KARATE : Entretien avec Walid Bouaboub (médaillé de bronze aux Mondiaux de Paris-2012) :

  • PDF

 

Entretien avec Walid Bouaboub (médaillé de bronze aux Mondiaux de Paris-2012) :

«Toujours représenter dignement l’Algérie»

 

Le karatéka algérien Walid Bouaboub, qui a réalisé une belle performance aux Mondiaux de Paris (France), l’an dernier, en décrochant une médaille de bronze, se prépare activement pour d’autres défis.

 

Malgré sa blessure, et dans une ambiance pleine de sérénité et de rigueur, entouré qu’il est de son staff technique national, le karatéka algérien Walid Bouaboub, médaillé de bronze aux derniers Championnats du monde à Paris (21-25 novembre 2012) en kumité chez les -75 kg, reste bel et bien présent dans les grand rendez-vous de la discipline et continue de suivre avec assiduité, depuis la fin du mois de ramadan, les différents regroupements programmés par la Direction technique nationale (DTN) de la Fédération algérienne de karaté-do (FAK).

Ce natif de Constantine, âgé de 24 ans, licencié en sciences commerciales dans la spécialité marketing, est également étudiant en karaté en 4e année à l’ISTS d’Alger. Nous avons rencontré Walid Bouaboub durant le stage précompétitif organisé par la FAK au profit des équipes nationales de kata et kumité des différentes catégories des deux sexes, en prévision de leur participation au Championnat du Monde Shitorwu, qui se déroule actuellement au Japon (10-17 septembre), mais aussi les Jeux Islamiques qui doivent avoir lieu en Indonésie, du 18 septembre au 02 octobre prochain. Walid Bouaboub, qui n’a pas caché ses émotions en répondant à nos questions, nous a fait part de ses ambitions.

 

A la veille du championnat du Monde Shitorwu et des Jeux Islamiques, prévus respectivement au Japon et en Indonésie, pourriez-vous nous faire part ses  sentiments qui vous habitent ?

 

Depuis la fin du mois sacré de ramadan, je suis présent dans les regroupements programmés et organisés par la Fédération algérienne de karaté (FAK). Je ne vous cache pas que j’ai contracté une blessure au niveau des ligaments, mais l’encadrement technique et médical m’a concocté un programme spécial afin de me permettre de recouvrer, dans les meilleurs délais, mes capacités physiques sur tous les plans. Il faut savoir également que je fais toujours l’objet d’un suivi régulier.

 

Comment est l’ambiance au sein du groupe ?

 

Nous travaillons sans relâche, dans une atmosphère familiale et empreinte de sérénité. Tous les moyens adéquats ont été mis à notre disposition par le nouveau bureau fédéral présidé par M. Khider Aït-Ibrahim, pour une préparation rigoureuse mais aussi une grande concentration. Je dois reconnaître que nous sommes bien encadrés sur tous les plans en vue de la concrétisation de nos objectifs. A nous de faire le nécessaire pour répondre à l’attente de nos responsables.

 

Selon un quotidien de la presse nationale, vous auriez été écarté de la sélection nationale. Est-ce vraiment le cas ?

 

Effectivement, j’ai appris que des déclarations m’avaient été prêtées dans un quotidien national et, justement, vous m’offrez là l’occasion de mettre les choses au point et de les rejeter totalement et de manière catégorique. Je n’ai fait aucune déclaration à la presse et la personne qui a donné cette information et m’a prêté de tels propos n’a pas le droit de parler en mon nom. J’aurais pu l’ester en justice mais j’ai préféré garder ma concentration sur le tatami. Le moins que je puisse dire, c’est que la FAK est totalement disponible pour nous aider, avec tous les moyens dont elle dispose. Par conséquent, je ne vois vraiment pas comment je pourrais dire du mal d’une fédération où tout le monde me connaît et m’estime.

 

Un dernier mot pour conclure ?

 

Je souhaite recouvrer ma forme et aller au Japon pour décrocher des médailles pour mon pays, l’Algérie. Aux Jeux Islamiques, nous sommes tenus de représenter dignement les couleurs nationales. Pour le long terme, et là je pense aux Championnats du monde, aux Jeux Arabes et Africains ainsi que les tournois opens, il me faudra confirmer ma troisième place décrochée aux Championnats du monde organisés l’an dernier en France.