Football Algérien

Medouar pour renforcer l’administration ?

La rumeur prend de plus en plus d’ampleur

A l’heure où les supporters exigent du changement pour la suite du parcours, une information circule actuellement concernant la possible arrivée de Medouar pour occuper un poste au sein de l’équipe, sans toutefois qu’il y ait de confirmation pour le moment. On ne peut nier que la gestion de l’administration belouizdadie laisse à désirer, étant donné que beaucoup d’événements et d’affaires ont été étouffées, sans que personne ne sache réellement ce qui se passe au sein de l’équipe, poussant ainsi les supporters à réclamer un changement au sein de l’administration. Depuis avant-hier soir, des rumeurs persistantes laissent entendre qu’un remaniement est imminent au sein de l’équipe dirigeante, avec notamment la possible arrivée de Medouar, ancien président de la LFP, comme nom évoqué. Un choix surprenant, étant donné que les spéculations portaient plutôt sur Serrar ou un éventuel retour d’Allik, mais pas sur Medouar, qui avait disparu des radars depuis son départ de la LFP après le retrait de la convention signée avec la FAF suite à l’élection de Walid Sadi. Sur le papier, le choix peut sembler intéressant, car il s’agit d’un ancien président de club, l’ASO, qui possède une connaissance approfondie du football national et des rouages du milieu. Cependant, il existe des antécédents entre Medouar et les Belouizdadis, ce qui pourrait compliquer sa potentielle intégration au sein du club.

L’affaire des trois points en 2018 est toujours dans les esprits
Pour l’instant, il n’y a aucune confirmation concernant l’intérêt de l’actionnaire majoritaire pour Medouar, mais des voix discordantes se font déjà entendre à propos de ce choix. En effet, la majorité des supporters du Chabab sont contre la nomination de Medouar, se rappelant encore de ses actions en 2018 lors du premier match de la saison. À cette époque, il avait refusé de remettre les licences des joueurs, entraînant une défaite sur tapis vert pour le CRB et mettant l’équipe en danger de relégation en Ligue 2. Cet incident reste gravé dans la mémoire des fans, qui s’interrogent sur les critères qui motivent l’actionnaire majoritaire à envisager l’arrivée de Medouar en particulier.

Amara a les cartes en main
Face à cette situation délicate, le président du groupe Madar, Charaf Eddine Amara semble être le seul à détenir les clés du jeu pour l’instant. Quelle sera sa décision ? Quel sort attend le président actuel, Mehdi Rabehi ? Si l’arrivée de Medouar au CRB se concrétise, il est peu probable qu’il accepte un rôle secondaire. Pour l’heure, toutes ces interrogations restent sans réponse, mais une certitude demeure : c’est le PDG de Madar qui détient actuellement les réponses à ces questions cruciales. Il est à rappeler qu’au début du mois sacré et lors du lancement du tournoi de la presse sportive, Charaf Eddine Amara avait affirmé qu’il suivait de près les événements au sein de l’équipe et avait promis des changements à venir. Il ne reste plus qu’à attendre pour savoir ce qui va se passer et surtout, quand ces changements interviendront.

Akram B.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page