KARATE DO : 150 arbitres stagiaires au rendez-vous, à Oran

  • PDF

1er stage de juges et arbitres de la région Ouest

150 arbitres stagiaires au rendez-vous, à Oran

 

La Fédération algérienne de karaté-do (FAK), en collaboration avec la Ligue spécialisée et la DJSL de la  wilaya d’Oran, a organisé durant deux jours un stage de formation des juges et arbitres de la  région Ouest.

 

Par Sadek Belkheïr

 

Ce premier regroupement de la saison 2016- 2017  a vu la  participation de 150  stagiaires, dont 15 filles, venus de 11 ligues de wilaya, à savoir : Aïn Témouchent, Batna, Chlef, Mascara, Médéa, Mostaganem, Nâama, Oran, Relizane,  Saïda et Tlemcen. A noter que la Ligue d’Oran, à elle seule, a enregistré a délégué à ce stage pas moins de 48 participants.

Une première pour la LWOK.

Les stagiaires ont eu droit à des cours théoriques et des exercices pratiques dispensés par des experts de la Commission nationale d’arbitrage. La première journée, consacrée aux cours théoriques, s’est déroulée à la  Maison de Jeunes d’El-Barki (Oran). Quant aux exercices pratiques, ils ont eu lieu le lendemain au Palais des sports Hamou-Boutlelis de la capitale de l’Ouest.

Les stagiaires ont eu droit à des tests et examens pratiques. C’est ainsi qu’ils ont eu à arbitrer des combats de  jeunes cadets, sous l’œil des membres du jury de la Commission nationale d’arbitrage. Les  épreuves se sont déroulées en présence d’une bonne assistance, composée notamment de dirigeants de ligues, d’entraîneurs et éducateurs, mais aussi d’amateurs de la discipline.

A noter les bonnes conditions de déroulement de cette opération, la Ligue de wilaya de karaté-do et la DJSL ayant mis tous les moyens, notamment matériels, à la disposition des organisateurs. Les membres du nouveau bureau exécutif de la ligue de wilaya, à leur tête le nouveau président Tayeb Kaddour, méritent une mention particulière pour leur disponibilité et leur omniprésence.

A la clôture de tous les examens théoriques et pratiques, les membres du jury de la Commission nationale d’arbitrage n’ont pas manqué de féliciter tous les arbitres anciens et nouveaux, avant la remise des diplômes aux lauréats.

 

►►ENTRETIEN AVEC …

Kaddour Tayeb (président Ligue d’Oran de karaté) :

«Nous sommes satisfaits de la réussite de ce 1er stage d’arbitres»

 

Le nouveau président de la Ligue de wilaya d’Oran de karaté est un international de la discipline qui a été plébiscité par toute la famille du karaté pour prendre les rennes de la Ligue. On attendait en effet de lui qu’il booste cet qui martial qui perdu de son lustre depuis près de huit années dans la région. Il nous ouvre on cœur.

Vous avez été porté à la tête de la LWOK après avoir été plébiscité par la famille du Karaté. Qu’en dites-vous ?

 

Je tiens tout d’abord à remercier, tous ceux qui me font confiance. Mais je dois dire que j’ai hérité d’un lourd fardeau, vu que le karaté est à son plus bas niveau, alors qu’Oran constituait part le passé un grand réservoir de champions. C’est dire que notre mission ne sera pas de tout repos, pour tout mettre en ordre et surtout pour remettre le train en marche.

Comment s’était déroulée l’assemblée générale élective ?

 

Au départ, des personnes de la famille du karaté m’avaient sollicité pour prendre les destinées de la Ligue. On avait jugé en efffet que j’étais l’homme de la situation, vu mon expérience et mon passé d’athlète. Je les remercie pour cette confiance. Le jour de l’élection, le 31 décembre passé, je n’ai trouvé aucune difficulté pour passer avec 18 voix, contre 12 pour le président sortant.

Pourriez-vous nous donner un aperçu sur votre plan d’action ?

 

On va commencer par le plus important, à savoir la formation à partir de la base. On s’occupera ensuite des techniciens et encadreurs. Bien sûr, on va tout faire pour que le Karaté retrouve son lustre perdu au niveau d’Oran. Vendredi prochain, nous allons organiser  et duran t deux jours les Championnats de wilaya des Benjamins, Minimes, Cadets, Juniors et Espoirs, en individuel et par équipe. Ce sera la première compétition pour la nouvelle ligue.

Ce premier stage d’arbitres, que vous avez organisé en collaboration avec la FAK,  est jugé réussi. Qu’en dites-vous ?

 

C’est aussi le premier événement que la FAK a organisé  à Oran. Nous étions partie prenante en matière d’organisation, pour mettre dans de bonnes conditions les stagiaires, avec la préparation du Palais des sports pour les épreuves pratiques et tout coordonner avec la Maison de Jeunes d’El Barki pour les cours théoriques. Pour vous dire, nous avons on a veillé au grain pour le bon déroulement de ce stage. Bien entendu, avec l’aide de la DJSL.

Justement, on nous apprend que le bureau de la Ligue que vous avez constitué pour vous seconder est composé de gens d’expérience, notamment des hommes de la discipline …

 

Dès mon élection à la tête de la ligue, il était évident qu’il fallait du sang neuf pour la relance du Karaté à Oran. Je m’étais donc entouré d’anciens karatekas internationaux, connaissant parfaitement la discipline et qui, à coup sûr, n’allaient pas manquer  d’apporter un plus à ce sport de combat qui se trouvait à mal. Il s’agit de Fatah Houari, El Djamouss Louay, Brahim Krouche, Mohamed Chaïb, Houari Maâche, Sofiane Zouad et Houari Benmouffok.

Peut-on avoir un aperçu sur votre passé d’athlète ?

 

J’ai débuté la pratique du karaté en 1986, à l’âge de 11 ans, chez Cheikh Mimoun Benmouffok, avec qui j’ai beaucoup appris, jusqu’en cadets. En 1997, junior alors, j’intègre le club MCA. J’ai aussi intégré l’équipe international à partir des cadets et ce jusqu’à la catégorie seniors. J’ai dû mettre fin à ma carrière d’athlète en 2002, à l’âge de 27 ans, pour des raisons personnelles. Par la suite j’ai été entraîneur de la Sureté nationale de 2004 à 2008, puis dans deux autres associations à Gambetta et au Plateau Blanc pour me consacrer à la formation de jeunes talents. Je suis aussi cadre à la DJSL et président  de la Ligue de wilaya d’Oran.

On vous laisse le soin de conclure …

 

Mon souhait le plus cher est de voir la discipline retrouver son lustre d’antan. Je ferai tout pour que le karaté retrouve sa vraie place. Je remercie tous ceux qui m’ont plébiscité à la tête de la Ligue d’Oran, notamment les clubs et les ex présidents de ligue.

Propos recueillis par Sadek B.