KARATE : Dyhia Chikhi (athlète de la JS Fréha) :

  • PDF

Dyhia Chikhi (athlète de la JS Fréha) :

«Mon objectif, c’est de décrocher l’or aux Jeux méditerranéens en Turquie »

Licenciée à la Jeunesse Sportive de Fréha (JSF), Dyhia Chikhi est une karatéka qui n’a pas froid aux yeux. Elle a une grande confiance en ses capacités et nous le dit sans forfanterie aucune.

La karatéka de la Jeunesse Sportive de Fréha (JSF), Dyhia Chikhi, qui a décroché la médaille de bronze lors des derniers Jeux  universitaires organisés dans la capitale namibienne, Windhoek, prépare activement les prochains Jeux méditerranéens qui se dérouleront à Mersin, en Turquie, du 24 juin au 3 juillet prochain. La talentueuse karatéka défendra aussi, lors du prochain Championnat d’Algérie, son titre national qu’elle conserve jalousement depuis neuf ans maintenant. Dyhia Chikhi sait ce qu’elle vaut et ce qu’elle veut, comme on peut le constater à travers l’entretien qui suit.

 

Avec du recul, quel bilan faites-vous de votre dernière participation aux Jeux universitaires et êtes-vous satisfaite de la médaille de bronze décrochée ?

On a récolté 18 médailles en Namibie aux 6èmes Jeux universitaires qui ont eu lieu en décembre dernier, et on peut dire qu’on est satisfaits. On s’est rachetés de notre médiocre participation au Championnat du monde à Paris, où on n’a récolté qu’une seule médaille de bronze. On a fini les Jeux universitaires en deuxième position, juste derrière l’Egypte, remportant la première place pour équipe dames. En réponse à votre seconde question, personnellement, je ne suis pas vraiment satisfaite car je suis passée à côté de la plaque lors du Championnat du monde à Paris. J’étais un peu stressée et j’ai perdu mes repères sur le tapis faute d’une bonne préparation. Cependant, la médaille d’or était largement dans mes cordes à Windhoek si je n’avais pas été malheureusement lésée par l’arbitre égyptien, lequel m’avait arbitré contre sa compatriote. Il était partial et m’a injustement privée de décrocher le vermeil tant convoité. Toutefois, le bronze, c’est mieux que rien, et je ferai de mon mieux pour me ressaisir lors des prochains jeux Méditerranéens qui se tiendront en Turquie en juin prochain.

 

Vous viserez sûrement la médaille d’or lors de ces jeux…

Oui, bien sûr, je suis une athlète ambitieuse qui veut toujours aller de l’avant, et mon objectif est de décrocher l’or afin de me rattraper et être à la hauteur de la confiance placée en moi par les responsables de la Fédération algérienne de karaté, à leur tête le président Aboubakar Mekhfi, lequel fait un énorme travail au sein de la FAK. Je vais me préparer convenablement et m’entraîner d’arrache-pied avec mon club formateur, la JS Fréha, aux côtés de mon père, que je remercie pour tout ce qu’il fait pour moi. Je sais ce que je vaux et j’ai confiance en mes qualités. Je tâcherai de revenir avec l’or de Turquie.

Vous avez été championne d’Algérie neuf fois de suite et vous serez appelée à défendre ce titre prochainement. Etes-vous capable de le préserver ?

Je sais que la tâche ne sera pas facile, face à de bons athlètes, mais mon principal objectif, lors du prochain Championnat d’Algérie, c’est bien sûr de défendre farouchement mon titre de championne d’Algérie. Le fait d’être sacrée championne d’Algérie neuf fois de suite n’est pas arrivé juste comme ça, par hasard. C’est le fruit de mon sérieux et de mon abnégation dans le travail et ma détermination à progresser et gravir les échelons. Je ferai le maximum pour être sacrée historiquement pour la dixième fois championne d’Algérie, pour honorer dignement mon statut et les couleurs de mon club formateur, la JS Fréha. J’ai les moyens et les qualités pour conserver mon titre car je sais ce que je vaux, mais sans, pour autant, diminuer de la valeur de mes concurrentes.

 

Un mot pour clore cet entretien…

Je tiens à travers les colonnes de Planète Sport à remercier chaleureusement le Directeur de la Jeunesse et des Sports de Tizi Ouzou, Aziz Tahir, pour son soutien moral et financier, ainsi que tous ceux qui m’ont soutenue, notamment mes coéquipières et mon père. Je leur promets de faire le maximum pour décrocher l’or en Turquie et conserver mon titre de championne d’Algérie.