TENNIS : Une bonne organisation mais des courts décriés, à Oran

  • PDF

Clôture du tournoi international Futures 1 Abdennacer Mezdad

Une bonne organisation mais des courts décriés, à Oran

Le rideau est tombé samedi passé sur la deuxième édition du Tournoi international Futures 1 Abdennacer Mezdad, à Oran, qui a vu, une semaine durant, les joueurs participants se donner à fond pour leur qualification en finale.

 

Par Sadek Belkheïr

 

Les joueurs les plus expérimentés et les mieux préparés à ce genre de tournoi, e sont hissés en finale simple et en double (voir tous les résultats dans notre édition d’hier). Pour ce quoi est de la participation algérienne, sur les douze joueurs engagés, seulement quatre ont réussi à franchir le cap du premier tour, avant de se faire éliminer par la suite. Il s'agit d’Amir Zioui, Toufik Sahtali, Mohamed Hacène et Yasser Boucherab, qui ont été stoppés net en huitième de finale. Nos tennisman se sont heurtés à plus fort qu’eux et savent désormais ce que c’est que le haut niveau. Par ailleurs, il faut le dire, ce tournoi d’El Bahia s’est bien déroulé sur le plan de l'organisation, comme il a tenu ses promesses sur le plan technique, avec notamment une bonne participation étrangère.

Les tournois Futures sont importantes pour les espoirs, qui ont ainsi l’occasion d’engranger de précieux points comptant pour le classement mondial et aussi pour gagner des échelons. Les observateurs présents à ce tournoi ont jugé appréciable le niveau technique de cette compétition.

Dans son allocution au terme de la finale le président de la FAT, le Dr Mohamed Bouabdallah, n’a pas manqué de féliciter les organisateurs mais aussi  d’exprimer sa colère, du fait que les courts n’avaient pas été refaits par la DJSL en prévision de cet important événement. Les responsables de l’organisation ont enregistré des réclamations de la part de l’ensemble des joueurs étrangers, en raison du mauvais état des terrains.

 

  • Impressions …    Impressions …    Impressions …

Dr Mohamed Bouabdallah (président de la FAT) :

«Oran mérite bien une belle infrastructure, non ?»

«Tout ce que je peux dire, c’est que je suis satisfait de l’organisation, qui est irréprochable grâce au bon travail effectué par la Ligue d’Oran, à sa tête Fateh Hakim, ainsi que le directeur du tournoi, qui n’a ménagé aucun effort pour la réussite de ce tournoi. Le niveau de la compétition a été jugé appréciable, avec la présence de bons joueurs dont les Espagnols, qui sont des  spécialistes de la terre battue. Par contre, je ne suis pas du tout satisfait de l’infrastructure, les courts notamment qui sont restés tels qu’ils sont depuis des années. Pourtant, la DJSL devait se charger de la réfection des terrains. De ce côté-là, pratiquement tous les participants étrangers se sont plaints au juge-arbitre du mauvais état des courts, ce qui ne nous honore guère. C’est dire qu’il est urgent que ces courts soient refaits, sinon nous serons contraints de délocaliser les compétitions internationales d’Oran vers d’autres wilayas. J’insiste là-dessus, la DJSL doit vite prendre en charge ce problème qui n’a que trop duré. Il faut savoir en effet qu’une enveloppe a été  déjà dégagée à cet effet et que jusqu’à présent malheureusement, rien n’a été fait. Je pense qu’Oran mérite bien une belle infrastructure aux normes internationales, vu que cette ville a été le berceau du tennis. Même sort pour les terrains de  L’ASPTT et des chemins de fer, qui sont aussi dans un état lamentable. Et malgré cela, les gens continuent de travailler sérieusement et d’obtenir de bons résultats. Pour preuve, quatre de nos nationaux sont entrés dans le classement mondial. C’est très encourageant».

 

Hocine Mezdad (doyen et père du défunt Abdennacer) :

«Merci à tous ceux qui ont pensé à mon regretté fils»

«Cela m’a fait plaisir de rencontrer les anciens de la discipline, qui ont répondu à l’appel pour ce tournoi et sont tous venus se souvenir mon regretté fils, qui a tant donné au tennis algérien. Je ne peux être qu’ému et en même temps heureux de savoir que  mon fils n’a pas été oublié, d’autant plus que ce grand tournoi international lui est dédié et porte son nom. Je remercie beaucoup les présidents de la FAT et de la LOT, et tous ceux qui ont pensé à mon fils.».

 

Mario Vilella Martinez (vainqueur du trophée simple - Espagne) :

« Heureux d’avoir remporté ce trophée dans cette belle ville »

«Tout d’abord, je remercie mon académie, «Jean Carlos Ferrero», en Espagne, où j’évolue et où je réalise de bonnes choses, sans oublier mon entraîneur, qui m’a permis de progresser et à qui je dois beaucoup. Je tiens particulièrement à évoquer cette belle ville d’Oran où l’accueil a été des plus chaleureux, et félicitations pour l’organisation. Ce titre me poussera à en décrocher d’autres à l’avenir».

 

Lynda Berkani Yamili (responsable de l’Unité  tennis OPOW Haï Salam) :

«Ce tournoi aura été une ouverture sur les autres et le haut niveau»

«Tout d’abord, je dois dire qu’Oran est honorée d’avoir organisé ce tournoi. Un événement sportif qui nous a ouvert les portes pour faire connaissance avec d’autres gens de la discipline et du haut niveau. Cela a permis à nos jeunes de s’imprégner du haut niveau justement. Je remercie tous ceux qui nous ont aidé de près ou de loin à la réussite de ce tournoi, notamment les responsables de la Fédération, de la LOT, la DJSL et enfin l’OPOW dont les employés se sont mobilisés pour la réussite de ce tournoi et méritent donc une mention spéciale».

 

 

Echos d’El Bahia …

Du beau monde présent en finale

Si ce tournoi s’est déroulé quelque peu sans public durant les matchs de qualifications, la finale, quant à elle, a connu la présence d’une bonne assistance. Outre les férus de la discipline, les parents des jeunes talents, les entraîneurs et d’anciens dirigeants, cette finale a été marquée par la présence du président de la FAT, qui était accompagné de son vice-président Mohamed Bessaâd et du représentant de la DJSL.

 

Hocine Mezdad et sa famille au rendez-vous

Vu que le tournoi était dédié au regretté Abdenacer Mezdad, dont il porte le nom d’ailleurs, la famille Mezdad, dont le père et ses enfants, se sont donné rendez-vous à l’occasion de la finale. Hocine Mezdad, le père, qui a lui aussi tant donné au tennis, à été honoré par les organisateurs.

 

Les responsables du nouveau club de tennis de Bel Abbès présents

Les responsables du nouveau club de tennis de Sidi Bel Abbès, dont l’entraîneur Karim Belaâlem, étaient présents  en force à cette finale. «Moutakbel Bel Abbès», c’est le nom du club, a été créé tout récemment, juste le mois de février dernier, et il a déjà commencé à travailler à partir de la base. Les responsables du nouveau club bel abbésien ont reçu un accueil chaleureux de la part des organisateurs.

 

Les jeunes s’imprégnent du haut niveau

Plusieurs jeunes joueurs et joueuses internationaux n’ont pas raté l’occasion de venir assister à la finale. On citera, entre autres, la jeune championne d’Afrique  et arabe Lynda Benkadou, Amina Arnaout et Saâdia Belhadj. Ces jeunes étaient tout heureux de voir à l’œuvre des tennismen confirmés.

Sadek B.