TENNIS : Tournoi de Roland-Garros

  • PDF

Tournoi de Roland-Garros

1er tour tranquille pour les têtes de série

La quinzaine des Internationaux de France, appellation officielle de Roland-Garros, a  débuté hier avec l’entrée en lice de la N1 mondiale, Serena Williams, et de Roger Federer.

 

Mise en route tranquille pour Roger Federer, vainqueur au premier tour de Roland-Garros, de l'Espagnol Pablo Carreno-Busta (6-2, 6-2, 6-3). Milos Raonic, lui, s'est défait de Xavier Malisse (6-2, 6-1, 4-6, 6-4), tandis que David Ferrer a dominé Marinko Matosevic (6-4, 6-3, 6-4). Hier, les principales têtes de série sont passées, tranquillement.

 

Federer était pressé

 

Son dernier revers long de ligne, absolument formidable, sur la balle de match, suffit bien à résumer l'entrée en matière de Roger Federer. Appliqué, sérieux, parfois brillant, le numéro trois mondial a expédié son premier tour face au jeune Espagnol Pablo Carreno-Busta en 1h20, 6-2, 6-2, 6-3. Ce dernier, sorti des qualifications, a commencé à se faire un nom cette année en gagnant plus de 450 places au classement ATP. Mais le court Philippe-Chatrier est apparu bien grand pour lui hier, et Roger Federer un client bien trop redoutable. Impressionnant au service (83% de points gagnés derrière sa première balle, 74% derrière la seconde), assez constant à l'échange (seulement 19 fautes, pour 33 coups gagnants), le vainqueur de l'édition 2009 a rendu une copie très propre. Cette bonne mise en jambes était exactement ce dont le Suisse avait besoin. Il affrontera au prochain tour un autre qualifié. De quoi envisager de monter tranquillement en puissance et d'égaler le record de victoires Porte d'Auteuil détenu par Guillermo Vilas, il n'est plus qu'à une unité (55).

 

Raonic sans trop de frayeurs

 

Milos Raonic restera quoi qu'il arrive le tout premier vainqueur de cette édition 2013 dans le tableau masculin. On imagine que le Canadien a d'autres ambitions cette année à Paris, mais au moins a-t-il déjà franchi sans encombre ce premier tour. Opposé à Xavier Malisse sur le court numéro 1, Raonic a démarré son match en trombe, menant 6-2, 6-1 en 44 minutes. Il aurait même pu plier l'affaire en trois manches mais pour ne pas avoir su profiter d'une balle de break à 4-4, il s'est embarqué dans un quatrième set, Malisse ayant réussi le break dans la foulée dans le 10e jeu. Un simple avertissement sans frais pour la tête de série numéro 14. Raonic a repris sa marche en avant pour mener 5-1. Et si Malisse a réussi à combler un break de retard, le Belge n'a pu empêcher son adversaire de conclure à 5-4. Au final, un match relativement tranquille pour Milos Raonic, malgré quelques petites sautes de tension à corriger s'il veut durer dans cette quinzaine.

 

Ferrer solide

 

David Ferrer (N.4) a dominé l’Australien Marinko Matosevic (6-4, 6-3, 6-4) pour se qualifier pour le deuxième tour du tournoi. Le numéro cinq mondial a connu une petite frayeur en début de deuxième manche, après avoir été breaké et mené 3-0. Pour une place au troisième tour, l’Espagnol affrontera le vainqueur du match entre l’Américain Steve Johnson ou son compatriote Albert Montanes, récent vainqueur de l’ATP 250 de Nice face à Gaël Monfils.

Serena Williams pressée

L'Américaine Serena Williams, N.1 mondiale, s'est qualifiée pour le deuxième tour de Roland-Garros dimanche en surclassant la Géorgienne Anna Tatishvili 6-0, 6-1 en 51 minutes pour améliorer son record personnel avec une 25e victoire consécutive.

Eliminée pour la première fois de sa carrière au premier tour d'un Grand Chelem par la Française Virginie Razzano l'année dernière à Roland-Garros, la N.1 mondiale n'a depuis connu plus que trois défaites en 71 matches.

En lice pour un deuxième titre à Paris après celui du 2002, Serena rencontrera au deuxième tour la Française Caroline Garcia. La tête de série numéro 5 à Roland Garros Sara Errani s'est défaite sans problème de la Néerlandaise Arantxa Rus en deux sets (6-1, 6-2) et 55 minutes de jeu. Finaliste l’année dernière, l'Italienne a bien entamé l'édition 2013 du tournoi parisien.

Source : Eurosport.fr

ENCADRE

Federer n’est pas gêné par son statut d'outsider

Décontracté après son premier tour vite expédié face à Pablo Carreno-Busta (6-2, 6-2, 6-3), Roger Federer a manié l'ironie pour analyser son statut d'outsider, en retrait par rapport à Rafael Nadal ou Novak Djokovic. Le Suisse a passé l'âge de s'occuper de ce genre de considérations. A la question « Ca ne vous dérange pas de ne pas être considéré comme un des deux gros candidats au titre? », le Suisse a donné la réponse suivante :

« Non, ça ne me touche pas. Chaque année, c'est la même chose. On parle. Il y a deux ans, Djokovic devait faire le Grand Chelem. Après, c'est Rafa qui est favori. Puis lui dit que ce n'est pas vrai. Vous savez, le fait d'être favori ne vous donne pas plus ou moins de chances de gagner le tournoi. Il faut rester calme, te concentrer sur ce que tu sais faire. Après, il peut y avoir de l'orage à côté parce que les gens font du bruit avec telle ou telle chose, franchement, je ne me focalise pas là-dessus. Forcément, j'aurais un peu plus de pression à Wimbledon, parce que j'ai 2000 points à défendre. Ici, j'en ai moins. Mais c'est tout. Le reste, c'est juste pour faire de bonnes histoires pour la presse. »