TENNIS : Li et Wawrinka tombent de haut !

  • PDF

TENNIS

Tournoi de Roland-Garros

Li et Wawrinka tombent de haut !

Par Omar Aït Ouméziane

Les vainqueurs de l’Open d’Australie, première levée majeure, ne réussiront pas le Grand Chelem 2014. En effet, le Suisse Stanislas Wawrinka et la Chinoise Na Li, les gagnants de Melbourne, sont tombés à Paris.

Qui aurait parié un euro sur ce scénario incroyable ? Certainement pas grand monde. Surtout le résultat final du premier tour féminin qui opposait hier la Chinoise Na Li à la Française Kristina Mladenovic. Cette dernière, pas du tout à la fête depuis quelques semaines, a tenté sa chance devant un public, personne n’en sera étonné, totalement acquis à sa cause. Le court Suzanne-Lenglen, considéré comme le central bis de Roland-Garros, offre un cadre idéal pour les matchs à sensations fortes. Et celui d’hier en était un, mine de rien. Peut-être que la Chinoise a pensé que ce serait une partie d’entraînement. Si c’est le cas, elle a vite été ramené sur terre par une Française persuadée que c’était son jour pour faire parler d’elle, au moment où il n’y en a « que » pour Alizé Cornet et Caroline Garcia. Cette dernière, en réalisant de superbes performances en Fed Cup, et dans les tournois qui ont suivi cette prestigieuse compétition qu’est la Coupe Davis des filles, a stimulé la concurrence. Kristina Mladenovic, qui porte fièrement ses 21 ans, a donc obtenu le plus beau résultat de sa carrière en éliminant la Chinoise Na Li, dauphine de Serena Williams au classement mondial. Une dauphine exclue

du tournoi en trois manches : 7-5, 3-6, 6-1. Si Mladenovic digère parfaitement son ahurissant exploit, Alison Riske, 45e joueuse mondiale, ne sera pas un obstacle infranchissable. C’est une belle place au troisième tour qui se présente devant la Française.

Le Suisse Stanislas Wawrinka, numéro 3 mondial, est arrivé à Paris avec une carte de visite qui impose le respect. Ils étaient d’ailleurs nombreux à voir un lui un favori sérieux, où, à tout le moins, un joueur capable de passer les premiers tours sans encombre. L’Espagnol Guillermo Garcia-Lopez, 41e mondial, ne devait pas l’entendre de cette oreille. Sachant que, qui dit Espagnol, dit spécialiste de la terre battue, Garcia-Lopez a tenu à ne pas se « déshonorer ». Il a cru en ses chances et l’a emporté en quatre manches, sur le score de 6-4, 5-7, 6-2, 6-0. Vous avez bien lu : 6-0 ! Une roue de bicyclette infligée au N3 mondial, dont la terre battue est aussi sa surface de prédilection, il fallait le faire et Garcia-Lopez l’a fait.

O.A.O.