juin 7, 2023
alger
Omnisport

MotoGP : Viegas croit au retour de Suzuki

Jorge Viegas, président de la FIM, estime que Suzuki reviendra en MotoGP à un moment donné après la sortie du constructeur japonais de la discipline à la fin de la saison 2022. Ayant fait son retour en MotoGP à temps plein en 2015 et remporté le championnat avec le pilote espagnol Joan Mir en 2020, Suzuki a annoncé de manière surprenante en cours de saison 2022 qu’il mettrait fin à son engagement à la fin du championnat. Suzuki a cité des raisons financières ainsi que l’évolution des tendances du marché comme raison principale, la sortie de la marque japonaise et son désengagement en tant que constructeur ayant eu des répercussions dans les paddocks. S’exprimant lors de la manche du World Superbike à Assen vendredi passé, Viegas a déclaré qu’il croyait que Suzuki reviendrait un jour en MotoGP considérant qu’ils ne peuvent pas vendre de motos s’ils ne sont pas en compétition. Il s’est dit donc optimiste quant à l’investissement d’autres marques dans les championnats du monde labellisés par la FIM à l’avenir.

La FIM espère réussir à attirer les constructeurs en MotoGP et en WSBK, en commençant par récupérer le constructeur japonais qui a quitté la compétition à la fin de la saison dernière. Viegas dit avoir eu l’occasion de parler personnellement à M. Suzuki au Japon, et il l’avait informé qu’ils allaient investir tout l’argent qu’ils avaient dans un nouveau type de moteur. Par conséquent, Suzuki ne peut que revenir, s’ils veulent continuer à vendre des motos. Le MotoGP a souffert lors des deux années difficiles avec la COVID, mais les choses s’améliorent et de nouveaux constructeurs manifestent leurs volontés de rejoindre la catégorie en dépit de l’énorme investissement que cela requiert. En dessous du MotoGP, les autres catégories supervisées par la FIM ne manquent pas d’intérêt également, le Superbikes se portant bien et l’Endurance World Championship, attirant pour la première fois un constructeur comme Ducati avec l’implication directe de l’usine. Pour y parvenir, la FIM a engagé depuis quelques années des démarches de confection des règlements faits selon les constructeurs et non pas contre eux.

D’autres constructeurs manquant sur la grille voudraient intégrer la discipline reine du deux roues, notamment Kawasaki et BMW, mais il semble que cela soit limité en nombre et qu’il n’est pas possible d’étendre au-delà des cinq marques actuellement sur la grille, à savoir Ducati, Aprilia, KTM, Yamaha et Honda.

Djaffar KHODJA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *