TENNIS : Federer-Wawrinka : la séquence qui a créé la polémique

  • PDF

Masters de Londres-2014

Federer-Wawrinka : la séquence qui a créé la polémique

Une vidéo publiée mardi matin par The Telegraph tend à prouver que Mirka Federer, épouse de l'ancien numéro 1 mondial, aurait eu des mots envers Stanislas Wawrinka lors de leur demi-finale du Masters. «Pleure, bébé», lui aurait-elle lancé.

 

Mirka Federer a-t-elle gêné Stanislas Wawrinka lors de la demi-finale du Masters samedi dernier, provoquant ensuite une brouille entre son mari, Roger Federer, et son compatriote? C'est ce qu'avançaient plusieurs medias, dont The Telegraph, dès lundi. Le quotidien britannique a confirmé son hypothèse hier en publiant, sur son site internet, une vidéo de l'incident qui aurait opposé Wawrinka à l’épouse de Federer.

Alors que les deux joueurs sont à égalité 5-5 dans le troisième set, et que Wawrinka venait de laisser passer trois balles de match dans le jeu précédent, l'épouse de l'ancien numéro 1 mondial, postée au bord du court, l'aurait apostrophé. A en croire la réaction de Wawrinka, ce ne devait pas être la première fois de la partie, le Vaudois déclarant clairement, en direction de l'endroit où était assise Mirka: «Pas juste avant un service», a lâché le vainqueur du dernier Open d'Australie.

A ce moment-là, une voix féminine, que l'on suppose être celle de Mirka Federer, réplique: «Pleure, bébé.» «Qu'est-ce qu'elle a dit?», a alors interrogé Wawrinka, prenant à partie Roger Federer et Cédric Mourier, l'arbitre de la rencontre. Ce dernier a rapidement calmé les choses et permis que l'incident ne dure pas trop longtemps.

 

Ils ne veulent pas polémiquer

 

Après la rencontre, dès la sortie du court, Roger Federer et Stanislas Wawrinka se seraient alors vivement expliqué. Une explication qui s'est poursuivie pendant une dizaine de minutes dans les vestiaires mais dont les deux protagonistes n'ont rien voulu dire depuis trois jours. Interrogé sur l'incident en conférence d'après-match samedi, Wawrinka n'avait pas cherché à polémiquer et s'était borné à déclarer qu'il n'y avait «rien eu de spécial», que c'était «un match intense» et que «ce n'est jamais facile.» Roger Federer, lui, a déclaré forfait le lendemain pour la finale qu'il devait disputer face à Novak Djokovic en raison de douleurs au dos sans venir parler aux medias par la suite.

Depuis, les deux Suisses, qui préparent la finale de la Coupe Davis face à la France, ne se sont pas exprimés. Seule une photo de toute l'équipe, postée par Federer sur son compte Twitter, est venue essayer de démontrer que l'ambiance est au beau fixe chez les Helvètes. Une conférence de presse était cependant programmée hier après-midi à Lille, dans le cadre de la préparation de la finale contre la France (21-23 novembre).

 

 

  • Pour développer sa stratégie

L'ATP en appelle à ses anciennes vedettes

L'ATP a créé deux cercles de réflexion pour développer sa stratégie, l'un ouvert à ses anciennes légendes et l'autre à différents experts du monde des affaires, a annoncé vendredi son président Chris Kermode.

Le cercle des légendes sera notamment ouvert aux anciennes gloires suivantes: John McEnroe, Boris Becker, Mats Wilander, Carlos Moya et Leyton Hewitt.

L'autre composante est composée de représentants du monde de la télévision, du marketing, des relations publiques et de la mode.

Les acteurs choisis sont Matthew Freud, président du groupe de relations publiques Freuds, David Hill, vice-président de la compagnie audio-visuelle Century Fox, Tommy Hilfiger, fondateur de la marque textile éponyme, et Robert Senior, directeur exécutif de l'agence de publicité Saatchi & Saatchi.

"L'industrie du sport est en bonne santé et l'on voit des audiences record à la télévision, sur internet et dans les salles, mais c'est important de continuer à grandir et aller vers l'avant, explique M. Kermode dans un communiqué. Je pense que ces deux cercles vont assurer une plus-value inépuisable à l'ATP et nous aider à évaluer quelle direction nous voulons que ce sport prenne dans les années à venir".

"De ce point de vue, c'est important de ne pas uniquement prendre l'avis des personnes extérieures au sport, mais aussi de nos anciens champions, qui connaissent les coulisses du tennis", a-t-il conclu.

 

 

  • Finale de la Fed Cup 2014

Les Tchèques dominent les Allemandes (3-0)

 

Après quasiment trois heures de combat, Petra Kvitova est venue à bout d'Angelique Kerber (7-6[5], 4-6, 6-4) et a donné le point de la victoire à la République tchèque au détriment de l'Allemagne, en finale de la Fed Cup, dimanche à Prague.

Si Petra Kvitova a été expéditive samedi, la tâche s'est particulièrement corsée, dimanche, pour apporter le point de la victoire à la République tchèque en finale de la Fed Cup. Face à Angelique Kerber, battue la veille par Lucie Safarova, la n°4 mondiale a dû faire preuve de patience et de ténacité. Le premier set a duré 1h16', ralenti par des rebondissements, de longs jeux et de nombreuses égalités. Kerber avait pris les devants et menait 5-2, service à suivre, quand la Tchèque, devant son public, a décidé qu'elle ne pouvait plus se laisser faire. Elle a sauvé cinq balles de set, est revenue à 6-6, puis a remporté le tie-break.

Kerber avait démarré fort le troisième set...

Petra Kvitova a poursuivi sur sa lancée dans la deuxième manche, menant 3-0, avant de voir Kerber refaire son retard et lui passer devant. Coupable de 5 doubles fautes (7 au total) et en difficulté sur sa deuxième balle (33% de points inscrits sur son 2e service), elle a laissé l'Allemande, 10e à la WTA, enchaîner les jeux. Kvitova a bien sauvé une balle de set, mais a cédé sur l'occasion suivante.

 

Dans le dernier set, c'était au tour d'Angelique Kerber de mener 3-0, puis 4-1, avant de subir la rage de Kvitova, qui a finalement empoché la manche et le match (7-6[5], 4-6, 6-4) après 2h58 d'un combat particulièrement intense. Un score pas si surprenant au vu de l'historique de leurs confrontations : quatre matches sur cinq se sont disputés en trois sets. Pour l'équipe de République tchèque, c'est un troisième sacre en quatre ans, après les titres de 2011 et 2012.