TENNIS : Dopage

  • PDF

Dopage

Roger Federer demande des passeports biologiques

 

En marge du tournoi de Rotterdam, Roger Federer a demandé la mise en place de passeports biologiques similaires à ceux utilisées dans le cyclisme afin de mieux lutter contre le dopage dans le tennis.

 

Roger Federer prend la parole à son tour. En marge du tournoi de Rotterdam, où il défend son titre cette semaine, le Suisse a réitéré des propos en faveur de l'intensification des contrôles sanguins dans le tennis afin de mieux lutter contre le dopage. Il s'est également montré enclin à l'instauration d'un passeport biologique, comme l'avait évoqué Stuart Miller, le responsable du programme antidopage de la Fédération internationale de tennis, il y a quelques semaines. Ce passeport déjà utilisé en cyclisme et en athlétisme est une méthode pour collecter et comparer les données biologiques des sportifs, afin de détecter des variations anormales.

"Un passeport sanguin sera nécessaire car certaines substances peuvent ne pas être découvertes en ce moment", a déclaré Roger Federer en conférence de presse. Mais il devrait également y avoir plus de tests sanguins pendant et en dehors des tournois. Je n'ai pas été testé sur mon sang après l'Open d'Australie ! Et j'ai dit aux personnes responsables là-bas que je trouvais ça très surprenant", a ajouté le joueur de 31 ans qui avait été éliminé en demi-finales par Andy Murray du côté de Melbourne.

 

Seulement 131 contrôles sanguins en 2011

 

En 2011, la Fédération internationale a effectué un total de 131 tests sanguins pendant et hors compétition. Un chiffre insignifiant par rapport aux 2019 tests d'urine pratiqués. "Il devrait aussi y avoir plus de budget pour effectuer tous les tests possibles, et les tournois du Grand Chelem devraient aider à financer ces analyses, a continué Federer. C'est évidemment dans leur intérêt de garder notre sport propre et crédible."

Ces déclarations font écho aux récentes sorties médiatiques de Rafael Nadal, Andy Murray et Novak Djokovic. Le Serbe, numéro un mondial, avait d'ailleurs souligné pendant l'Open d'Australie qu’il n’était pas passé à travers ce genre de procédures depuis "près de six ou sept mois". Nadal de retour à la compétition la semaine dernière au Chili avait lui montré son agacement au sujet des éternelles rumeurs de dopage qui entouraient les tennismen et avait demandé plus de transparence du côté de l'AMA et l'ITF. Les ténors du circuit semblent avoir fait du dopage leur croisade. Les choses pourraient bientôt bouger.

 

Nadal : "Que ceux qui trichent payent!"

 

En marge du tournoi de Vina del Mar au Chili, la semaine dernière, Rafael Nadal s'est exprimé sur la question du dopage en évoquant l'affaire Armstrong. L'Espagnol, qui souhaite que le sport "nettoie son image", a estimé que l'affaire Armstrong avait été "préjudiciable pour le sport en général" et s'est dit en faveur d'une plus grande transparence pour les contrôles antidopage. "Que ceux qui trichent paient pour leurs tricheries! Je crois qu'aujourd'hui, l'essentiel est que le sport nettoie son image et notamment depuis ce qui s'est passé avec Armstrong dans le cyclisme qui a été particulièrement préjudiciable et, par extension, préjudiciable pour le sport en général".

"Que l'on fasse tous les contrôles nécessaires, qu'ils soient publics, pour que les gens qui regardent le sport soient totalement assurés du fait que ceux qui font le sport sont propres", a poursuivi le 5e joueur mondial, qui a retrouvé les courts cette semaine au Chili après sept mois d'absence sur blessures. Egalement interrogé sur l'affaire de dopage sanguin Puerto, en cours de procès à Madrid, le Majorquin a répondu: "Il s'agit d'une situation compliquée mais l'important est d'aller au fond de la question".

 

Il pense déjà aux J.O. de Rio 2016

 

Rafael Nadal ne l'a toujours pas digéré. Contraint de déclarer forfait aux Jeux de Londres-2012 en raison de ses problèmes de genou, le Majorquin, qui devait être le porte-drapeau espagnol, avait paru complètement désemparé après cette annonce en juillet dernier. Lors de la prochaine édition, le taureau de Manacor espère bien pouvoir défendre ses chances. "Mon objectif à long terme est d'être au Brésil en 2016. Je vais travailler dur pour arriver dans de bonnes conditions à ces Jeux Olympiques qui sont susceptibles d'être mes derniers", a déclaré l'Espagnol, en marge du tournoi de Sao Paulo, ou il est aligné en simple et en double la présente semaine.

En 2016, au moment des J.O., l'Espagnol aura 30 ans. On peut donc penser qu'avec ses problèmes physiques à répétition, Nadal ne sera plus sur le circuit pour disputer l'édition de 2020. Et justement, l'Espagnol continue d'émettre des doutes sur ses capacités à revenir au meilleur niveau. "Je ne peux pas connaître l'avenir. Si mon genou le permet, je vais tout faire pour être à mon meilleur niveau", a-t-il lâché en conférence de presse.

 

En double avec Nalbandian

 

Et pour cela Nadal doit continuer à accumuler du temps de jeu sur terre battue. Après avoir disputé huit matches la semaine dernière à Vina Del Mar, et s'être incliné en finale du simple et du double, avec l'Argentin Juan Monaco, l'Espagnol continue sur sa lancée à Sao Paulo en double. Aligné aux côtés de David Nalbandian, le numéro cinq mondial s'est imposé vendredi au premier tour du double face à la paire espagnole Pablo Andujar/Guillermo Garcia-Lopez (6-3, 3-6, 11-9) après avoir sauvé deux balles de match.

Tête de série numéro un en simple, il est dispensé de premier tour et ne fera ses débuts que jeudi sur la terre battue brésilienne, où il affrontera le vainqueur du match entre Ramirez Hidalgo et Souza.

 

 

Tennis en fauteuil roulant

Esther Vergeer se retire après 470 victoires de suite !

 

Esther Vergeer, star du tennis en fauteuil roulant avec 470 victoires consécutives, invaincue depuis dix ans, a annoncé qu'elle arrêtait la compétition. "Un jour très spécial: arrêt officiel du tennis et parution de mon livre", a écrit sur Twitter la Néerlandaise, âgée de 31 ans, qui a remporté quatre médailles d'or en simple et trois en double aux jeux Paralympiques, sans indiquer la raison de cette décision. Esther Vergeer, numéro un mondiale depuis 1999, n'a pas perdu un match en simple depuis janvier 2003. Elle a décroché son premier titre paralympique à Sydney en 2000.

 

Paraplégique depuis l’âge de 8 ans

La Néerlandaise, qui a toujours assuré ne pas viser le record historique de 555 victoires consécutives du joueur de squash pakistanais Jahangir Khan entre 1981 et 1986, avait déclaré que "beaucoup de monde" oubliait qu'elle devait "travailler dur" pour engranger les victoires.

Esther Vergeer est paraplégique depuis un accident médical à l'âge de 8 ans. Elle a débuté le tennis en fauteuil roulant pendant sa rééducation. La Néerlandaise, numéro un mondiale depuis 1999, n'a pas perdu un match en simple depuis janvier 2003. Elle a décroché son premier titre paralympique à Sydney en 2000. Elle a toujours assuré ne pas viser à casser le record historique de 555 victoires consécutives du joueur de squash pakistanais Jahangir Khan entre 1981 et 1986.