KARATE : Entretien avec le nouveau président de la FAK

  • PDF

Entretien avec le nouveau président de la FAK

Khider Aït Brahim : «Pour la stabilité et la continuité dans le travail entamé»

Le nouveau président de la Fédération algérienne de karaté (FAK), Khider Aït Brahim, nous accordé un entretien dans lequel il fait part, entre autres, des grandes lignes de son programme.

Seul candidat à la présidence de la Fédération algérienne de karaté (FAK), Khider Aït Brahim

a obtenu 70 voix sur les 81 suffrages exprimés (11 bulletins nuls) lors de  l’AG Elective qui s’est tenue samedi dernier à l’ENS/STS de Dély Ibrahim, à Alger. Il y a lieu de rappeler que la candidature du président sortant Aboubakr Mekhfi avait été rejetée par la commission chargée du suivi de l’opération de renouvellement des instances sportives nationales.

Tout fraîchement élu, M. Ait Brahim, président de la Ligue d’Alger depuis 2000, nous a livré ses  impressions et a tenu à nous faire part des grandes lignes de son programme.

 

Cela vous a fait plaisir d’accéder à la présidence de la FAK ?

Effectivement, j’ai été élu par une confortable majorité de 70 des 81 voix exprimées. En d’autres termes, la famille du karaté m’a en quelque sorte plébiscité. C’est donc un grand honneur pour moi mais aussi une lourde responsabilité, sachant que je dois maintenant m’atteler à montrer que je suis digne de la confiance dont on m’a investi. L’avantage pour moi, c’est que j’ai déjà été président de ligue, donc je connais assez bien la discipline et je vais faire de mon mieux pour faire évoluer davantage le karaté.

 

Justement, peut-on connaître les grands axes de votre programme de développement de ce sport ?

Avec les membres du bureau fédéral, nous allons faire en sorte d’assurer la stabilité et la continuité dans le travail qui a été entamé. Nous chercherons également les solutions adéquates pour pallier aux déficiences.

 

Des échéances de taille approchent à grands pas. Qu’envisagez vous en matière de préparation de nos EN ?

Nous allons d’abord organiser des joutes pour que nos jeunes soient compétitifs. Et puis nous les accompagnerons tout au long du processus pour qu’ils puissent progresser réellement. Enfin, nous allons veiller à leur donner le maximum et à mettre tous les moyens à leur disposition.