Rétrospective 2009 (1er partie)

  • PDF

Trop de désordre dans les couloirs…

 

De l’avis même de plusieurs acteurs crédibles de la natation algérienne, l’année 2009 est à mettre vite aux oubliettes, et ce, sur tous les plans. Courtisée par deux clans, celui de l’ancienne équipe sortante et celui de Nacer Cherri,  qui se disputaient le poste de président et ceux des membres du bureau, la lutte pour prendre les commandes de la Fédération n’a pas tardé à dépasser son cadre légal. En effet, ce « combat », au demeurant sain, s’il s’était limité à la mobilisation des troupes autour d’un programme de développement cohérent au profit de la discipline et des athlètes, a malheureusement débordé de son cadre pour laisser place à un  affrontement verbal à la limite de la correction la plus élémentaire,  lors de la première session de l’AG élective tenue le 30 janvier 2009 au siège de la DTN. Dés lors, la Fédération algérienne de natation allait devenir l’otage d’un groupe de personnes qui plaçaient avant tout leurs propres intérêts au détriment de ce sport. 

 

Larbaoui élu à la tête de la FAN

 

Une semaine de tractations dans les coulisses, qui ont porté sur le changement de la liste des experts et l’introduction d’une nouvelle candidature au poste de président, a permis enfin une sortie de crise. Porté à la tête de la FAN le 5 février 2009, le nouveau président, Jawad Larbaoui, n’était, tout comme le bureau, que « le paravent derrière lequel se dissimulaient les vrais décideurs », selon les conclusions de plusieurs observateurs avertis. Les nouveaux occupants  de la FAN l’apprendront très vite à leurs dépens au cours des premières réunions du bureau fédéral. En effet, la Directrice technique nationale, Samia Benmaghsoula, présente tout le long des deux précédents mandats, admettait mal les « écarts » du président et ceux  des responsables de commissions, entre autres, du professeur en orthopédie, Mohamed Yahia-Cherif (médicale) et Yahia Bousmaha (règlements – qualifications), qui voulaient instaurer une certaine discipline dans la prise des décisions et insuffler de nouvelles méthodes de gestion. Les premiers clashs n’ont pas tardé à survenir suite à la tentative de qualification de la nageuse Amira Kouza au GS Pétroliers et au désir du président de la commission médicale de changer certaines habitudes ancrées au sein de la FAN dans la désignation du staff médical.

 

Démission de la DTN Benmaghsoula

 

C’en était trop pour la DTN Benmaghsoula qui finira par déposer sa démission le 1er mai auprès du MJS, et non pas au bureau fédéral avec qui elle était liée pourtant par un contrat. A ce problème s’ajoutera celui de certains membres du bureau qui cumulent le mandat d’élu à la FAN et dans certaines ligues et clubs. Leur empressement à se mettre en conformité avec l’article 31 des statuts de la Fédération est inversement proportionnel à la vitesse de la lumière. Une démarche malheureusement cautionnée par le SG garant pourtant de la bonne marche administrative de la FAN. Finalement, la démission de la DTN est acceptée par le MJS, ce qui conduira à la désignation d’un intérimaire, en l’occurrence le DTN-Adjoint Réda Benlakhal  jusqu’au championnat du monde (août 2009) en attendant la prise de fonction de Mimoun Afane, proposé par le président, et accepté par la tutelle, au poste de DTN. Sans aucune passation de consignes avec la DTN démissionnaire et victime « d’une rétention de l’information », Afane deviendra la cible idéale de certains membres du bureau. Sa prise en charge est plusieurs fois sujette à caution malgré l’intervention de la tutelle. 

La suite de cette rétrospective 2009 dans notre prochaine édition.  

O.Kama