Omnisport

ROLAND-GARROS 2023  iga swiatek passe en finale après sa victoire sur beatriz haddad maia (6-2, 7-6)

Grande favorite de sa demi-finale à Roland-Garros jeudi, Iga Swiatek a assumé. Désormais assurée de rester numéro 1 mondiale après le tournoi, la tenante du titre l’a emporté en deux sets (6-2, 7-6) face à la coriace Brésilienne Beatriz Haddad Maia, 12e à la WTA.

La Polonaise disputera sa 3e finale Porte d’Auteuil et visera un 3e titre, le 4e en Grand Chelem, contre la Tchèque Karolina Muchova.
Iga Swiatek retourne en finale. La tenante du titre de Roland-Garros a remporté sa demi-finale en deux sets 6-2, 7-6 (7) et 2h11 de jeu face à la Brésilienne Beatriz Haddad Maia. C’est la troisième fois que la Polonaise atteint la finale Porte d’Auteuil. Mais la numéro 1 mondiale aura été bousculée dans la deuxième manche, sauvant notamment une balle d’un set partout dans le tie-break. Swiatek défendra son titre ce samedi face à Karolina Muchova, victorieuse d’Aryna Sabalenka dans l’autre demi-finale.
C’est la première fois depuis 2018 et Simona Halep qu’une joueuse réussit à atteindre la finale de Roland-Garros deux années de suite. Qui d’autre que Swiatek aurait pu réussir cette performance ? Ultra-favorite avant le début de la quinzaine, la numéro 1 mondiale s’est baladée jusqu’au dernier carré, ne concédant que 15 jeux en cinq matches. Face à Haddad Maia en demi-finale, la Polonaise en a laissé filer huit, preuve de l’obstacle qu’a constitué la tête de série numéro 14 dans cette rencontre.

MÊME BOUSCULÉE, SWIATEK A TENU
Si Swiatek a concédé un break dès le premier jeu de la rencontre, la tenante du titre a su débreaker dans la foulée pour ensuite dérouler et s’imposer 6-2 en quarante minutes. La Polonaise a notamment été d’une efficacité redoutable en convertissant quatre balles de break sur quatre dont trois dans la première manche. Malgré tout, très tôt dans la rencontre, Swiatek a connu des difficultés face à la gauchère brésilienne en se heurtant à son coup droit, là où d’habitude elle vise le revers de son adversaire.
Habituée à perdre le premier set avant de l’emporter, comme lors de ses trois derniers matches avant la demi-finale, Haddad Maia est restée fidèle à sa réputation, s’accrochant tout au long du second set. Mais la native de São Paulo n’a pas su convertir ses nombreuses opportunités de revenir dans la rencontre. Si elle a réussi à breaker à nouveau la numéro 1 mondiale à 1-1 en début de seconde manche, elle n’a réussi à convertir que deux balles de break sur sept sur toute la rencontre. Haddad Maia s’est même offert trois balles de 5-4 sur le service de son adversaire et une balle pour recoller à un set partout mais Swiatek a réussi, à chaque fois, à écarter le danger en augmentant d’intensité.
Poussée pour la première fois de la quinzaine en plus de deux heures de match, la tenante du titre a eu l’occasion de montrer une autre facette de son jeu. Malmenée et dos au mur dans le second set jusqu’au tie-break, Iga Swiatek a su démontrer sa capacité à défendre et à accélérer au moment décisif. Face à la tenace brésilienne, la numéro 1 mondiale s’est offerte un bon test avant d’essayer d’aller décrocher une troisième couronne Porte d’Auteuil, la quatrième en Grand Chelem.

DEMI-FINALES DAMES | ET ARYNA SABALENKA S’EST ÉCROULÉE : « JE N’ÉTAIS PLUS LÀ… »
Fin de parcours et des rêves de doublé Melbourne – Paris pour Aryna Sabalenka. La Biélorusse est tombée face à Karolina Muchova après un match absolument formidable, mais qui va lui laisser de gros regrets : elle a mené 5-2 dans le set décisif et a même obtenu une balle de match. Puis tout lui a échappé au pire moment. Elle avait fait le plus dur. Malmenée pendant toute la première moitié de cette demi-finale par Karolina Muchova, menée 7-6, 2-0, Aryna Sabalenka avait réussi à faire tourner la rencontre au point d’obtenir une balle de match à 5-2 dans la dernière manche, face à une adversaire physiquement mal en point. Puis tout lui a échappé. Ce point, ce jeu, son service, le contrôle de la rencontre et tout le reste. Voilà comment la numéro 2 mondiale a laissé filer une finale qui avait fini par lui tendre les bras.

Que s’est-il passé pour que la Biélorusse perde les cinq derniers jeux de ce match ? Un écroulement final presque incompréhensible. Pour elle, c’est à 5-3, au moment de conclure sur sa mise en jeu, qu’elle a perdu le fil pour de bon. « Je servais pour le match et le fait de le perdre, ça l’a relancée, elle a commencé à jouer à nouveau de façon beaucoup plus agressive. Moi, j’ai perdu mon rythme. Je n’étais plus là… », a résumé Sabalenka. En dépit de la différence de statut des deux joueuses, et même si la présence de Muchova dans le dernier carré constituait une surprise, la lauréate de l’Open d’Australie ne s’attendait pas à une partie de plaisir jeudi. Si elle a perdu, ce n’est pas pour un excès de confiance ou une insuffisance de méfiance. « Karolina était peut-être en dehors des radars parmi les favorites, mais elle est toujours capable de jouer du très grand tennis, a-t-elle rappelé. Elle est capable de frapper fort, de délivrer des amorties, de venir au filet, donc c’est compliqué de construire un point contre elle. Aujourd’hui, elle a super bien joué. »

EMOTIONNELLEMENT, JE ME SENTAIS TRÈS BIEN AUJOURD’HUI
La Biélorusse a donc manqué une opportunité en or de disputer une deuxième finale majeure consécutive. C’est aussi la première place mondiale qui s’est évaporée, au moins pour le moment. Iga Swiatek n’ayant pas trébuché pas contre Beatriz Haddad Maia dans a seconde demi-finale du jour, la Polonaise est assurée de rester au pouvoir après Roland-Garros, même si elle sera plus que jamais sous la menace.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page