KARATE : Aboubaker Mekhfi (président de la FAK) :

  • PDF

Aboubaker Mekhfi (président de la FAK) :

«Le karaté algérien montera encore plus haut»

Suite à la publication d’un article concernant le jeune karatéka du JS Barika, Walid Bouabaoub (voir notre édition d’hier), nous avons contacté Aboubaker Mekhfi, président de la Fédération algérienne de karaté (FAK), afin d’en savoir plus sur ce jeune athlète à l’avenir prometteur, selon des observateurs de la discipline. Ce coup de projecteur sur un sport qui veut avoir droit de cité dans le mouvement sportif national est amplement justifié. Mais laissons plutôt le président de la FAK nous en parler.

Un mot concernant la performance de Walid Bouabaoub à Paris-Bercy ?

 

Walid a fait sa première participation en compétition internationale en avril 2009, à l’occasion de l’Open du Bosphore. Nous avons fait un travail de fond avec tout nos karatékas et, bien sûr, parmi eux Walid Bouabaoub, qui a décroché plusieurs titres internationaux et arabes tels que la médaille d’or à l’Open international de Turquie. Cependant, le plus important reste la médaille de bronze qu’il a remportée à Paris-Bercy lors des 21es Championnats du monde qui se sont déroulés du 21 au 25 novembre dernier. Il avait alors été blessé mais le staff technique avait pu le récupérer, et c’est ainsi qu’on a pu décrocher cette précieuse médaille, la second après celle de Benkaddour, en 1990. J’avoue qu’il aurait pu aller en finale si la prise en charge avait été meilleure. Il avait raté des tournois importants à cause de sa blessure  autrement il aurait pu s’adjuger l’or

Est-ce à dire que les katatékas algériens sont en train de s’imposer aux niveaux mondial et continental ?

 

Nous avons sept athlètes qui se sont distingués lors de ces Championnat et 21 qui sont classés dans le top ten (top 10 ndlr). Ces joueurs n’ont que 14 ans, à l’image de Amar Guerni. Donc, en plus de Walid Bouabaoub, nous avons d’autres éléments qui sont en train d’émerger, et nous pouvons dire que l’Algérie pourra décrocher des médailles d’or lors des prochains Jeux Olympiques de Rio de Janeiro, en 2016. Pour cela, nous devons éviter à l’avenir de mettre l’accent toujours sur les mêmes disciplines, mais plutôt regarder du côté des autres telles que le karaté, qui ne manquera pas de monter plus haut encore grâce notamment au travail de formation que nous effectuons depuis quelque temps. Nos objectifs à court terme ont d’ailleurs été atteints, ce qui est de bon augure, et nous continuons à œuvrer pour le long terme. Il nous faut seulement persévérer car c’est là que réside le secret de la réussite.

Propos recueillis par Amel Bouazza