TENNIS : Tournoi régional toutes catégories, garçons et filles

  • PDF

Tournoi régional toutes catégories, garçons et filles

L’OPOW d’Oran renoue avec les grands événements sportifs

 

Après avoir organisé et réussi le Festival  des jeunes pousses, ainsi qu’une compétition  a l’intention des 7-8 ans et 9-10 ans, dans le cadre de son plan d’action, la Ligue oranaise de tennis (LOT) met cette fois ci les bouchées doubles, avec la poursuite de son programme durant ces vacances scolaires.

 

En effet, un Tournoi régional concernant toutes les catégories d’âge, et dans les deux sexes, a débuté lundi dernier à l’Unité tennis de l’OPOW, situé dans le quartier de l’ex-St Hubert. Le tournoi a réuni104 participants, toutes catégories confondues, venus représenter quatre ligues de wilaya, à savoir : Chlef, Mostaganem, Oran et Tlemcen. Les concurrents s’affrontent sur les 12 courts de l’Unité tennis de l’OPOW, qui ont été bien bichonnés pour la circonstance, dans l’espoir d’arriver en finale. Des finales prévues pour la journée de demain.

 

Une nombreuse assistance

 

Les deux premières journées de ce tournoi se sont  déroulées dans de bonnes conditions et devant une nombreuse assistance, composée notamment de parents de joueurs et d’amoureux de la discipline. Certains jeunes ont nettement affiché leurs ambitions en se qualifiant pour continuer leur chemin vers la finale. On peut citer, entre autres, Jazyl Zioui (Cost 2000) chez les 14 ans, qui a montré de réelles aptitudes techniques à même de lui permettre de progresser. Le président et entraîneur du club Haï Salam, Hocine Soltani en l’occurrence, a décidé de le prendre en charge pour le driver et d’être son sparring-partner pour l’aider à aller de l’avant. Le président de la LOT Hakim Fateh, heureux et satisfait du bon déroulement de cet événement sportif, espère plus de soutien et d’aide de la part de tout le monde, que ce soit les parents, les opérateurs économiques et même les amoureux de la petite balle jaune, pour la relance et le développement de la discipline. Ces aides pourraient concerner l’amélioration de  l’infrastructure sportive, notamment par une dotation en cordages et l’installation de l’éclairage, ou encore la fourniture d’équipements tels que les raquettes et les balles.

Impressions …

Fouad Daheur (président Ligue de Tlemcen) :

«Nous avons entrepris un sérieux travail de formation»

 

«Une sorte de complicité nous lie avec la Ligue d’Oran. Donc, nous ne pouvions que répondre présent à son invitation pour participer à ce tournoi. Nous prenons donc part à cette compétition avec toutes nos catégories, dans les deux sexes, sauf en vétérans. Au départ, nous avions relevé que le niveau était appréciable, avec même des surprises. De plus, il y a une bonne concurrence entre Oran et Tlemcen. Cela prouve qu’à Tlemcen, un sérieux travail de fond est en train de se faire sur le plan de la formation. La palme en revient à Omar Bessaâd, l’homme à tout faire. Grâce à lui, beaucoup de jeunes talents ont émergé, à l’image des poussins Abdelkrim Benosmane, Samy Daheur et Ilyès Bouakeul. Nos jeunes, grâce aussi à l’éclairage qui est opérationnel sur les courts de l’OPOW de Tlemcen, peuvent s’entraîner jusqu'à 21 heures. Il reste maintenant à espérer qu’ils pourront accéder au stade des finales.»

Sadek B.

ENCADRE

Etudiants à l’université d’Oran

Deux joueurs mozambicains assistent au tournoi

Au coup d’envoi de ce tournoi, d’aucuns auront remarqué la présence de deux tennismen du Mozambique, très intéressés par l’évolution de nos jeunes sur les courts. Il s’agit de jeunes étudiants inscrits dans nos universités. Le premier se nomme Hercilio Raphael Seda, international depuis l’âge de 14 ans, qui évolue au club tennis de Maputo. Après avoir été n°1 junior, Raphael est actuellement n° 4 senior grâce à de grands entraîneurs en équipe nationale, Albert Nhacale et Luis de Souza en l’occurrence, mais aussi au niveau de son club, à savoir Laura Nhavene. Ce tennisman mozambicain est actuellement étudiant à l’université d’Oran, en géologie exploitation, comme il est sur le point de se trouver un club oranais, à même de lui permettre de s’entraîner et participer aux différents tournois de la LOT, et ce bien qu’il n’ait pas l’habitude de travailler sur terre battue, lui qui est plutôt un joueur de surface rapide. L’autre étudiant mozambicain, Samuel Joao Nkumbula, pratique lui aussi le tennis depuis l’âge de 16 ans.

S. B.