KARATE : 21es Championnats du Monde de karaté-do à Paris

  • PDF

21es Championnats du Monde de karaté-do à Paris

Du bronze et des satisfactions pour l’Algérie

Par Abdou Seghouani

 

Le karatéka algérien Oualid Bouabaoub, 24 ans, a remporté la médaille de bronze de la catégorie des -75 kilogrammes, lors de la 4e journée des 21es Championnats du Monde de karaté-do, samedi, au palais omnisports de Paris-Berçy, en France.

 

Qualifié en finale de repêchage, le karatéka Oualid Bouabaoub a remporté son combat (6-4) contre le Français Davy Dona, 31 ans, qui évoluait dans son jardin, à Bercy, devant 17.000 spectateurs. Davy Dona a été champion d'Europe en 2003. Sur place, à Paris, la médaille algérienne a été saluée par une poignée de spectateurs dans une explosion de joie, scandant : «One, two, three, viva l’Algérie !».

 

Un parcours honorable

 

Avant d’atteindre le stade de la petite finale, pour la médaille de bronze, Walid Bouabaoub a réalisé un parcours honorable dans ses différentes confrontations. L’Algérien a passé le premier tour sans combattre, puisqu’il était exempt. Il a battu ensuite, tour à tour, le Lituanien Sadikovs (5-0), le Slovaque Lieskovsky (3-1), l’Espagnol Moreno (6-0) et l’Américain Scott (2-1), avant de s’incliner face à l’Azerbaïdjanais Aghayev (0-3). A la suite de quoi, il se retrouve qualifié dans le tableau de repêchage où il a affronté et battu le Français Dona, se hissant ainsi sur la troisième marche du podium. Cette consécration amplement méritée de Bouabaoub n’était pas du tout évidente il y a de cela un mois et demi, lorsqu’il avait contracté une sévère déchirure musculaire. Heureusement que le docteur Bendebkha, grâce à ses compétences et son savoir-faire, a réussi à rétablir l’athlète et le remettre sur pied pour l’échéance mondiale.

 

Un sentiment de satisfaction

 

En plus de la médaille de bronze de Bouabaoub, il y a lieu de souligner les bons résultats obtenus par deux autres de nos karatékas, après un parcours jugé «appréciable» par le staff technique de l’Equipe Nationale de karaté-do. Il s’agit de Yasmine Bennazoug, qui s’est classée à la 7e place dans la catégorie des -55 kg, en kumité individuel féminin, et de Missipsa Hamadini, qui s’est lui aussi classé 7e chez les +84 kg, en kumité individuel masculin.

Le sentiment de satisfaction était nettement perceptible au sein de la délégation algérienne, notamment au sein du staff technique et des responsables de la Fédération algérienne de karaté-do (FAK). Surtout que la moyenne d’âge (22 ans) des athlètes algériens est porteuse d’espoirs pour ce sport.

S’agissant du staff technique national, il est composé de compétences certaines, à l’image de Réda Benkaddour (kumité messieurs), Tarik Admane (kumité dames) et Youcef Dhaballah (kata).

 

 

 

Déclarations …

 

Photo BOUABAOUB

Oualid Bouabaoub : «C’est une grande victoire pour moi»

«Je dédie ma médaille de bronze à mon pays. Pour moi, il s’agit d’une grande victoire réalisée à Paris et qui a une saveur particulière. Je la dédie au peuple algérien et au président Abdelaziz Bouteflika à l’occasion du cinquantenaire du recouvrement de l’indépendance du pays et à l’occasion de la fête de l’Achoura. Je reviens de blessure et j’ai travaillé dur pour retrouver mon niveau. Je suis sûr que j’aurais fait mieux si j’étais en possession de tous mes moyens».

 

Photo MEKHFI

Boubaker Mekhfi,(président de la FAK) : «Je suis comblé !»

«La participation algérienne a été une réussite totale et la médaille de Bouabaoub aura été la cerise sur le gâteau. La karaté algérien avait impérativement besoin d’un podium mondial et, Dieu merci, nous l’avons obtenu. Ce succès est le fruit du travail de base que nous avons initié au sein de la Fédération et qui a fini par payer. Il ne s’agit là que des premiers résultats, l’avenir sera désormais meilleur pour notre discipline. Je suis comblé !».

 

Djafar Benzerroug (SG de la FAK) : «Une juste consécration»

«Nous nous réjouissons de la médaille de Bouabaoub. On avait confiance en nos athlètes, qui étaient tout jeunes, certes, mais très ambitieux. C’est là une juste consécration, qui nous fait énormément plaisir. Mais, en même temps, ce résultat doit nous inciter tous, athlètes, staffs et dirigeants, à poursuivre nos efforts pour décrocher d’autres distinctions dans les échéances à venir».

Abdou S.