AthlétismeOmnisport

Le record du 1500m battu par une Kenyéenne

La reine Faith Kipyegon

La Kenyane Faith Kipyegon a battu, vendredi à Florence, le record du monde du 1 500 m avec un chrono de 3’49″11 lors du meeting de la Ligue de diamant.

En quête du record du monde du 1 500 m, détenu depuis juillet 2015 par Genzebe Didaba (3’50″07), Faith Kipyegon a réussi à faire tomber la marque de l’Ethiopienne en réalisant 3’49″11, vendredi à Florence, lors du meeting de la Ligue de diamant. La Kenyane, double championne olympique et double championne du monde, a réalisé une course parfaite, loin devant la Britannique Laura Muir (3’57″09) et l’Australienne Jessica Hull (3’57″29).

« Je voulais faire une très belle course, et voir si c’était possible d’aller chercher ce record du monde. Et oui, c’était possible. »
« Je voulais faire une très belle course, et voir si c’était possible d’aller chercher ce record du monde. Et oui, c’était possible, a raconté Kipyegon en éclatant de rire. J’ai laissé les lumières de guidage derrière moi ! J’ai cherché à bien contrôler ma course, d’abord derrière les meneuses d’allure, de rester patiente comme me l’avait demandé mon coach Patrick Sang. Je savais que je m’étais bien entraînée. Je pense qu’il y a encore de choses à faire, je me sens capable d’aller encore plus vite. La saison est encore longue ! »

Un record partagé avec ses adversaires
En août à Monaco, elle s’était déjà rapprochée du record du monde en signant le deuxième chrono de tous les temps en 3’50″37 mais cette fois, elle a réussi son pari. Elle n’avait pas caché son ambition : « Le record est dans mon coeur et dans mon esprit. J’espère que ce sera une année parfaite pour moi. » La soirée florentine l’a comblée.

Sur le premier 400 m, elle a suivi Brooke Feldmeier et Sage Hurta-Klecker en 1’02″37 puis Hurta-Klecker l’a amenée jusqu’au 800 m en 2’04″00. Kipyegon est passée en 3’05″28 après trois tours puis elle a accéléré pour devenir la première femme à faire tomber la barre des 3’50 ». Elle a enfin pu se laisser tomber de joie sur la piste et savourer son exploit. Puis toutes ses adversaires sont venues la féliciter dans un même élan. « On s’entend très bien avec mes adversaires, donc je ne suis pas surprise de leurs félicitations, a indiqué la Kenyane. Je les remercie et ont fait toutes partie de ce record du monde. »

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page