MOTOSPORTS

Enquête de la FIA sur Toto et Susie Wolff

Sur fond de conflit d’intérêts

Une contestation, non précisée par la Fédération mais par un site spécialisé, porterait sur le présumé échange d’informations entre un directeur d’équipe et son épouse, responsable du projet Academy.

Toto Wolff et son épouse, Susie Stoddart plus connue sous le nom de Susie Wolff, font l’objet d’une enquête de la part de la Fédération Internationale de l’Automobile. La suspicion, signalée par d’autres équipes, est un conflit d’intérêts, tel que révélé par le magazine Business F1. Susie Wolff est la directrice de la F1 Academy, un championnat féminin de la FOM (non affilié à la FIA), pour lequel elle rend compte à Stefano Domenicali. Cette dirigeante aurait ainsi accès à des informations qu’elle aurait, soupçonne-t-on, transmises à son mari, qui n’est autre que le directeur d’équipe de Mercedes. Hier, la FIA avait publié un communiqué assez énigmatique de quelques lignes, évoquant une enquête sur un directeur d’équipe, sans mentionner les époux Wolff. « La FIA est au courant des spéculations des médias concernant l’accusation de transmission d’informations confidentielles au responsable d’une équipe de F1 par un membre du personnel de la FOM. Le département examine la question ».

Réaction de la F1
Une déclaration qui a suscité des réactions inévitables, de la part de Mercedes, de Susie Wolff et de la FOM (Formula One Management NDLR) elle-même. Voici ce que déclare la F1, de manière plutôt ferme : « Nous prenons acte de la déclaration publique de la FIA, non partagée avec nous à l’avance – indique un communiqué – nous avons une entière confiance que les accusations sont infondées et disposons de processus et procédures solides garantissant la séparation des informations et des responsabilités en cas de conflit d’intérêts potentiel. Nous sommes confiants qu’aucun membre de notre équipe n’est responsable de la divulgation non autorisée d’informations à un directeur d’équipe et nous mettons en garde contre toute accusation imprudente et sérieuse sans fondement ».

La réplique de Mercedes
Mercedes a rejeté toutes les accusations, déclarant n’avoir reçu aucune communication formelle du département d’enquête de la FIA sur cette affaire : « Nous prenons note de la déclaration générale de la FIA, répondant à des accusations infondées d’un seul média, ainsi que du briefing officieux qui l’a reliée au directeur d’équipe de Mercedes-AMG F1 – précise le communiqué de Mercedes – L’équipe n’a reçu aucune communication du Département de conformité de la FIA et a été très surprise d’apprendre au sujet de l’enquête par le biais d’une déclaration des médias. Nous rejetons complètement les accusations contenues dans la déclaration et sa couverture médiatique et qui portent atteinte à l’intégrité et à la justesse de notre directeur d’équipe. Nous invitons le Département de conformité de la FIA à une correspondance complète, opportune et transparente sur cette enquête et son contenu ».

La réplique de Susie
Susie Wolff a déclaré être « profondément offensée mais malheureusement pas surprise par les accusations publiques. C’est décourageant que mon intégrité soit remise en question de cette manière, surtout lorsque cela semble être associé à un comportement intimidant et misogyne et focalisé sur mon état civil plutôt que sur mes compétences. Tout au long de ma carrière dans le sport automobile, j’ai rencontré et surmonté de nombreux obstacles et je refuse de laisser ces accusations infondées ternir mon dévouement et ma passion pour la F1 Academy. En tant que femme dans ce sport, j’ai fait face à ma juste part de défis, mais mon engagement à briser les barrières et à ouvrir la voie au succès des générations futures reste inébranlable. Dans les termes les plus forts, je rejette ces accusations ». Cette controverse risque de mettre en lumière les enjeux de transparence et d’éthique dans le sport automobile, mettant en évidence la délicate frontière entre les relations professionnelles et personnelles au sein de ce milieu très concurrentiel. La réaction véhémente des parties concernées souligne l’importance cruciale de la vérification des faits et de la transparence dans de telles enquêtes, afin de préserver l’intégrité du sport et des acteurs impliqués.

Adel CHOUKRI

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page