TENNIS : Tournoi de Roland-Garros

  • PDF

. Tournoi de Roland-Garros

 

Monfils assomme Berdych au 1er tour

 

Le tournoi de Roland-Garros n’est jamais un long fleuve tranquille, y compris pour les meilleurs joueurs du monde. L’un d’eux, classé 6ème mondial, Tomas Berdych l’a appris à ses dépens lundi en fin d’après-midi.

 

Et dire qu’avant de jouer son premier tour contre le Français Gaël Monfils, dans l’après-midi de lundi dernier, le Tchèque Tomas Berdych déclarait, à qui voulait l’entendre, qu’il n’est « jamais facile d’affronter Monfils dans le French Open. » Et c’est ce qui s’est vérifié une nouvelle fois sur le central « Philippe-Chatrier ». L’enfant terrible du tennis français, absent l’année dernière sur blessure, qui avait, à un moment de sa carrière, flirté avec le Top 10, n’est jamais aussi dangereux que lorsqu’il se produit devant les siens. Lorsqu’il est dans cet état de pleine euphorie, même s’il n’est « que « 81ème à l’ATP, il se donne toujours à fond, jouant avec le public, qu’il sait mettre dans la poche, et l’adversaire, qui ne sait plus alors sur quel pied danser. Et pourtant, Berdych était prévenu. Ce qui ne l’empêcha pas de concéder les deux premières manches, la première au tie-break (6-7, 4-6). A deux manches à rien, le Français avait une alternative : soit il laissait courir un peu, le temps de souffler, soit il poursuivait sur sa lancée pour donner le coup de grâce.

 

5ème élimination d’entrée en 10 participations

 

Sentant le souffle de la défaite, Berdych s’accrocha dans tous les jeux pour rester dans le match. Le Tchèque réussit dans son entreprise en en enlevant le troisième et le quatrième sets, les deux au tie-break. Le cinquième et dernier set devenait, forcément, décisif. Un set disputé pratiquement à quitte ou double par les deux hommes. A ce jeu là, pourrait-on dire, c’est l’amateur, controversé, du poker, qui finit par s’imposer. Ovationné par le public, Gaël Monfils, quittait le central sur une belle performance obtenue en 7-6(8), 6-4, 6-7(3), 6-7(4), 7-5, après quatre heures de jeu. A l’issue de son match victorieux, le Français a déclaré qu’à 5 jeux partout dans la dernière manche « J’ai vu la lumière ». Une lumière qui n’a pas éclairé le 6ème joueur mondial, éliminé dès le premier tour, pour la cinquième fois en dix participations à Paris.

 

Ernests Gulbis au second tour

 

Maintenant qu’il a mis l’eau à la bouche de ses partisans, Gaël Monfils, qui a bénéficié d’une wild-card (invitation) pour le tableau final, sait qu’il doit continuer sur cette lancée mais rien n’est moins sûr. En effet, au second tour, si la pluie ne perturbe pas le programme comme hier, c’est le talentueux Ernests Gulbis qui l’attend de pied ferme aujourd’hui. Le Letton, l’homme en forme du moment, est un cas à part sur le circuit mondial. Issu d’une famille aisée, possédant son propre jet, il joue au tennis par passion. Ce qui fait de lui un joueur capable du meilleur comme du pire. Dans quel état d’esprit sera-t-il le jour du match?  C’est une question que Monfils doit se poser certainement.

 

 

ENCADRE

Problématique du dopage

La question d'un journaliste qui a irrité Nadal

 

Rafael Nadal a dû sortir le grand jeu, dès le premier tour, pour venir à bout d'un Daniel Brands très coriace. En conférence de presse, le Majorquin n'a pas apprécié la question d'un journaliste sur la problématique du dopage et la mise en place du passeport biologique, rapporte le site welovetennis.fr. Irrité, Rafa a rétorqué qu'il ne faisait plus partie du conseil des joueurs, avant de prolonger.

"Je réponds toujours aux mêmes questions, c'est pénible, j'ai toujours les mêmes réponses à apporter. Que voulez-vous que je vous dise? Je soutiens toutes les politiques de transparence qui pourraient être mises en place par l'ITF, ça ne peut que servir notre sport. Mais, comme je le répète, si aussi peu de joueurs sont contrôlés positif, c'est, à mon sens, que le tennis est un sport propre". Voilà qui est clair...

Source : 7sur7be/sports