TENNIS : Sherazad Benamar (FRA)- Shweta Rana (IND) en finale, ce matin (10h)

  • PDF

Circuit international féminin Ben Aknoun (16-21 septembre 2013)

Sherazad Benamar (FRA)- Shweta Rana (IND) en finale, ce matin (10h)

Par Omar Aït Ouméziane

 

La finale du second tournoi du Circuit international féminin 2013, organisé par la Fédération algérienne de tennis (FAT), opposera ce matin, à partir de 10h, au TCP Ben Aknoun, la Franco-algérienne Sherazad Benamar à l’Indienne Shweta Rana.

Au TC Mansourah (Tlemcen), où s’était joué du 9 au 14 septembre, le premier des deux tournois du Circuit international féminin 2013, organisé par la Fédération algérienne de tennis (FAT), les têtes de série 1 et 2 s’étaient « égarées » en chemin. Ce n’est pas le cas au TC Les Palmiers Ben Aknoun où la Franco-algérienne Sherazad Benamar (TS 1) et l’Indienne Shweta Rana (TS 2), se retrouvent fort logiquement en finale. En effet, et malgré l’alerte vécue hier en demi-finale face à la Française Harmony Tan, qui ne s’est inclinée qu’au troisième set, 6-0, 6-7(8), 6-3, Benamar, classée 482ème mondiale, est bien à sa place en finale. Cette gauchère, dont nous avons suivi tout son match des quarts de finale, disputé jeudi, face à la Française Amandine Cazeaux, a su gérer sa partie sans se laisser déconcentrer le moins du monde par la nervosité excessive de son adversaire et partenaire de double. Dans ce match, excellemment arbitré par Kamyl Aoudia, l’un de nos deux arbitres (avec Tarek Safer) qui a un grade de « Bronze badge », Sherazad a montré au public présent quelques facettes de son talent. Son adversaire d’aujourd’hui, l’Indienne Shweta Rana, « piégée » à Tlemcen par l’Autrichienne Natasha Bredl, a gagné tous ses matchs très facilement. Elle aussi, classée 593ème WTA, a fait respecter son statut. Et même si elle a bénéficié dans le dernier carré du retrait, à 4-0, de l’Allemande Alina Wessel pour cause de « problèmes gastriques », Rana a des ambitions de victoire finale tout aussi légitimes que celles de Sherezad Benamar, dont on dit qu’elle pourrait opter pour la sélection algérienne. Si la nouvelle devait se confirmer, ce serait un renfort appréciable pour l’EN en prévision de la Fed Cup 2013 (équivalent de la Coupe Davis chez les joueurs).

 

La finale de double

La finale de double, programmée hier en fin d’après-midi, proposait l’affiche suivante : Sherazad Benamar (1476)-Amandine Cazeaux (FRA) contre Shivika Burman (1928)-Shweta Rana (IND). La première équipe citée, tête de série N1, s’est nettement imposée sur le score de 6-0, 6-3. Pour Sherazad, c’était un bon présage à la veille de la finale de simple. Shweta ne pouvait pas en dire autant !

 

 

 

Impressions… Impressions…

Athmane Djema, directeur du tournoi :

« C’est une finale logique »

 

« Personnellement, je ne suis pas surpris de voir Sherezad Benamar et Shweta Rana en finale de ce second tournoi du circuit international féminin. Ce sont bien les deux meilleures joueuses du tableau de simple. Elles sont également en finale de double. Ce qui donne une idée de leurs qualités. Je pense aussi que ce genre de tournois est ce qu’il faut à nos joueuses. Les nôtres n’ont pas toutes la possibilité, pour des raisons financières, de jouer beaucoup de tournois internationaux. Alors, la Fédération, quand elle le peut, leur propose ce type de compétition indispensable si l’on veut entrer dans le classement mondial. »

 

Abderrahmane Cherifa, arbitre international

« La correction des joueuses nous facilite le travail »

« Notre travail d’arbitre de chaise a été facilité, aussi bien à Tlemcen qu’à Ben Aknoun, par la correction de toutes les joueuses engagées  dans ce circuit international. Il y a bien, par-ci, par-là, des gestes de nervosité mais sans conséquence sur le jeu lui-même. Pour ma part, et c’est la même chose pour mes collègues, j’ai des difficultés à remplir ma feuille d’arbitrage que je dois communiquer à la Fédération internationale chaque saison. En tant que « white badge », je dois faire au moins 25 matchs dans l’année. J’en suis actuellement à 15, il faut donc que je trouve le moyen de compléter ma fiche. Si nous avions beaucoup plus de tournois internationaux dans le pays, nous n’aurions pas du tout ce problème, car c’en est un pour les arbitres algériens. »

 

Assia Halo, championne d’Algérie :

« Je n’ai pas eu de chance au second tour »

 

« Je crois que je ne raconte pas des histoires en disant que j’ai raté de peu la qualification aux  quarts de finale face à la Française Amandine Cazeaux. Le score parle pour moi d’ailleurs. J’ai enlevé la première manche en 6-4, j’ai perdu la seconde 6-3. Dans la troisième manche, j’ai laissé passer quelques points qui m’ont coûté cher ensuite. C’est dommage. Avec plus de tournois internationaux, nous aurions de meilleurs résultats. »

 

Propos recueillis par OAO