TENNIS : Classements mondiaux

  • PDF

Classements mondiaux

Federer retrouve la N2

Par Omar Aït Ouméziane et agences

 

Roger Federer a retrouvé la 2e place dans le nouveau classement mondial des joueurs de tennis publié lundi par l'ATP. Il a échangé sa 3e place avec le Britannique Andy Murray alors qu'il était au repos la semaine du Masters 1000 de Monte-Carlo.

 

Le champion olympique Andy Murray paie sa défaite au troisième tour du Masters 1000 de Monte-Carlo contre le Suisse Stanislas Wawrinka, un grand ami de…Federer !

Novak Djokovic conforte sa première place après sa victoire dimanche en finale sur la terre battue monégasque. Rafael Nadal, qui a vu son règne s'arrêter après huit succès consécutifs à Monte-Carlo, conserve sa 5e place derrière son compatriote David Ferrer. Au sujet de cette 5ème place justement, une rumeur court laissant entendre que « Nadal pourrait bien bénéficier d’un classement protégé au tirage au sort de Roland-Garros (21 mai-09 juin), seconde levée du Grand Chelem. » Le ballon sonde a été lancé, comme par hasard, par Guy Forget, qui se trouve être l’administrateur du tournoi. En tant que tel, il est très clair qu’il cherche à « protéger » Rafael Nadal pour éviter que celui-ci ne rencontre, en quart de finale, l’un des ténors du Big Three, à savoir, dans l’ordre du classement mondial, Novak Djokovic, Roger Federer ou Andy Murray.

Ce qui serait, dans le cas où Nadal est opposé au N1 mondial, une sorte de finale avant la lettre. Cette proposition de Forget, si jamais elle est prise en considération par le Comité du tournoi de Roland-Garros, ne manquerait pas de provoquer un tsunami parmi les joueurs, tout en créant un précédent sur terre battue. En effet, seul le tournoi de Wimbledon, qui se joue sur gazon, fait son propre tableau des têtes de série sans tenir compte du classement mondial de l’ATP mais sans trop s’en éloigner tout de même. Connaissant les règles du jeu, les plus grands joueurs du monde tolèrent cette situation exceptionnelle que l’on ne voit que dans le tournoi londonien. Ce n’est pas sûr qu’ils l’acceptent à Roland-Garros.

Les Tops 10

ATP

1. N.Djokovic (SRB)             12900

2. R.Federer (SUI)                 8670

3. A.Murray (GBR)                8660

4. D.Ferrer (ESP)                   6970

5. R.Nadal (ESP)                   5985

6. T.Berdych (TCH)               4760

7. J.Del Potro (ARG)             4750

8. J.Tsonga (FRA)                  3875

9. R.Gasquet (FRA)               3365

10. J.Tipsarevic (SRB)           3000

WTA

1. S.Williams (USA)              11115

2. M.Sharapova (RUS)          10240

3. V.Azarenka (BLR)             9325

4. A.Radwanska (POL)         6845

5. N.Li (CHN)                                   5880

6. A.Kerber (ALL)                 5395

7. S.Errani (ITA)                    5350

8. P.Kvitová (TCH)                5225

9. S.Stosur (AUS)                  3790

10. C.Wozniacki (DAN)        3760

 

Wimbledon

3ème levée du Grand Chelem

Le tournoi augmente sa dotation et prévoit un deuxième toit

 

Le tournoi de Wimbledon a annoncé cette semaine une augmentation de sa dotation de 40% dès cette année et la construction d'un deuxième toit qui équipera le court N.1 à partir de l'édition 2019. Quelque 22,6 millions de livres (26,5 millions d'euros) seront versés aux joueurs entre le 24 juin et le 7 juillet prochains, ce qui constitue un record dans l'histoire du tennis. Les organisateurs britanniques ont ainsi répondu aux hausses annoncées par les autres tournois du Grand Chelem.

La dotation du dernier Open d'Australie a atteint 24 millions d'euros (+15%), celle de Roland-Garros sera de 22 millions d'euros (+16%) et celle de l'US Open de 25 millions d'euros (+24%).

La hausse décidée par Wimbledon concerne en particulier les trois premiers tours, dont la dotation augmente de 60%, ce qui satisfait une revendication ancienne des joueurs.

Les vainqueurs des simples messieurs et dames recevront 1,6 million de livres (1,88 million d'euros), contre 1,15 million de livres (1,35 million d'euros) en 2012.

Par ailleurs, les organisateurs ont confirmé leur intention de doter un deuxième stade, le court N.1, d'un toit rétractable, dont la mise en service est prévue pour 2019. Le Central est pourvu d'un équipement de ce type depuis 2009.

 

ENCADRE

Fed Cup 2013

L'Italie détrône les Tchèques et rejoint la Russie en finale

 

L'Italie a rejoint la Russie en finale de la Fed Cup en détrônant la République tchèque, double tenante du titre, 3-1 grâce au succès 6-3, 6-7, 6-3 de Roberta Vinci sur Lucie Safarova, lundi à Palerme.

Grâce à la domination de Roberta Vinci sur Lucie Shaparova lors de la dernière journée de Fed Cup, l'Italie a décroché son billet aux dépens de la République tchèque, pourtant double tenante du titre, pour la finale où elle affrontera la Russie, les 2 et 3 novembre prochains. Ce quatrième simple avait été reporté à lundi à cause de la pluie dimanche soir en Sicile. De son côté, la Russie s'est imposée face à la Slovaquie (3-2) dimanche.

 

 

FORMULE 1-

Essais hivernaux 2014

Le Qatar est aussi candidat

 

Les équipes de Formule 1 envisagent de se rendre au Qatar, sur le circuit de Losail, l’année prochaine pour y tenir une session d’essais hivernaux.

La majorité des écuries souhaite tester au moins une fois au Moyen-Orient en 2014 afin de bénéficier de conditions plus chaudes, après des essais de pré-saison 2013 marqués par des températures très fraîches à Barcelone, en Espagne. Les équipes pourraient également décider de se rendre à Abou Dhabi voire à Bahreïn, avant le début de la saison, si Sakhir devenait le Grand Prix d’ouverture du prochain championnat.

Cette session d’essais, qui serait probablement longue de quatre jours, dispose aussi du soutien de Pirelli, même si le manufacturier italien n’a pas encore de contrat pour 2014. "Nous sommes vraiment en faveur de ces essais au Moyen-Orient, que ce soit à Abou Dhabi, à Bahreïn ou au Qatar", a indiqué Paul Hembery, le directeur de Pirelli Motorsport, à Autosport. "Nous en avons parlé avec quelques équipes et Bernie Ecclestone (ndlr : le patron de la Formule 1) à Bahreïn. Tester dans des conditions plus représentatives permettrait aux équipes d’acquérir une meilleure compréhension des pneumatiques."

 

 

CYCLISME-

Classiques de printemps

Un roi et des premières fois

 

C'est l'heure du bilan pour les classiques de printemps. Un grand triomphateur, Fabian Cancellara, et une foule d'outsiders à l'honneur. Voir de nouveaux visages au sommet n'est pas déplaisant. Mais aucune course n'est réellement sortie du lot. Suffisamment en tout cas pour passer à la postérité.

C'est souvent le cas et ça a toujours été le cas ces dernières années: un homme sort du lot, s'imposant comme l'homme incontournable de la campagne printanière. Fabian Cancellara avait déjà été cet homme en 2010. Il l'est à nouveau en 2013 après avoir laissé ce statut à Gilbert, puis Boonen ces deux dernières années. Sa domination est d'autant plus tranchée que, derrière lui, aucune tête d'affiche n'a brillé. En dehors de la très notable exception Cancellara, nous avons eu droit à toute une série de premières. Gerald Ciolek, Roman Kreuziger, Daniel Moreno et Daniel Martin n'avaient encore jamais signé une victoire de cette envergure. Si les Flandriennes sont phagocytées depuis des années par le duo Boonen-Cancellara (à tour de rôle), les Ardennaises manquent d'un patron clairement et surtout durablement établi. Philippe Gilbert a connu une période euphorique, mais depuis son triplé de 2011, il y a eu six vainqueurs différents en six courses (Gasparotto, Rodriguez, Iglinskyi, Kreuziger, Moreno et Martin). Il y avait de la place pour les audacieux, Kreuziger l'a prouvé à Valkenburg. Avis aux amateurs...