Natation : Vers la relance de la discipline à Tizi Ouzou

  • PDF

 

Le constat est amer : la wilaya de Tizi Ouzou est pauvre en infrastructures aquatiques.

 

Il est étonnant et scandaleux en même temps d’apprendre que la wilaya de Tizi Ouzou, qui compte une population d’un peu plus d’un million d’habitat, ne possède que trois bassins qui, de surcroît, ne répondent pas aux normes sportives en vigueur. Et comme si cela ne suffisait pas, ces infrastructures ne sont pas bien entretenues. Un seul de ces bassins est couvert, celui de la piscine olympique, ce qui n’est pas le cas des deux autres, situés respectivement au stade du 1er-Novembre et à la salle «Tazerout» de la Nouvelle-ville. Qui de plus, enregistre des problèmes d’ouverture à chaque début de saison. Comme si ses problèmes étaient insolubles.

 

La Kabylie a enfanté de grands nageurs

 

Pourtant, ce que beaucoup semblent oublier, la Kabylie a toujours été l’un des porte-étendards de la natation algérienne, et ce, à ce jour. Des nageurs tels que Sofiane Daïd, Nabil Kebbab ou Khalef Oussalah sont les purs produits de la piscine olympique de Tizi Ouzou. Ils ont été formés par des cadres locaux qui, avec beaucoup moins de moyens, ont réussi à en faire des champions qui ont dignement représenté le pays sur la scène internationale. Certains d’entre eux, à l’exemple de Nabil Kebbab et Sofiane Daïd, toujours en activité, détiennent des titres méditerranéens, africains et arabes, et des participations aux Jeux Olympiques (Athènes 2004 et Pékin 2008), ainsi qu’aux championnats du monde en petit et grand basin. Il est vrai que ces derniers, pour l’évolution de leur carrière, ont dû s’entraîner dans des pôles de développement étrangers. Mais c’était justement faute de disponibilité de bassins et autres moyens locaux à même de leur permettre d’atteindre le niveau qui est le leur actuellement. La Fédération algérienne de natation (FAN) s’est vue en quelque sorte obligée, à un certain moment, de les envoyer en France pour une meilleure prise en charge.

 

Une nouvelle réorganisation

 

En ce qui concerne le développement de la natation dans cette wilaya, il faut dire que celle-ci a fait l’objet d’une totale réorganisation, dans laquelle ont été impliquées la Ligue de natation et la DJS locale. Et à ce propos, le président de la FAN, Elias Kebbab, nous dira : «Je suis sûr que dans quelques années nous allons beaucoup parler de la natation kabyle. D’ailleurs, beaucoup de jeunes de cette wilaya ont participé aux derniers Championnats benjamins, ce qui nous laisse présager d’un avenir radieux pour cette discipline dans la région».

Notre interlocuteur ne manquera pas de préciser encore : «C’est un crime que de perdre toutes les potentialités existantes à travers la wilaya. Seulement, il est permis d'espérer une relance de cette discipline sportive dans la région. Pour cela, il suffit de quelques années de travail, et je pense sincèrement que d’ici quelque temps nous pourrons compter réellement sur la natation kabyle».

 

 

Le nombre d’adhérents a quadruplé

Effectivement, ces dernières années, la Ligue de Tizi Ouzou en charge de la discipline a vu son nombre d’adhérents quadrupler en peu de temps. Il s’agit maintenant pour cette structure d’œuvrer en vue de promouvoir les clubs et leur section de natation, afin d’éloigner définitivement le spectre du sinistre qui a frappé cette branche sportive. Pour cela, le besoin en nouveaux bassins se fait cruellement ressentir dans la wilaya de Tizi Ouzou, qui ne dispose que d’une seule piscine olympique, celle-là même qui a été le théâtre de la Coupe d’Algérie les 22 et 23 juin dernier, une compétition qui, soit dit en passant, s’était déroulée dans de parfaites conditions. De plus, cette infrastructure était connue, par le passé, pour enregistrer des problèmes en matière d’ouverture de son bassin à chaque début de saison. Il y a lieu de préciser que cela résultait surtout d’un manque d’entretien, à l'époque. Un entretien d’autant plus exigé par la vétusté de la salle des machines. La réhabilitation de la chaudière du bassin a nécessité la fermeture, pendant des années, de la piscine, les travaux ayant traîné en longueur. Et ce n'était seulement qu'en août 2006 que la réparation a effectivement eu lieu. Mais quatorze mois après, la piscine olympique a dû être à nouveau fermée, en raison d'un problème de filtres qui n'a été solutionné qu'en juin 2008.

 

Quatre nouvelles piscines programmées

Actuellement, la piscine olympique de Tizi Ouzou est fonctionnelle, même s'il reste des améliorations à y apporter. Et comme, une fois n’est pas coutume, les bonnes nouvelles ne viennent pas seules, celle-ci est accompagnée de l'annonce du lancement prochain des travaux de réalisation d'au moins quatre piscines à travers la wilaya. Plus précisément, l’une d’elle sera construite au niveau du centre- ville, dans le quartier des «Corbeaux». Les autres seront disséminées à travers la wilaya, plus exactement à Larbàa Nath Irathen, Draâ El Mizan et Azzazga. On peut dire donc que d’ici quelque temps, cette wilaya sera bien lotie en matière d’infrastructures propres à la natation.

En ce qui concerne le projet de réalisation d’une piscine au niveau de Ahmed Laâzib, ce qui s’était passé en fait, c’est que ledit projet a dû être délocalisé parce que le terrain ne s’y prêtait pas. Tout le monde sait en fait qu’un bassin est tout simplement une réserve d’eau qui pèse des centaines de tonnes. Or, au niveau de cette assiette de terrain, le sol n’était pas vraiment fixe, ce qui a nécessité le transfert du projet vers le quartier des «Corbeaux», situé en plein centre ville. Une décision qui est toute au bénéfice de la population de la wilaya de Tizi Ouzou.

 

Vulgariser la pratique

 

De cette manière, en effet, l’utilisation de la structure sera beaucoup plus importante. «Notre but est de vulgariser la pratique de la natation ici en Kabylie ainsi que sur tout le territoire national. Je pense que cette région constitue un grand vivier pour la discipline, et qu’avec une sérieuse réorganisation, qui implique aussi bien la Fédération que les autorités locales et nationales, on a les moyens de nous aligner sur les plus grandes nations de la natation», affirme Kebbab.

Il est à rappeler que Nabil Kebbab et Sofiane Daïd ont participé dernièrement à la 14e édition des Championnats du monde de natation, qui s’est déroulée à Shanghai (Chine), du 16 au 31 juillet dernier. Sans oublier de préciser qu’ils ont réalisé les temps de sélection, olympique (TSO) qui leur ouvriront probablement une participation aux prochains Jeux Olympiques de Londres 2012.

 

Par Samira Bouabdellah