Arts martiauxOmnisport

3e sacre mondial pour Wail Chérif Mammeri

Coupe du monde de kick boxing et muay thaï à Antalya (Turquie)

Le boxeur algérien Wail Chérif Mammeri (+91 kg) a été sacré champion du monde de Muay-thaï en s’adjugeant la médaille d’or en Coupe du monde de kick boxing, muay thaï et disciplines assimilées, qui se déroule actuellement à Antalya, en Turquie. Son compatriote Abdelmoumène Basta (-60 kg) a, quant à lui, décroché la médaille de bronze. La élection algérienne qui prend part à cette Coupe du monde est encadrée par Rabah Zeghraba.

Par B. Sadek

Le boxeur algérien Wail Chérif Mammeri, un athlète en constante progression, avait déjà été champion du monde à deux reprises. Son premier titre mondial en boxeThai, il l’avait décroché aux Émirats Arabes Unis, en battant un adversaire Ouzbek. Wail Chérif Mammeri récidive l’année suivante de manière éclatante en Thaïlande où il engrange son deuxième titre mondial, s’inscrivant ainsi dans l’histoire de ce sport en Algérie comme le premier champion du monde algérien de Muay-thaï à décrocher ce titre deux fois de suite. Pourtant, c’était loin d’être aisé pour un athlète de cette discipline d’accéder à cette prestigieuse compétition mondiale où les combattants les plus chevronnés de muay-thaï au monde se retrouvent à Bangkok, pour des duels de haut niveau.

Chaque année, lors de ce prestigieux événement de Bangkok, des athlètes de tous horizons y font étalage de leurs capacités techniques, leur endurance et leur esprit combatif. Cette fois, notre champion, n’a pas dérogé à la règle et décroche son troisième titre mondial, à l’occasion de cette Coupe du monde d’Antalya (Turquie). Contacté à l’issue de ce sacre, Samir Oubahloul, l’entraîneur et formateur de Wail Chérif Mammeri au sein du club Ennour d’Oran, nous dira à chaud : «Wail est notre fierté. On n’a à aucun moment douté des capacités de notre champion, qui s’est comporté de fort belle manière. C’est tout simplement un battant qui ne recule devant rien.

Son caractère et sa grande détermination sont sa force. Félicitations à Wail, ainsi qu’aux autres athlètes nationaux ayant participé à cette Coupe du monde. Les bons résultats de Wail ne sont que le fruit d’un énorme travail et on ne baissera pas les bras, pour aller de l’avant. Nous disposons aussi de bons athlètes qui réalisent de bonnes choses au niveau national. Wail est aujourd’hui un athlète de haut niveau, juste âgé de 22 ans et nécessitant une bonne prise en charge, des préparations à l’étranger et des moyens adéquat car c’est un athlète de qualité, capable d’engranger des médailles pour le pays. Les autorités locales et même les instances sportives nationales doivent se pencher sur ce grand espoir national».

Pour nos lecteurs, Wail Chérif Mammeri a débuté la pratique de cette discipline en 2008, à Biskra. Il a la chance d’avoir eu, tout au long de son parcours sportif, de bons entraîneurs dont son coach actuel entraineur, Samir Oubahloul, du Club Ennour Oran, avec lequel il a énormément progressé et qui l’a propulsé vers les sommets. Il est détenteur de six titres nationaux, d’une Coupe d’Algérie et enregistre son troisième titre mondial. Et il est important de le souligner, Wail est fortement soutenu par son père. Nous reviendrons plus en détail sur cet évènement sportif dès le retour au pays de notre triple champion du monde et de la sélection nationale, prévu lundi prochain 08 octobre.

Il convient de rappeler que le muay-thaï « boxe du peuple thaï », boxe thaïlandaise ou encore boxe thaï, est un art martial et un sport de combat, classé en Occident parmi les boxes pieds-poings. Elle est surnommée « l’art des huit membres » en référence aux huit parties utilisées des bras et des jambes. Les pratiquants sont appelés nak muays. Le muay-thaï trouve son origine dans des pratiques martiales ancestrales, notamment dans le muay boran (boxe traditionnelle) et le krabi krabong (pratique avec les armes). Elle est la plus populaire des boxes du Sud-Est asiatique (boxe birmane, boxe khmère, boxe laotienne, boxe vietnamienne, boxe chinoise) et doit sa popularité au fait qu’elle est une discipline nationale professionnalisée. Sa pratique permet à de nombreux sportifs (même très jeunes), entraîneurs, managers et promoteurs, d’en vivre. Elle représente un marché lucratif en Thaïlande générant autour d’elle une économie non négligeable. Comme les boxes apparentés, elle a la réputation d’être une pratique de combat particulièrement virile et on lui reproche, par erreur, de répandre l’idée selon laquelle « tous les coups sont permis ».

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page