, de défendre ses positions. Mais voilà, Benzarti a fini par prendre la décision de rompre le silence sur une chaîne tunisienne, pour revenir sur les raisons de son divorce avec les Vert et Rouge qui fait encore débat : « Il faut savoir qu’après cette défaite en Coupe d’Algérie contre Magra, j’ai pris la décision de partir et je l’ai fait savoir au président du club, qui a d’ailleurs tout fait pour me garder. Mais ma décision était prise après cet échec », lancera le coach le plus titré du continent, qui vient de rejoindre les rangs de l’Etoile du Sahel pour la sixième fois de sa carrière.

« Je remercie le président Hadj Redjem d’avoir été très compréhensif »

« Je voulais vivre une expérience dans le championnat algérien après avoir exercé en Tunisie, au Maroc et en Libye. J’ai été mis dans de bonnes conditions pour faire mon travail. Je remercie le président du MCA Hadj Redjem qui a été très compréhensif. Je souhaite bonne chance à ce grand club qu’est le Mouloudia d’Alger », a-t-il expliqué.

« Je n’ai jamais interdit ni à Chaâl ni à tout autre joueur de faire sa prière »

Revenant sur l’affaire du gardien de but Farid Chaâl, le technicien tunisien révèle : « Je n’ai pas voulu alimenter cette polémique qui a pris des proportions énormes. Je préfère le silence radio car je ne veux pas répondre à des mensonges. Je tiens à préciser que de toute ma carrière, je n’ai jamais interdit ni à Chaâl ni à tout autre joueur de faire sa prière ou de faire carême. On veut m’imputer des accusations qui n’ont aucun sens », a-t-il martelé.

« Chaâl n’avait pas le droit de quitter l’hôtel »

Mais ce qui choque le plus les amateurs de la balle ronde, c’est le fait que Benzarti affirme qu’il n’a pas rencontré Chaâl durant les 48h qui avaient précédé le match contre la JSS, alors qu’il avait dirigé toutes les séances d’entraînement avec l’intention de faire jouer son capitaine d’équipe. « Je ne comprends pas tout cet acharnement médiatique, alors que Chaâl n’avait pas le droit de quitter l’hôtel le jour du match contre la Saoura. J’ai donné des consignes dans ce sens, avec cette interdiction de quitter le lieu du regroupement. Mais Chaâl a pris la décision de sortir sans en aviser personne, et cela est impardonnable car la discipline de groupe passe avant toute chose. Aussitôt, j’ai pris la décision de mettre Chaâl à l’écart. D’ailleurs, je précise que je n’ai pas rencontré le joueur lors des deux jours qui oavaient précédé la rencontre de championnat ».

Propos recueillis par N.L.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page