NATATION ; «Qualifier le plus grand nombre aux JOJ»

  • PDF

NATATION

Dans un entretien accordé à Planète Sport,

Reda Benlakehal (DTN à la FAN) :

«Qualifier le plus grand nombre aux JOJ»

Par Amel Bouazza

Rencontré avant- hier au niveau du siège de la Fédération algérienne de natation, au Complexe olympique « Mohamed-Boudiaf », Reda Benlakehal, directeur technique national (DTN) à la Fédération algérienne de natation (FAN), poste qu’il occupe depuis tout juste un mois , a bien voulu nous parler des objectifs actuels de l’instance fédérale.

Notre interlocuteur a également évoqué les différentes compétitions auxquelles se préparent les athlètes, toutes catégories confondues, ainsi que les difficultés rencontrées.

«L’interclubs est un bon test pour avoir une idée sur la forme des clubs»

Sollicité par nos soins afin de faire une évaluation de l’interclubs qui a pris fin vendredi dernier à Sétif, Réda Benlakehal a indiqué : «L’interclubs ne montre pas le niveau individuel de chaque athlète. C’est beaucoup plus une compétition qui oppose des clubs et qui permet donc d’avoir une idée sur la forme de chacun de ces clubs. Le nombre d’athlètes et d’épreuve y est limité. Cette compétition avait débuté juste après les vacances qui ont été consacrées à quatre stages dans les villes d’Alger, Bouira, Biskra et Sétif.»

«Des créneaux horaires insuffisants pour les athlètes»

Toujours au sujet de ces stages effectués récemment et des prochains que devront effectuer nos athlètes, le DTN a expliqué : «Nous avons profité des vacances scolaires afin de regrouper nos athlètes, sachant pertinemment qu’il nous est impossible de le faire durant le reste de l’année. C’est d’ailleurs là un gros problème pour les clubs, vu que leurs nageurs sont scolarisés et ne sont donc disponibles qu’à partir de 17h. L’autre problème réside au niveau du créneau horaire des piscines. Les clubs sont soumis à un payement selon leurs moyens, bien sûr, et par conséquent, les créneaux horaires dont ils héritent sont parfois limités. Je dirais donc que ces quatre stages ont permis de réduire le manque de kilomètres d’entraînement en bassin chez les athlètes. »

«Nous avons récupéré le bassin extérieur pour ouvrir de nouveaux créneaux»

Toujours à propos des créneaux horaires qui, selon le DTN, sont un sérieux problème pour les nageurs, M. Benlakehal a ajouté : «En tant que direction technique, nous aspirons même à profiter des week-ends afin de permettre aux athlètes de nager. Nous venons d’ailleurs par le biais du président de la FAN de récupérer le bassin extérieur de la piscine du « 5 Juillet », qui était fermé, et ce après discussions avec les responsables de l’OCO, que je félicite d’ailleurs car ils nous ont autorisé à l’utiliser. Ainsi, on aura des créneaux supplémentaires et un calendrier que l’on va mettre en place pour utiliser ce bassin le matin en le mettant à la disposition des jeunes qui veulent nager avant d’aller à l’école. Il y aura également un deuxième créneau pour s’entraîner entre midi et quatorze heures et une séance le soir à partir de 17h.»

«Sans un entraînement biquotidien, nous n’irons pas loin»

Poursuivant sur sa lancée, M. Benlakehal renchérit : «Si l’on ne suit pas ce qui ce fait en matière d’entraînement au niveau mondial où on a recours au biquotidien nous, ne pourrons rien faire ni même aspirer à nous imposer sur le plan continental. C’est pour cela que je dis que si l’on est incapable d’atteindre le podium africain, nous ne pouvons prétendre à des qualifications aux Jeux Olympiques.»

«Engager les quatre meilleurs filles et garçons aux Jeux Africains de la Jeunesse»

Au sujet des prochaines échéances aussi bien nationales qu’internationales, notre interlocuteur a tenu à préciser : «A l’échelle nationale, il y aura les Championnats, toutes catégories confondues. Au niveau international par contre, cette année les échéances concerneront beaucoup plus les jeunes nageurs, c'est-à-dire les juniors, cadets et minimes, et même certains jeunes talents benjamins. Cela en vue des Jeux Africains qu’abritera le Botswana du 23 au 31 mai prochain. Nous sommes limités par le nombre car le pays organisateur n’autorise l’engagement que de quatre filles et quatre garçons. Nous engagerons donc les quatre meilleurs garçons et filles nés entre 1995 -1999.»

«Le meeting international de Dubaï pour qualifier les jeunes aux JOJ»

Les JOJ, qui auront lieu du 16 au 28 août prochain à Nankin, en Chine, approchant à grands pas, le DTN a évoqué un point important, à savoir les minima de qualification requis pour cette importante échéance mondiale : «Pour les JOJ en Chine, nous ferons participer les jeunes nés entre1996 et 1999. Pour cela il va leur falloir réaliser au préalable les minima de qualification, et ce dans des compétitions reconnues par la FINA, sachant que ceux réalisés lors de compétitions nationales ne sont pas reconnus. Par conséquent, nous avons ciblé le meeting international de Dubaï, qui aura lieu prochainement et dont le but sera de faire qualifier le plus grand nombre de jeunes aux JOJ. Nous essayons de donner le maximum de chances à nos nageurs afin qu’ils puissent se qualifier à cette compétition.»

«Des minima de préparation pour cibler les meilleurs nageurs»

Concernant la catégorie d’âge des seniors et les compétitions qui les attendent, le DTN a poursuivi : «Pour les seniors, il y aura bientôt des Championnats d’Afrique dont la Confédération africaine de natation n’a pas encore révélé la date et le lieu. En attendant, nous avons programmé des stages pour nos nageurs. Je pense qu’il faut restructurer cette catégorie d’âge, c'est-à-dire établir des minima de préparation et cibler les athlètes que la DTN doit prendre en charge pour telle ou telle échéance. Le niveau est connu et seuls les athlètes qui le méritent réellement doivent être pris.»