Omnisport

24h du Mans – Ferrari truste la première ligne

Ferrari a verrouillé la première ligne des 24 Heures du Mans dont le départ est prévu cet après-midi à 16 heures.

Ferrari hors de portée sur un tour …
Antonio Fuoco avec la voiture numéro 50 a dominé la séance Hyper pole qui réunissait les huit voitures les plus rapides des qualifications, en réalisant un meilleur temps de 3m22.982s au volant de la 499P qu’il partage avec Miguel Molina et Nicklas Nielsen. Les deux Ferrari LMH se sont rapidement hissées en tête de la feuille des temps, Alessandro Pier Guidi prenant d’abord les devants avec un temps de 3m23.987s dans la voiture N°51, devant Fuoco dans la voiture N°50. Pier Guidi a ensuite amélioré son temps en réalisant un 3m23.478s, mais ce tour a été annulé en raison d’une violation des limites de piste. Fuoco a alors relevé le défi en signant le premier temps sous les 3m23s de la semaine, reléguant son coéquipier à 0.773s malgré un ralentissement causé par une Ferrari GTE Am à la sortie d’Indianapolis. Ce temps est resté la référence lorsque la séance a été interrompue par un drapeau rouge à cinq minutes de la fin, suite à un incendie spectaculaire sur la Cadillac du pilote Sébastien Bourdais, arrêtée à la première chicane. Bourdais a pu s’échapper indemne de la Cadillac V.Series-R enflammée, après avoir réalisé le troisième meilleur temps en 3m24.908s, bien que ce tour ait été annulé en raison de l’interruption provoquée par sa voiture en feu. Cadillac a par la suite annoncé que l’incendie était dû à un « tuyau de carburant haute pression éclaté ».

Toyota dans le sillage des Ferrari …
Lorsque la séance a repris, les deux Toyota ont amélioré leurs temps, mais ni Kamui Kobayashi ni Brendon Hartley n’ont pu réellement menacer les Ferrari. Ainsi, une Ferrari partira en pole position pour les 24 Heures du Mans pour la première fois depuis 50 ans. Kobayashi s’est brièvement hissé au troisième rang avec la GR010 HYBRID N°7 en 3m24.267s, mais son tour a été annulé en raison d’une infraction aux limites de piste, laissant Hartley à la troisième place en 3m24.451s, avec un retard de 1.469s sur le meilleur temps. Le pilote Porsche Felipe Nasr s’est classé quatrième à l’issue de la séance, avec un seul tour chronométré en 3m24.531s, ayant passé la majeure partie de la séance dans les stands sans réaliser de temps avant le drapeau rouge. La Toyota N°7 a fini cinquième grâce au deuxième meilleur temps de Kobayashi, suivie par la Cadillac N°2 d’Earl Bamber et la Porsche N°5 de Frederic Makowiecki. Bourdais a été crédité de la huitième place sur la base du deuxième meilleur temps qu’il avait réalisé.

Oreca en LMP2 … et Corvette en GTE Am
La pole position en LMP2 revient à l’ORECA de IDEC Sport pilotée par Paul-Loup Chatin, qui a survécu à un dernier défi du pilote JOTA, Pietro Fittipaldi. Chatin a réalisé le meilleur temps de référence en 3m32.923s avant le drapeau rouge, tandis que l’effort de dernière minute de Fittipaldi après la reprise de la séance a échoué de peu, à un peu plus d’un dixième de seconde. L’amélioration tardive de Fittipaldi a relégué l’ORECA de WRT pilotée par Louis Deletraz à la troisième place, devant la voiture de COOL Racing de Reshad de Gerus et l’entrée de Prema Racing pilotée par le pilote d’usine Lamborghini, Mirko Bortolotti. Corvette Racing a décroché la pole position en GTE Am grâce au pilote Ben Keating. C’est Keating qui a établi le rythme dès le départ avec un temps de 3m53.589s, que le Texan a ensuite amélioré à 3m52.376s après le drapeau rouge. Cela place la Corvette C8.R officielle en solo avec une avance confortable de 1,5 seconde sur son rival le plus proche, le pilote omanais Ahmad Al Harthy au volant de l’Aston Martin Vantage GTE de l’équipe ORT by TF.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page