TENNIS : Djokovic s’impose à un grand Federer en 5 manches

  • PDF

TENNIS

Tournoi de Wimbledon (Grand Chelem)

Djokovic s’impose à un grand Federer en 5 manches

Au terme d'une finale splendide, Novak Djokovic a battu Roger Federer dimanche en cinq sets pour remporter son deuxième Wimbledon, trois ans après son premier succès à Londres, sur le score de 6-7(7), 6-4, 7-6(4), 5-7, 6-4.

Le Serbe met fin à un an et demi sans victoire en Grand Chelem en empochant son septième titre majeur et reconquiert en même temps la place de numéro un mondial.

Novak Djokovic avait prévenu : il voulait ce titre plus que tout. Dimanche, devant le public du All-England Club, le Serbe n'a pas manqué de nouveau l'occasion de remporter le prestigieux trophée londonien en s’imposant au joueur référence sur gazon, Roger Federer, au terme d'une finale splendide. En quatre heures de jeu, Djokovic a gagné en cinq sets, 6-7(7), 6-4, 7-6(4), 5-7, 6-4,.malgré un départ sur les chapeaux de roue de Federer, pour empocher son septième titre majeur, le premier depuis l'Open d'Australie 2013, et reconquérir la place de numéro un mondial qu'il avait laissée à Rafael Nadal en octobre dernier.

Un service solide

Tout au long du match, le Serbe s'est battu comme un beau diable. Il a eu beau perdre le premier set alors qu'il était au coude-au-coude avec son adversaire, et manqué une première balle de match dans le quatrième, jamais il n'a baissé la tête. A 27 ans, lui qui restait sur trois finales perdues d'affilée en Grand Chelem a frappé fort en battant le Suisse sur gazon pour la première fois de sa carrière, leur unique joute précédente remontant à une demi-finale en 2012 perdue en quatre sets. Mais dès le début du match, le Serbe a montré qu'il était présent.

Face à lui, Federer a réussi à lui faire mal en premier en lui prenant une première manche au jeu décisif alors qu'il venait de se procurer les deux premières balles de set. Les deux champions étant très solides sur leur mise en jeu, le premier break de la partie n'est intervenu que dans le deuxième acte. Pas sur les deux premières occasions du Serbe, mais sur la troisième d'entrée de manche. Federer a bien eu une petite fenêtre pour revenir... que s'est empressé de refermer Djokovic pour égaliser à une manche partout.

Une 3ème manche disputée

Dans le troisième set, les deux hommes ne se sont pas lâchés d'une semelle jusqu'à deux nouvelles occasions de break de Djokovic... manquées encore une fois. Mais cette fois-ci, le jeu décisif qui a suivi est tombé dans l'escarcelle du Serbe qui prenait les rênes pour la première fois du match. Le scénario ne parlait pas en faveur du Suisse : jamais Federer n'a renversé une finale majeure en étant mené deux sets à un. Et Novak Djokovic n'en avait jamais perdu une en menant de la sorte. Il filait même vers une victoire en quatre sets en s'échappant à 5-2... avant que ce match ne bascule de nouveau.

Des tribunes enflammées

Alors qu'il n'avait pas pris le service du Serbe depuis le début de match, Federer a réussi à le faire trois fois de suite. Le tout en sauvant une première balle de match à 5-4. En empilant cinq jeux de suite, le Suisse a finalement réussi à recoller à deux manches partout et enflammer l'ambiance dans les tribunes du All-England Club. La dernière finale de Wimbledon en cinq manches s'était jouée en 2009 entre le même Federer et Andy Roddick, ponctuée 16-14 dans un cinquième set d'anthologie. Celle jouée face à Djokovic n'aura pas la même issue, ni le même suspense. Dans un dernier élan, le Serbe a coupé court au renversement opéré par son adversaire en breakant le premier, en toute fin de match, à 5-4.

7 titres majeurs, comme McEnroe et Wilander et un de plus que Becker

Grâce à un énorme mental, qui l'avait tant aidé en 2011 pour remporter trois titres majeurs, Novak Djokovic a démontré qu'il était de retour. Cette victoire face au septuple vainqueur de Wimbledon restera comme l'une de ses plus belles réalisations en Grand Chelem, lui qui est désormais septuple vainqueur en tournoi majeur comme John McEnroe et Mats Wilander. Alors que le coach du Serbe, Boris Becker, triple vainqueur à Wimbledon, est resté bloqué à six. Après avoir raté le coche à Roland-Garros, Novak Djokovic reprendra la place de Rafael Nadal sur le trône de l'ATP avec la ferme intention d'y rester le plus longtemps possible. Il sait ce qui lui reste à faire : ne plus attendre un an et demi avant de soulever un trophée majeur.

L’analyse de la finale

L'analyse statistique de la finale de Wimbledon montre que Djokovic a fait la différence en imposant sur la longueur ses points forts : son retour et ses qualités de contre, notamment en passing-shot.

Pour venir à bout d'un grand Roger Federer au terme d'un match en cinq sets, le Serbe a réussi à imposer ses points forts : son retour et plus généralement ses qualités de contreur, qui ont fini par avoir raison du Suisse. A l'abordage pendant toute la rencontre (67 montées au filet contre 35 pour Novak), le Bâlois a rendu les armes face à la solidité de la muraille serbe, qui n'a remporté que six points de plus que le Maestro sur l'ensemble de la rencontre (180 contre 186).

Comme un "mort de faim"

Le natif de Belgrade s'est, comme d'habitude, jeté comme un "mort de faim" sur toutes les deuxièmes balles adverses. En général, il ne laisse pas ses adversaires dépasser les 50% de points remportés derrière la seconde balle. Federer n'a pas dérogé à la règle (44%). Même si le Suisse a été pratiquement injouable sur ses premières (77% de réussite), le travail de sape du Serbe sur les deuxièmes a fini par payer dans le "money time", notamment dans le dernier jeu du match où le premier service de Federer l'a abandonné. Un peu de tension, un service qui se grippe : la sentence a été immédiate.

La tactique de Federer

Dans le fond de jeu, la tactique de Federer a été claire dès l'entame du match. Presser, agresser Djokovic dès que possible, notamment en multipliant les montées au filet. Mais le nouveau numéro un au classement ATP, fidèle à ses qualités de contreur n'a pas cédé à cette agression constante en tirant des passing-shots dans des positions improbables. Au final, Federer, pourtant adepte de la volée, termine avec moins de réussite sur ce coup que son adversaire moins à l'aise dans cet exercice (44 points remportés au filet sur 67 montées pour Federer, soit 66% réussite, contre 26/35 pour Djokovic, soit 74% de réussite).

Source : AFP et Eurosport.fr)

Les 10 dernières finales

2005 Roger Federer (SUI)

2006 Roger Federer (SUI)

2007 Roger Federer (SUI)

2008 Rafael Nadal (ESP)

2009 Roger Federer (SUI)

2010 Rafael Nadal (ESP)

2011 Novak Djokovic (SRB)

2012 Roger Federer (SUI)

2013 Andy Murray (GBR)

2014 Novak Djokovic (SRB)