TENNIS : Les surprises d’un Majeur impitoyable

  • PDF

TENNIS

Tournoi de Roland-Garros

Les surprises d’un Majeur impitoyable

Le tournoi de Roland-Garros a perdu dimanche son chouchou. En effet, le Suisse Roger Federer, victime du Letton Ernests Gulbis, a quitté le simple messieurs un peu trop tôt au goût du public.

De notre envoyé spécial à Roland-Garros, Omar Aït Ouméziane

Le tournoi de Roland-Garros se plaît, cette année, à bousculer toutes les idées établies, et ce, sans aucun égard pour les champions et encore moins les championnes. En effet, dans le simple féminin, comme nos lecteurs le savent déjà, les trois meilleures joueuses du monde ont dû plier bagages avant l’heure. L’Américaine Serena Williams (N1), la Chinoise Na Li (N2) et la Polonaise Agnieszka Radwanska (N3) n’ont pas fait long feu à Paris, à cause respectivement de l’Espagnole Garbine Muguruza, la Française Kristina Mladenovic et la Croate Ajla Tomljanovic. La seconde joueuse citée a été battue au troisième tour, la troisième n’a cédé qu’en huitième de finale, «justifiant», si l’on peut s’exprimer ainsi, son exploit. Que dire, par contre, de Muguruza, sinon que l’Espagne a probablement trouvé en elle le talent capable d’égaler, un jour, celui de Arantxa Sanchez ou bien encore Conchita Martinez. Cette sensation du second tour a atteint les quarts de finale où elle sera opposée cet après-midi, excusez du peu, à la Russe Maria Sharapova, lauréate en 2012 et désormais grandissime favorite de la compétition, pour les raisons que l’on sait. C’est un autre match à ne pas rater.

Sortie avant l’heure de Federer

On pressentait quelque peu que le Letton Ernests Gulbis, que le tirage au sort a placé sur la route de Roger Federer, ne serait pas du tout une partie de plaisir pour l’ancien N1 mondial, actuel recordman des titres gagnés en Grand Chelem, avec17 tournois Majeurs. Et ce fut effectivement le cas, puisque ce match est allé sur la distance de vérité, celle des cinq manches. Pour la première fois depuis des années, Federer est sorti du tableau avant les quarts de finale. Gulbis s’est-il enfin assagi ? Sa victoire pourrait le laisser penser. Le Letton s’est accroché au match malgré la magie des coups de son illustre adversaire et les «Allez, Roger !» qui descendaient sans relâche de tribunes acquises au Bâlois. Gulbis a fait la sourde oreille, poursuivant sans pitié son travail de sape, pour déboulonner, enfin, le monstre sacré d’en face.

Cet après-midi, en quart de finale, c’est un autre adversaire de grande qualité qui sera devant le Letton. Vainqueur tranquille du géant américain John Isner, en trois petites manches seulement, le Tchèque Tomas Berdych, même s’il ne l’a pas dit ouvertement, rêve, lui aussi, de la Coupe des Mousquetaires.

L’immense déception de Tsonga

Le Français Jo-Wilfried Tsonga a vécu, dimanche après-midi, l’un des plus mauvais jours de sa carrière sportive. A cause de sa bête noire, le Serbe Novak Djokovic, dauphin de Nadal au classement mondial. Avant ce match, la presse française a fait monter la pression autour de Tsonga qui s’est, inconsciemment peut-être, persuadé que son jour de gloire arriverait dans ce tournoi de Roland-Garros dont il a fait une obsession. Une fixation qui lui a été fatale. Djokovic a infligé à Tsonga une déculottée dont il se souviendra longtemps, très longtemps. Se faire humilier en trois petits sets (6-1 6-4 6-1) devant son propre public, ce n’était pas dans le plan de charges de «Jo». La danse des pouces n’a pas eu lieu. Le danseur était hors sujet.

En direct des courts …

Roland-Garros débarque sur YouTube

Selon une information reprise sur le Guide des Médias remis à tous les journalistes accrédités, le tournoi de Roland-Garros possède désormais sa chaîne sur la fameuse plateforme vidéo YouTube (www.youtube.com/rolandgarros). Grâce à celle-ci, les internautes peuvent suivre les plus beaux points du jour, les interviews des meilleurs joueurs et bien d’autres sujets passionnants, également au programme de cette chaîne tout au long de la quinzaine.

A quand un vainqueur français ?

Depuis le début du tournoi de Roland-Garros, c’est la question qui taraude les esprits des supporters des Bleus du tennis. Jo-Wilfried Tsonga et Richard Gasquet éliminés, le si spectaculaire Gaël Monfils était, hier après-midi, le seul joueur français encore en lice pour espérer, enfin, trouver un successeur à Yannick Noah, dernier «régional de l’étape» vainqueur de Roland-Garros, en 1983. Lui-même ne s’était imposé que 37 ans après Marcel Bernard. Noah en est déjà à 31 ans d’attente !

Le directeur du tournoi

Ils ne sont peut-être pas tellement nombreux, parmi le public qui afflue tous les jours à Roland-Garros, à savoir que Gilbert Ysern, directeur du tournoi, est un ancien juge-arbitre du French Open (période allant de 1989 à 1999). Il est vrai que l’intéressé, modeste et tellement efficace, n’est pas de ceux qui se mettent en avant, pour un oui ou pour un non.

Le record de Nadal

Le Suédois Bjorn Borg, que tout le monde a en mémoire, a gagné Roland-Garros quatre fois de suite, de 1978 à 1981. L’Espagnol Rafael Nadal qui, comme Roger Federer, aime collectionner les records, a fait encore mieux en remportant l’épreuve en deux périodes de quatre victoires consécutives : 2005-2008 et 2010-2013. Sans l’impair de 2009 où Nadal avait été éliminé par le Suédois Robin Soderling, le matador de Manacor aurait réalisé une série de conquêtes successives absolument ahurissante. Au fait, 2009 a été la seule année où l’on a vu Federer gagner cette seconde levée du Grand Chelem qui manquait à son prestigieux palmarès.