OLYMPISME : Le Comité olympique brésilien et son président suspendus

  • PDF

OLYMPISME

Sur décision de la Commission exécutive du CIO

Le Comité olympique brésilien et son président suspendus

 

Vendredi, à son siège de Lausanne, le Comité international olympique avait annoncé la suspension provisoire du Comité olympique brésilien (COB) et de son président, Carlos Nuzman. Ce dernier, président du COB et  du Comité d'organisation des Jeux de Rio, a été arrêté la veille pour corruption et blanchiment d'argent.

Par Abdou Seghouani

 

En fait, l’histoire se répète, 20 ans après le scandale des Jeux de Salt Lake City, qui a fait vaciller le mouvement olympique, Carlos Nuzman, 75 ans, est accusé des délits de «corruption, blanchiment d'argent et participation à une organisation criminelle», selon le communiqué de la police. Il est soupçonné d'avoir acheté des voix pour obtenir les JO-2016. Le parquet de Rio a ordonné le gel de 270 millions d'euros d'avoirs au total de Nuzman et de son bras droit, Leonardo Gryner, directeur général des opérations du Comité d'organisation des JO-2016. Les procureurs assurent que Nuzman a augmenté son patrimoine de 457 %, ces dix dernières années et qu'il a tenté de dissimuler des avoirs aux autorités. Il n'a, par exemple, déclaré que le mois dernier, après son interrogatoire, qu’il possède 16 lingots d'or.

Vendredi, la Commission exécutive du Comité international olympique a pris note de l'arrestation de M. Carlos Nuzman et discuté des faits allégués à son encontre, particulièrement en lien avec l'élection par la session du CIO, en 2009, de la ville hôte des Jeux 2016. En ce qui concerne le statut de membre honoraire de M. Carlos Nuzman au sein du Comité international olympique, la Commission exécutive décide, sur recommandation de la Commission d'éthique du CIO, avec effet immédiat, de suspendre M. Carlos Nuzman provisoirement de tous les droits, prérogatives et fonctions attachés à sa qualité de membre honoraire du CIO  et de l'exclure  de la Commission de coordination des jeux Olympiques de Tokyo 2020.

S'agissant du Comité olympique brésilien (COB), la Commission exécutive déclare que ce dernier et son président, Carlos Nuzman, étaient responsables de la candidature de Rio de Janeiro, en 2009. Par conséquent, la Commission exécutive prend la décision, avec effet immédiat, de suspendre le Comité national olympique brésilien, conformément à la Règle 59 de la Charte olympique. La suspension provisoire entraînera un certain nombre de conséquences.

Les subventions et versements du CIO au COB sont gelés. Ce dernier  n'est pas autorisé à exercer ses droits de membre dans les associations des Comités nationaux olympiques (CNO). Pour protéger les intérêts des athlètes brésiliens, cette décision n'aura aucune conséquence sur eux. Ainsi, le Comité international olympique acceptera l'inscription d'une délégation brésilienne aux jeux Olympiques d'hiver de Pyongyang 2018 et à toutes les autres compétitions auxquelles le COB serait invité, avec tous les droits et obligations y afférents.

De même, les bourses olympiques dont bénéficient des athlètes brésiliens continueront à leur être versées. Cette suspension provisoire pourra être partiellement ou totalement levée, lorsque les problèmes de gouvernance au sein du COB auront été réglés à la satisfaction de la Commission exécutive du CIO. Ce dernier  réaffirme son total engagement pour la protection de l'intégrité du sport. Le Comité olympique international continuera à traiter toute affaire portant atteinte à l'intégrité du sport, conformément aux règles et dispositions établies dans le cadre de son système de gouvernance, récemment réformé.