TENNIS : Il a gagné hier en trois manches

  • PDF

Il a gagné hier en trois manches

Nadal a fait attention cette fois

Le tenant du titre de Roland-Garros, l’Espagnol Rafael Nadal, a fait attention à ne pas perdre hier le premier set de son troisième tour comme il en avait pris la « mauvaise »

habitude dans les deux premiers.

Son adversaire, l’Italien Fabio Fognini, l’a bien emmené jusqu’au tie-break mais sans pouvoir parvenir à faire comme l’Allemand Daniel Brands (Premier tour) et le Slovaque Martin Klizan (Deuxième tour) qui avaient réussi à empocher la première manche avant que Nadal ne remette ensuite les choses en place. Fognini, malgré tout son courage, a fini par céder en trois manches : 7-6(5), 6-4, 6-4. L’Espagnol a certes gagné mais il ne dégage pas cette impression d’invulnérabilité qui était la sienne l’an dernier. Nadal fait des fautes qu’il ne faisait pas avant sa longue convalescence pour soigner des genoux douloureux. Il ne produit pas la même sensation de puissance mais il est évident qu’avec un tel champion, il faut se garder de donner aux images que l’on peut voir à la télévision, des certitudes qu’elles n’ont peut-être pas. La meilleure attitude à adopter, à notre humbnle avis, est d’attendre de voir Nadal face à un joueur de haut calibre. Comme Novak Djokovic, par exemple. Mais il faut d’abord que les  deux hommes arrivent en demi-finales. Là où tout le monde les attend.

Plus de Françaises dans le tableau de simple

La première semaine du tournoi de Roland-Garros est celle que le public français, qui n’a d’yeux que pour les siens, suit passionnément sans pour autant se montrer chauvin, ou irrespectueux envers l’adversaire. Composée en majorité de pratiquants, l’assistance sait bien se tenir. Dans l’édition 2013 de cette seconde levée du Grand Chelem, il n’y a plus, depuis hier, de joueuses dans le simple féminin. Les deux dernières encore en course, Alizé Cornet et la N1 du tennis féminin français, Marion Bartoli, n’ont pas su forcer le destin pour aller en seconde semaine. Et pourtant, la première citée a tout tenté face à la Belarusse Victoria Azarenka, actuelle N3 mondiale. Cornet a fait un gros match mais, malgré le gain de la première manche, n’a finalement pas tenu la distance face à l’ancienne N1 qui su faire jouer, à bon escient, toute son expérience. Battue en 4-6, 6-3, 6-1, la jeune Niçoise semble avoir retrouvé son tonus de l’an dernier. Ce qui n’a pas été le cas, hélas pour elle, de Bartoli qui a paru complètement à côté de ses pompes dans sa rencontre face à la gagnante de l’édition 2010, l’Italienne Francesca Schiavone. Celle-ci, qui a fait partie du Top 4 il y a deux ans, est retombée à la 50ème place de la WTA. Mais tout le monde sait que sur la surface ocre des courts de Roland-Garros, la Transalpine retrouve toutes ses sensations. Hier, Marion Bartoli, qui a paru ressentir encore la fatigue de ses marathons des deux premiers tours, s’est inclinée sans, pratiquement, combattre. Le score du match est assez explicite : 6-2, 6-1. Maintenant qu’il n’y a plus de Françaises dans le tableau, le public local va suivre, l’esprit plus serein, les stars féminines dont la tenante du titre, la Russe Maria Sharapova (N2 mondiale), et l’Américaine Serena Williams (N1), qui inflige, dans la partie haute du tableau, de très sévères 2 sets 0 à ses adversaires. Un « tarif » que l’Italienne Roberta Vinci, aujourd’hui en huitièmes de finale, ne nous semble pas en mesure de négocier à son avantage.