KARATE : Entretien avec le président de la FAK, après les Championnats Méditerranéens de Chypre

  • PDF

Entretien avec ltien e président de la FAK, après les Championnats Méditerranéens de Chypre

Khider Aït Brahim :

«A présent, il faut nous reconquérir l’Afrique»

Propos recueillis par Amel Bouazza

 

Les athlètes algériens engagés dans les Championnats Méditerranéens de karaté, des jeunes catégories, qui se sont déroulés à Chypre, du 24 au 26 mai, ont obtenu d’excellents résultats (Voir notre édition d’hier).

 

Suite à la participation des équipes nationales algériennes des cadets, juniors et espoirs aux Championnats Méditerranéens des jeunes catégories, qui ont eu pour théâtre de déroulement la ville de Nicosie, à Chypre, du 24 au 26 mai en cours, nous avons pris attache avec Khider Aït Brahim, président de la Fédération algérienne de karaté, afin qu’il nous livre ses impressions quant aux résultats enregistrés par nos karatékas, qui ont glané un total de 13 médailles, dont 4 en or, s’adjugeant ainsi la deuxième place au classement.

Quelle évaluation faites-vous des performances de nos karatékas à Chypre ?

Je pense que les résultats parlent d’eux-mêmes. Je suis un homme de terrain, je laisse donc le soin aux gens de juger par eux-mêmes. Je dirais juste que nos athlètes avaient confiance en leurs capacités et que si on avait participé avec plus de karatékas, au nombre des 20 que nous avions retenus faute de moyens, alors que les Egyptiens avaient engagé 47, nous aurions pu décrocher plus de médailles et, sans doute, la première place. Il ne faut pas oublier non plus que le bassin méditerranéen renferme le gotha mondial de la discipline, constitué de pays tels que l’Espagne, la Grèce, l’Italie et la Tunisie. Des pays que nous avons tout de même réussi à surclasser. Je remercie à cette occasion les entraîneurs, qui ont fait du bon travail, ainsi que les athlètes, qui représentent un riche potentiel. Je dédie ces médailles au peuple algérien, particulièrement à tous les sportifs. J’ajouterais que ces résultats sont la meilleure réponse à ceux qui ont critiqué le fait que nous ayons changé le staff technique des sélections nationales.

 

Nous avons remarqué l’effectif était constitué de jeunes athlètes à l’avenir très prometteur. Un commentaire à ce sujet ?

En effet, ce sont ces mêmes éléments que nous retrouverons bientôt lors des prochains Championnats d’Afrique qui auront lieu à Tunis, du 20 août au 3 septembre 2013. Ces athlètes auront la lourde tâche de défendre les couleurs de l’Algérie, qui se doit de reconquérir l’Afrique et de retrouver sa place parmi l’élite du continent, surtout après que nous ayons fait l’impasse l’année passée, en seniors messieurs et dames, sur les Championnats d’Afrique de Rabat. Je trouve que c’était vraiment désolant, d’autant plus que tous les pays y avaient participé. L’Algérie ne doit jamais être absente de manifestations telles que celle-là. De plus, les Championnats d’Afrique nous serviront de préparation aux prochains Championnats du monde (juniors, cadets et espoirs) prévus en novembre prochain, en Espagne.

 

A ce propos, pensez-vous que nos athlètes soient capables de récidiver prochainement,  notamment lors des Championnats du monde ?

J’estime que c’est tout à fait possible, sachant que lors de ces Mondiaux d’Espagne, ils auront à affronter pratiquement les mêmes adversaires que lors des Championnats Méditerranéens et que, par conséquent, ils pourront réussir les mêmes résultats. De plus, ils ont acquis une précieuse expérience à Chypres, et savent désormais ce qu’est le haut niveau.

Pour en revenir aux compétitions nationales, le 31 mai courant, auront lieu les Nationaux de kumité par équipe. Comment voyez-vous ce rendez-vous de l’élite nationale ?

Effectivement, le 31 mai, la salle Hacène-Harcha d’Alger abritera les Championnats nationaux de kumité par équipe. C’est là la plus grande compétition que nous ayons à organiser. Celle-ci sera marquée notamment par la présence de 4 arbitres internationaux et une forte participation de 40 équipes en messieurs et 40 en dames. C’est vous dire l’importance de l’événement, qui doit donc bénéficier de toute l’attention et de tous les moyens voulus.