NATATION : Entretien avec le nouveau président de la FAN

  • PDF

Entretien avec le nouveau président de la FAN

Ahmed Chebaraka : «Je suis un rassembleur»

 

A peine élu à la tête de la Fédération algérienne de natation (FAN), Ahmed Chebaraka nous a accordé cet entretien. Semblant très motivé, le nouveau président de la FAN a exprimé sa  grande satisfaction de se voir confier les rênes de la FAN. Il a avoué également que son souci majeur est d’être à la hauteur des défis qui l’attendent en matière de développement de la discipline.

 

«Il y a du pain sur la planche»

Fier d’avoir été élu, A. Chebaraka a tenu à préciser que le plus dur reste à venir : «C’était très serré, mais j’ai gagné avec 24 voix, je suis donc très heureux. Mon rôle sera avant tout celui d’un rassembleur, d’autant plus que j’ai constaté que les membres du bureau sont un peu divisés. Mon but sera donc de réunir tout le monde et d’instaurer une dynamique de travail. Il va falloir également restructurer la discipline, et il y a du pain sur la planche.»

 

«Vers une utilisation rationnelle des bassins»

Concernant les défis que doit relever la FAN, notre interlocuteur a indiqué : «Le problème se situe actuellement au niveau de l’entente, laquelle n’existe pas. En effet, chacun travaille à son gré. De plus, nos piscines ne sont pas utilisées à bon escient. Elles ont été construites pour la performance et non pour faire du commerce, ce qui est malheureusement le cas de nos jours. Il faut aller vers une utilisation rationnelle des bassins, surtout en été. Nous avons également besoin d’une piscine spéciale pour la Fédération afin d’en faire bénéficier nos EN.»

 

«Nos athlètes sont livrés à eux-mêmes»

Abordant le volet de la formation et de l’état actuel des équipes nationales, le nouveau patron de la FAN a souligné : «Nos athlètes sont livrés à eux-mêmes, il faudra donc reprendre les choses en main. De plus, nos entraîneurs doivent se recycler. Je reconnais que l’ancienne présidente, Mme. Affane Zaza, avait entamé un travail considérable. Malheureusement, son bureau ne suivait pas, chacun faisant ce que bon lui semblait. Par conséquent, cela n’a pas marché et elle a préféré se retirer. J’aurais aimé l’avoir comme vice-présidente, ce que je lui avais d’ailleurs proposé, mais elle a décliné mon offre, préférant se consacrer à son métier de médecin, ainsi qu’à sa famille.»

 

«Constituer une composante solide pour les prochains JO 2016»

S’agissant du prochain rendez-vous olympique, qui aura lieu à Rio de Janeiro en 2016, Ahmed Chebaraka a indiqué qu’il faudra s’y préparer sérieusement dès maintenant : «Les JO se préparent quatre ans à l’avance. Il faudra donc penser à constituer une composante pour les prochains JO de Rio en 2016. Nous ne toucherons pas aux compétences actuelles, nous les aiderons à avancer et évoluer davantage. Nous mettrons d’autres à leurs côtés afin de renforcer nos équipes nationales. Il y a de nombreux nageurs talentueux, que nous devons accompagner et soutenir. Nous prévoyons également de recruter un entraîneur étranger qui pourra, en collaboration avec les entraîneurs algériens, apporter sa pierre à l’édifice.»