TENNIS : Wimbledon

  • PDF

Wimbledon

Cinq choses à savoir sur Sergiy Stakhovsky

 

Battre Roger Federer à Wimbledon quand on est 116e mondial est suffisamment rare pour être souligné. Mais qui est vraiment Sergiy Stakhovsky ? Découvrez-le.

 

UNE CARRIÈRE HONORABLE

 

La carrière de Sergiy Stakhovsky ressemble à celle d’un joueur honnête de niveau Top 100. Après avoir connu les galères des circuits Future et Challenger l’Ukrainien, passé pro en 2003, s’est installé dans le Top 100 à partir de la fin 2009. Son palmarès est tout de même composé de quatre titres sur le circuit (Zagreb 2008, Saint-Petersbourg en 2009, New Haven en 2010) dont un sur herbe à Rosmalen en 2010. Sa meilleure place au classement ATP est une 31e place daté au 27 septembre 2010. Il a atteint le troisième tour dans les quatre Grands Chelems sans toutefois en dépasser le stade. Avant de battre Roger Federer sur le Center Court, il n’avait jamais épinglé un Top 10 dans sa carrière. Ses idoles de jeunesse sont : Andreï Medvedev, Patrick Rafter et… Pete Sampras.

 

C’EST LE SYNDICALISTE DU CIRCUIT ATP

 

Si les tournois du Grand Chelem ont augmenté leur dotation en 2013 (+40% à Wimbledon notamment) c’est grâce au travail digne d’un syndicaliste de l’Ukrainien, représentant au bureau des joueurs, au même titre que Roger Federer, et empêcheur de tourner en rond. Le circuit bruisse de rumeurs de désaccords voire de tensions entre les deux hommes. En avril 2012, Stakhovsky, qui a connu les galères que rencontrent les joueurs classés au delà du Top 100, glissait ces quelques mots sur le compte du Suisse. "Federer est une bonne personne, mais il est trop neutre à mon goût. Trop suisse (…) Quand les joueurs veulent changer quelques chose, il regarde ça de manière passive parce qu'il ne veut pas abîmer son image. Il ne veut pas parler publiquement des problèmes. Parce que si éclate un scandale de grève en Grand Chelem, son nom pourrait être attaché à ça." Autre fait d’arme : en juin 2008, alors qu’il se battait encore le circuit Challenger, il avait avoué à l’émission de M6 "Enquête Exclusive" avoir été sondé par des mafias pour se coucher sur certaines rencontres. Des avances qu’il avait tout bonnement refusé. A cette époque des joueurs comme Nikolay Davydenko (depuis blanchi dans cette affaire) avaient fait l’objet de nombreuses enquêtes.

 

 

 

 

 

IL EST ENTRAINÉ PAR BORIS SOBKIN A WIMBLEDON

 

Les connaisseurs ou suiveurs du tennis connaissent la bouille de l’entraîneur russe qui accompagne la destinée de Mikhaïl Youzhny depuis le début de sa carrière en 1999. Sur ce Wimbledon, le technicien russe partage son temps entre son protégé et l’Ukrainien (entraîné depuis août 2012 par le néo-retraité Rainer Schüttler) que son fils Alexander a également coaché quelques temps en 2011. En seize tentatives, le duo Russe n’avait jamais battu Federer au grand désespoir de Youzhny. C’est désormais chose faite pour Sobkin et avec la manière.

 

IL EST LICENCIÉ EN FRANCE

 

Même s’il réside et s'entraîne en Slovaquie à Bratislava, Stakhovsky est licencié depuis 2012 au Club bordelais de la Villa Primrose. Le club girondin, qui a dû compenser les départs de Benoît Paire (TC Paris) et Jérémy Chardy (AASS Sarcelle Tennis), l'a recruté l’année dernière afin de disputer les interclubs de fin de saison. L’Ukrainien évolue en équipe première à Bordeaux avec Michaël Llodra, Florent Serra, Maxime Teixeira, Romain Jouan et un certain… Steve Darcis !

 

SON FRERE JOUE AUSSI AU TENNIS

 

Comme beaucoup de tennismen professionnels (Novak Djokovic, Marcel Granollers, Jurgen Melzer et Julien Benneteau notamment), le frère de "Stakho" joue également au tennis. Débutée en 2009, la carrière de Leonard Stakhovsky n’a pas vraiment décollé pour le moment. A 20 ans, l’Ukrainien, classé 1706e au 24 juin 2013, traîne encore sur le circuit Future. En août 2011, lors d’un tournoi Future joué au Canada, Leonard a même perdu au premier tour face… à Antoine Benneteau (0-6, 0-4, abandon). Il n’a pas joué sur le circuit depuis près d’une année. L'autre frère de Sergiy, Aleksandr, est physicien. Ses parents sont tous les deux enseignants universitaires : son père est urologue et sa mère est professeur d’économie.

 

IL TWEETE MÊME DES IMAGES EN PLEIN MATCH

 

Vous vous souvenez peut-être de cette séquence d'un joueur sortant son iPhone en plein match sur le Lenglen à Roland-Garros, pour faire partager à ses followers son sentiment d'injustice sur une balle mal annoncée à ses yeux par le juge de ligne. C'était contre Richard Gasquet. C'était Stakhovsky ! Et malgré l'amende qu'il a dû payer, il assume tous les jours son geste en l'affichant sur son profil Twitter.