Tennis-: Coupe Davis, Fed Cup et Hopman Cup

  • PDF

Coupe Davis, Fed Cup et Hopman Cup

2012, un bon millésime pour les Tchèques

 

La République tchèque a vécu une année pleine en remportant trois compétitions internationales majeures de tennis : la Coupe Davis, la Fed Cup et la Hopman Cup en 2012.

 

Vainqueurs de la Coupe Davis, la Fed Cup et la Hopman Cup en 2012, les tennismen et tenniswomen tchèques ont réussi un triplé inédit qui aurait pu se transformer en quadruplé, s’ils n'avaient pas été battus par la Serbie, au mois de mai dernier, en finale de la Coupe du monde par équipe, une compétition toutefois bien moins prestigieuse que la Coupe Davis qui fêtait sa centième édition cette saison. D’où l’importance symbolique du Saladier d’argent que les Espagnols, privés de Rafael Nadal, malheureusement pour eux, auraient bien aimé garder dans leur armoire aux souvenirs.

Prague s'attendait-elle à une telle fête ? En l'espace de quinze jours, la capitale de cette République de l'Est de l'Europe est devenue le centre du monde de la balle jaune cette saison en raflant les principaux titres internationaux par équipes. Après une victoire inaugurale en janvier en Hopman Cup avec Tomas Berdych et Petra Kvitova, les filles tchèques ont d'abord conservé leur trophée en Fed Cup il y a un mois en dominant la Serbie (3-1) devant leur passionné public du beau complexe de l'O2 Arena. Les Pragois n'étaient pas aux bout de leurs émotions, les messieurs finissant l'année sur une victoire historique en Coupe Davis face à l'Espagne, tenante du titre en personne, au bout d'un cinquième et dernier match décisif... Difficile de faire mieux.

 

Un couronnement attendu depuis 1980

 

Ce bonheur a mis longtemps à se dessiner pour la République tchèque qui attendait un couronnement depuis la défunte Tchécoslovaquie en 1980 à l'époque des Ivan Lendl, Jan Kodes et Tomas Smid, victorieux 4-1 contre l'Italie, déjà à Prague. Sous le regard des anciens héros, tous présents pour l'occasion, Tomas Berdych et Radek Stepanek ont tenu cette équipe à bout de bras pour la hisser au sommet du tennis mondial. Malgré la défaillance du numéro un national face à David Ferrer le dimanche après-midi, le numéro deux a terminé le travail collectif pour mettre fin à 32 ans d'attente en battant l'Espagnol Nicolas Almagro dans le dernier simple de la finale, dans une atmosphère euphorique à Prague. "J'ai vécu toute ma carrière pour connaître ce moment", a résumé Stepanek, après avoir offert à son pays le Saladier d'argent, le trophée le plus prestigieux du tennis masculin par équipes.

 

Berdych : «Nous avons écrit un nouveau chapitre de l'histoire»

 

Doyen du Top 50 à bientôt 34 ans, le 37e joueur mondial, marié à l'ancienne joueuse Nicole Vaidisova, aurait pu partir à la retraite depuis bien longtemps s'il n'avait pas eu ce rêve un peu fou de remporter un jour la Coupe Davis. Un rêve qu'il avait vu passer sous son nez en 2009 lors d'une première finale pliée en deux jours par les Espagnols à Barcelone (5-0). "Je n'arrive pas à décrire mes impressions", a avoué le héros de la journée. "Je me sentais très bien sur le court, pendant toute la partie et au fur et à mesure que le match durait, je n'avais plus de doute sur mon succès final." "Il a joué de manière fantastique, il m'a beaucoup surpris", a même avoué Lendl. D'habitude peu locace, Berdych n'a pas tari d'éloges au sujet de son compère : "Chapeau, Radek ! Battre Almagro alors que le score de la finale était 2-2, c'est fantastique. Nous avons écrit un nouveau chapitre de l'histoire, il n'y a rien de plus beau que cela".

 

Un  double invaincu cette année

 

Si les Tchèques sont parvenus à leurs fins, c'est surtout grâce à Tomas Berdych. Vainqueur de tous ses matches en simple cette saison à l'exception d'un - face à David Ferrer dimanche -, le cinquième mondial n'a pas été celui qui a apporté le point final de cette aventure, mais a été le grand artisan de la victoire finale. Son association en double avec Stepanek est restée invaincue cette année avec quatre succès en quatre matches, le dernier face à la paire espagnole Marcel Granollers-Marc Lopez, pourtant récents vainqueurs du Masters de Londres en double. Une victoire aussi majuscule que décisive qui s'est jouée en remodelant le duo initial annoncé lors du tirage au sort : Ivo Minar et Lukas Rosol, dernier joueur à avoir battu Rafael Nadal sur le circuit à Wimbledon cette saison... comme un symbole.

"Chaque membre de l'équipe a apporté sa contribution à cette victoire. C'est un succès fantastique de tout notre pays, du tennis tchèque et surtout de Tomas et Radek", a résumé la capitaine Jaroslav Navratil.

 

Des remerciements au public

 

La République tchèque figure désormais parmi les rares pays à avoir remporté la même année la Coupe Davis et la Fed Cup. Le dernier pays, plus coutumier du fait, à l'avoir fait était les Etats-Unis qui ont réalisé ce fameux doublé en 1990, mais dans deux villes différentes (St-Pétersburg et Atlanta). "Je tiens à remercier tous les spectateurs de l'O2 Arena, ils ont largement contribué à notre victoire, a justement reconnu Tomas Berdych. Nous sommes en train de vivre des moments inoubliables". Un message qu'il sera sans doute heureux de communiquer à Roger Federer, toujours bredouille en Coupe Davis, qu'il pourrait croiser au premier tour de l'édition 2013, les Tchèques se rendant en Suisse pour défendre leur couronne en février prochain.

Synthèse O.A.O (Source Agences)

Tomic suspendu en Coupe Davis

Entre Bernard Tomic et la fédération australienne rien ne va plus. Ulcérée par son comportement, Tennis Australia a suspendu le joueur de 20 ans pour le premier match de Coupe Davis 2013 à Taïwan. The Age a sorti l'information, confirmée par la fédération. Pat Rafter a tout tenté pour dialoguer avec lui. Lleyton Hewitt a même été convaincu de passer du temps avec son jeune compatriote pour lui montrer l'exemple. Rien n'y a fait. Alors Rafter, capitaine de Coupe Davis, en a assez.

Tomic, qui avait coulé contre l'Allemagne en septembre, va non seulement perdre sa place dans l'équipe mais pourrait également voir la fédération couper ses aides financières. Pour beaucoup, c’est un garçon perdu et soumis à une emprise paternelle souvent décriée. Il doit aussi tenir le record d'arrestations par la police des joueurs du circuit ATP depuis ces dernières saisons (excès de vitesse, refus d'obtempérer, délit de fuite, etc). Vu comme l'avenir du tennis mondial aux côtés des Raonic, Dimitrov ou Harrison, il va devoir dompter ses démons. Ou finir par accepter les mains tendues.