Omnisport

La F1 et les Etats-Unis : qui a accueilli le plus de fois le Cirque ?

Formule 1

Le week-end, nous courons dans la capitale du Nevada : il y a 11 circuits qui ont accueilli au moins une fois un GP de F1 aux Etats-Unis. Voici un classement basé sur la fréquentation, en rappelant également les champions comme Senna et Schumacher , capables de laisser leur marque en Amérique.

Les Etats-Unis et la F1
Voici à nouveau les Etats-Unis : pour la troisième fois cette saison, la F1 revient dans une ville aux « étoiles et rayures ». Las Vegas suit Miami et Austin dans l’ordre chronologique, accueillant le Cirque, 41 ans après la dernière fois. Si vous regardez l’histoire de ce championnat, il y a 11 pistes qui ont accueilli les voitures les plus célèbres dans des GP de différents noms : en plus des lieux déjà cités, voici Long Beach, Watkins Glen, Detroit, Dallas, Riverside, Sebring, Phénix et Indianapolis. Mais lequel de ces titres détient le record de fréquentation ?

Sebring
Sebring, en Floride, a eu l’honneur d’être le site du premier GP américain de F1. La piste, longue de 8,368 Km, accueillit sa seule course de F1 le 12 décembre 1959. Une étape non anodine car c’était la dernière de la saison et décisive dans l’optique du Championnat du monde : le titre revient à Jack Brabham, quatrième après avoir poussé sa Cooper tombée en panne d’essence jusqu’à la ligne d’arrivée. Bruce McLaren remporte cependant son premier succès en carrière, précédant de peu Maurice Trintignant. La Ferrari de Tony Brooks est troisième.

Riverside
Riverside n’a accueilli qu’une seule fois le GP de F1 des Etats-Unis, le 20 novembre 1960. La piste californienne, longue de 5,271 Km, se caractérisait par la présence d’une très longue ligne droite avant le grand virage final. La course a été remportée par Stirling Moss, au volant de Lotus. Derrière le Britannique se trouvait son coéquipier Innes Ireland, tandis que la troisième place revenait à Bruce McLaren dans la Cooper.

Dallas
Une seule présence en F1 également pour Dallas. La ville du Texas a accueilli le GP de F1 des Etats-Unis un 8 juillet 1984 torride. Le circuit de 3,901 Km sacre Keke Rosberg, devant René Arnoux et Elio De Angelis. Dans la mémoire collective des passionnés, Nigel Mansell se démarque pourtant. Le pilote britannique de Lotus a signé la pole position, mais a dû faire face à une course pleine d’imprévus. Deux contacts avec les barrières dont le deuxième a stoppé sa voiture à quelques mètres de la ligne d’arrivée. Nigel n’a pas abandonné et a poussé la voiture à la main jusqu’à ce qu’il s’évanouisse à cause de la chaleur. Il termine néanmoins sixième.

Las Vegas
Pour Las Vegas, l’évènement 2023 est un retour à la F1. Il y a déjà deux apparitions au calendrier en 1981/82. Dans les deux cas, le titre y a été décerné. Dans le premier cas, la chute de Carlos Reutemann était célèbre, due à des problèmes physiques et à un réglage imparfait de la Williams. Nelson Piquet en a profité pour terminer cinquième et marquer les points nécessaires pour vaincre son rival d’un point, 50 à 49. La victoire est revenue à Alan Jones. L’année suivante, cependant, Michele Alboreto a triomphé, tandis que Keke Rosberg a défendu avec succès son leadership en remportant le Championnat du monde.

Miami
Miami a récemment été incluse dans le calendrier de la F1, devenant ainsi le siège du GP du même nom, avec deux apparitions pour l’instant. En 2022, les débuts ont vu le succès de Max Verstappen au volant de Red Bull. Le Néerlandais a réussi à vaincre la résistance de la Ferrari de Charles Leclerc dans les derniers tours. Même vainqueur en 2023, mais cette fois avec plus de difficultés. Parti de la neuvième place, Verstappen a riposté avec fureur jusqu’à dépasser son équipier Sergio Pérez qui avait initialement signé la pole position.

Phoenix
La F1 s’est arrêtée à trois reprises à Phoenix sur un circuit urbain long de 3,798 Km. La première course remonte à 1989 : Alain Prost s’impose sur McLaren. Le Français a exploité les problèmes techniques de la voiture sœur d’Ayrton Senna, contraint à l’abandon. Le Brésilien a pris sa revanche au cours des deux années suivantes, à partir de 1990. A cette occasion, Senna a dû travailler dur pour battre le surprenant Jean Alesi sur Tyrrell. La tâche est plus facile la saison suivante : la McLaren d’Ayrton précède la Ferrari de Prost, tandis que Nelson Piquet, sur Benetton, termine troisième.

Détroit
Détroit a fait sept apparitions au total en F1. La piste de 4,023 Km a fait ses débuts sous le nom de GP de l’Est des États-Unis en 1982 : victoire de John Watson sur une McLaren. Mais au cours des deux années suivantes, Michele Alboreto et Nelson Piquet ont triomphé. Puis le passage au nom de GP des Etats-Unis en 1985. A cette occasion, la Williams de Keke Rosberg a gagné, tandis que dans les trois saisons suivantes, Ayrton Senna a dominé. Ses succès en 1986, au volant de Lotus, et en 1988, en tant que pilote McLaren, furent faciles. Au milieu cependant, une victoire durement gagnée qui est également venue grâce aux crampes qui ont frappé Nigel Mansell à la fin.

Long Beach
Pendant huit années consécutives, de 1976 à 1983, Long Beach a été le siège de la F1 et le site du GP de l’Ouest des Etats-Unis. Le premier vainqueur sur le circuit californien fut Clay Regazzoni au volant d’une Ferrari. Ici encore, quatre ans plus tard, le Suisse a eu un grave accident qui l’a rendu paraplégique. En 1977, Mario Andretti s’est imposé sur Lotus, mais Ferrari est revenue en force les deux années suivantes grâce à Carlos Reutemann et Gilles Villeneuve. Puis ce fut au tour des marques anglaises de dominer, passant de la Brabham de Nelson Piquet en 1980 à la Williams pilotée par Alan Jones en 1981. Enfin, ces deux dernières années, la McLaren double, s’imposant grâce à Niki Lauda et John Watson.

Indianapolis
Après le NASCAR et l’IndyCar, le site d’Indianapolis a également accueilli la F1 entre 2000 et 2007. Huit éditions se sont déroulées sur un tracé entièrement repensé, à l’exception des virages 12 et 13 et de la dernière ligne droite. Le tableau d’honneur exalte Ferrari : Michael Schumacher a remporté la première course en 2000, et l’a répété consécutivement de 2003 à 2006. Au milieu se trouvait la victoire de son coéquipier Rubens Barrichello en 2002. L’édition 2005 a été controversée : seules les six voitures avec les pneus Bridgestone ont pris le départ, tandis que Michelin a suggéré de ne pas courir. Deux victoires pour McLaren à Indianapolis. Dans les deux cas, il s’agissait de succès emblématiques : en 2001, Mika Häkkinen marquait le dernier succès de sa carrière, tandis que, six ans plus tard, Lewis Hamilton s’imposait pour la première fois.

Austin
Le siège officiel du GP des Etats-Unis est actuellement Austin depuis 2012 et compte 11 apparitions. La première course a couronné Lewis Hamilton, avec sa dernière victoire en tant qu’homme McLaren. Le Britannique reste toujours le pilote avec le plus de succès sur cette piste, avec cinq. Avec Mercedes, il a dominé de 2014 à 2017. Entre-temps, en 2013, Sebastian Vettel s’est imposé au volant de Red Bull. De 2018 à 2019, Austin sourit pourtant aux pilotes finlandais : c’est d’abord au tour de Kimi Räikkönen de s’imposer sur la Ferrari, imité l’année suivante par Valtteri Bottas avec la Mercedes. Le roi du Texas est actuellement Max Verstappen. Le Néerlandais a gagné ces trois dernières années. Des succès toujours obtenus avec des retours étonnants.

Watkins Glen
Le circuit américain avec le plus d’apparitions en F1, 20, est Watkins Glen. Le circuit, situé dans l’Etat de New York, a fait ses débuts en 1961 et a accueilli le Grand Prix national jusqu’en 1975, année du triomphe de Niki Lauda sur Ferrari. Huit des 15 courses du GP des Etats-Unis ont été remportées par un pilote Lotus, comme ce fut le cas avec le premier vainqueur à Watkins Glen, Innes Ireland. Les rois de ce circuit restent Graham Hill et Jim Clark, avec tous deux trois succès. Entre 1976 et 1980, à l’exception de 1981, Watkins Glen a accueilli le GP de l’Est des Etats-Unis. Le pilote le plus titré de cette période était James Hunt avec deux sceaux. Ferrari a également remporté deux victoires, partagées à parts égales entre Carlos Reutemann et Gilles Villeneuve en 1978 et 1979.

Amayas LAAZIB

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page