TENNIS : Djokovic bat Federer et lance sa saison

  • PDF

TENNIS

Masters 1000 d’Indian Wells

Djokovic bat Federer et lance sa saison

Vainqueur de Roger Federer à l'arraché (3-6, 6-3, 7-6) en finale, dimanche, du Masters 1000 d'Indian Wells, Novak Djokovic décroche son premier titre de l'année 2014. Une victoire qui va faire beaucoup de bien au Serbe.

Novak Djokovic s'est rappelé aux bons souvenirs du circuit ATP. Sevré de titre depuis le début de la saison, le Serbe a enfin ouvert son compteur à Indian Wells en battant en trois sets et plus de deux heures de jeu l’un des hommes en forme du moment, Roger Federer, qui restait sur un titre à Dubaï (3-6, 6-3, 7-6). Fort de son 17e trophée en Masters 1000, le numéro deux mondial décroche son troisième titre dans le désert californien et repart avec un capital confiance regonflé à bloc en dominant celui qui l'avait battu en demi-finale de Dubaï en février.

Si de la fébrilité mentale a pu lui causer du tort récemment, Novak Djokovic a montré sur ce tournoi qu'il avait du répondant. Mené un set à rien après une manche vite remportée par le Suisse, le numéro deux mondial a su se remobiliser. Après son break réussi sur sa première occasion, Federer ne s'est plus procuré la moindre nouvelle occasion avant la fin du troisième set. Entre temps, le Serbe a profité d'une baisse de régime du Suisse au service (avec notamment 46% de réussite sur son premier engagement en deuxième manche) pour revenir dans cette partie et entraîner son adversaire dans un troisième set haletant.

Sur sa lancée, c'est Djokovic qui a logiquement pris les choses en main en gobant le service adverse en premier. Mais, comme face à John Isner la veille en demi-finales, c'est lui qui a coincé au moment de conclure à 5-4. Il a fallu un jeu décisif pour départager les deux hommes, mais finalement peu de temps pour voir le Serbe s'échapper pour de bon. Et faire taire ses détracteurs qui le voyaient encore s'effondrer face au Suisse. Si Federer a laissé échapper sa 79e victoire sur le circuit, la quinzaine californienne va tout de même lui permettre de refaire son retour à la cinquième place mondiale au classement ATP. Djokovic, lui, s'accroche un peu à sa place de dauphin... qu'il n'espère que temporaire.

Le grand jour de Pennetta

L’Italienne Flavia Pennetta a survolé sa finale, dimanche, pour décrocher à 32 ans le titre le plus prestigieux de sa carrière (le 10e au total), rejoignant au palmarès la tenante Maria Sharapova, Serena Williams, Martina Hingis, Steffi Graf, Monica Seles et Martina Navratilova.

Strappée au genou gauche en entrant sur le court, Agnieszka Radwanska a dû écarter deux balles de break dès son premier jeu de service (1-0). En tête 2-1, la Polonaise encaissait cinq jeux pour perdre le set (6-2 en 37'). A 1-0 en sa faveur dans la seconde manche, c'est la kiné qui faisait une apparition à son chevet pour lui refaire le strap. En difficulté dans ses déplacements, la numéro 3 mondiale, qui n'a toujours rien gagné en 2014, allait encaisser une "bulle" et laisser Flavia Pennetta soulever son premier trophée depuis Marbella, en avril... 2010.

FORMULE 1-

GP d'Australie 2014 :

Rosberg (Mercedes) se régale, Hamilton (Mercedes) et Vettel (RBR) dépriment

Nico Rosberg (Mercedes) a remporté le premier grand prix de la saison dimanche à Melbourne, où son coéquipier Lewis Hamilton et Sebastian Vettel (Red Bull) ont rapidement été contraints à l’abandon. "Quelle voiture vous m'avez donnée ! Incroyable !", s'est exclamé Nico Rosberg (Mercedes) à son arrivée victorieuse du Grand Prix d'Australie, dimanche à Melbourne. Vingt-neuf ans après son père Keke, lauréat de la première édition de cette épreuve, l'Allemand à la Flèche d'argent a réalisé la course parfaite en prenant les commandes dès le coup d'envoi, en doublant son coéquipier Lewis Hamilton, auteur de la pole position, et Daniel Ricciardo (Red Bull), pour patronner l'épreuve avec une belle autorité. Une neutralisation de la course n'y aura rien changé : "Nico"a fait tourner sa W05 une demi-seconde par tour plus vite que la RB10 et la McLaren du débutant Kevin Magnussen.

Lewis Hamilton (Mercedes) et Sebastian Vettel (Red Bull) très vite rentrés définitivement au garage en raison d'ennuis de motorisation, Jenson Button (McLaren) a profité de deux arrêts au stand parfaitement programmés pour remonter jusqu'à la quatrième place, devant un Fernando Alonso (Ferrari) qui a longtemps subi derrière Nico Hülkenberg (Force India).

Felipe Massa (Williams) éliminé au premier virage par Kamui Kobayashi (Caterham), Valtteri Bottas a fait briller Williams jusqu'à la sixième position finale. Dans les derniers tours, Jean-Eric Vergne s'est fait passer par Kimi Räikkönen (Ferrari) mais la neuvième place est une belle récompense pour Toro Rosso, qui a aussi amené son autre pilote, le rookie russe Daniil Kvyat, dans les points.

Rosberg 59 ans après Fangio

Il faut noter que c'est la première fois qu'un pilote Mercedes est numéro un mondial depuis l'illustre Argentin Juan Manuel Fangio, en 1955. Avec Daniel Ricciardo (Red Bull), l'Australie a aussi découvert son premier représentant sur un podium à domicile, tandis que le Danemark est tout simplement entré dans les statistiques des Top 3 grâce au débutant Kevin Magnussen. Au passage, le champion de FR3.5 apporte à McLaren son premier podium depuis la victoire de Jenson Button au Brésil, en clôture de la saison 2012. Au Championnat du monde Constructeurs, McLaren est leader avec 27 points. C'est la première fois que la firme chère à Ron Dennis est dans cette position depuis la troisième course de la saison 2012, en Chine.