MOTOSPORTS

Triomphe de Rovanperä et domination de Toyota

Le pilote finlandais s’impose sur les redoutables pistes africaines lors d’un week-end parfait pour le constructeur japonais, avec Katsuta en deuxième position. Le podium voit également Fourmaux à la 3e place. De son côté, Neuville avec sa cinquième place prend la tête du classement mondial. En WRC2, Greensmith se distingue, tandis que Garosci et Briani livrent une course épique.

Les équipages inscrits au Safari Rally 2024 ont dû faire face à tous les défis que peut rencontrer une course du WRC, avec quatre journées de compétition d’un autre temps. A la fin, c’est le pilote ayant commis le moins d’erreurs, Kalle Rovanperä, capable de garder son calme dans les moments difficiles, qui l’emporte sur une Toyota GR Yaris Rally1 parfaite. Dommage que le Finlandais ne participe cette année qu’à quelques courses sélectionnées pour aider Toyota à remporter le titre des constructeurs : les capacités pour un troisième titre mondial sont bien là. Pour Gazoo Racing, c’est un doublé, avec Takamoto Katsuta à la deuxième place malgré quelques crevaisons causées par un revêtement désastreux alternant entre boue et pierres. Pour Katsuta, il s’agit du meilleur résultat de sa carrière, égalant la deuxième place obtenue par feu Kenjiro Shinozuka avec la Mitsubishi Lancer Evo I lors du Safari Rally 1994.

Fourmaux, la nouvelle étoile… ou presque

Adrien Fourmaux décroche une troisième place méritée avec la Ford Puma Rally1 M-Sport, qui aurait pu obtenir un meilleur résultat si une crevaison à l’avant gauche dans la spéciale N°13 ne lui avait pas fait perdre un temps précieux et endommagé sa carrosserie. Le Français progresse considérablement et a toutes les chances de remporter des succès partiels lors des prochaines courses. Parlant de crevaisons, le week-end a été maudit pour Elfyn Evans, qui a dû faire face à cinq crevaisons, se contentant ainsi de la quatrième place finale. Pour l’Anglais de Toyota Gazoo Racing, une saison qui devait le conduire vers son premier titre mondial se transforme en cauchemar.

Neuville souffre mais conserve la tête du classement mondial
Peu de sourires également chez Hyundai, avec la cinquième place de Thierry Neuville comme meilleur résultat. Les trois i20 N Rally1 officielles ont rencontré toutes sortes de problèmes : problèmes techniques, crevaisons, pare-brise et carrosseries endommagés, habitacles envahis par la poussière et collisions avec des animaux. Il est miraculeux que toutes aient réussi à atteindre la ligne d’arrivée. Outre Neuville, Ott Tänak termine également dans les points après un accident lors de l’étape de vendredi, suivi d’une remontée rageuse jusqu’à la huitième place finale. Esapekka Lappi, quant à lui, est nettement hors des points après une transmission défaillante lors de la deuxième étape et une collision avec un zèbre samedi. La Hyundai se console avec la brillante performance collective dans la Power Stage finale, remportée par Neuville devant Tänak et Lappi : un triplé qui permet à Neuville de revenir du Kenya en tête du classement WRC avec 6 points d’avance sur Evans. Du côté de M-Sport, beaucoup de regrets pour Grégoire Munster, relégué en arrière après avoir endommagé le différentiel de sa Puma Rally1 hier ; en revanche, Jourdan Serderidis sourit, terminant en neuvième position absolue et marquant des points au passage.

En WRC2, Greensmith brille dans la savane
Dans la catégorie WRC2, les pronostics sont respectés avec la victoire de Gus Greensmith au volant d’une Skoda Fabia RS Rally2 parfaite. Pour l’écurie de Mlada Boleslav, un week-end triomphal, avec un podium complété par Oliver Solberg et Kajetan Kajetanowicz. Le Polonais remporte la catégorie WRC2 Challenger, devançant un bon Nicolas Ciamin, auteur d’une performance globalement positive avec la Hyundai i20 N Rally2 sur les pistes kenyanes difficiles. Le Français tentera à nouveau sa chance avec plus de motivation en Croatie, où il disposera d’un moteur mis à jour. Toujours en WRC2 Challenger, troisième place pour Charles Munster, également sur Hyundai. Dans la WRC Masters Cup, avec Miguel Diaz Aboitiz, hors course hier, victoire pour Carl Tundo et sa Ford Fiesta R5, meilleur pilote kényan. Le Grec George Vasilakis se classe deuxième et Akif Virani troisième. Après une série de problèmes techniques, Anwar Hamza remporte seul la catégorie WRC3, terminant derrière les deux compatriotes Riccardo Garosci et Rudy Briani, qui réalisent un Safari Rally épique sans avoir recours au Super Rally. Le WRC ne prend que trois semaines de pause : retour sur le terrain le week-end du 21 avril avec le Rallye de Croatie.

Amayas LAAZIB

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page