Equitation : Lakhdar Khaldi s’impose à domicile

  • PDF

Raid d’endurance à Tiaret

Lakhdar Khaldi s’impose à domicile

 

C’est au milieu des paysages idylliques du plateau du Sersou qu’a été tracé le parcours du raid d’endurance organisé, sous l’égide de la FEA, par le club Emir Abdelkader et le Haras de Chaouchaoua, à la Jumenterie de Tiaret samedi dernier.

 

Au sud de Tiaret, s’étend l’immense plateau du Sersou, où l’on peut admirer de belles prairies. Ces vastes plaines offrent, surtout au printemps, un tableau splendide. Au milieu de ces riches prairies se trouve un important haras : la Jumenterie de Chaouchaoua. Dans cet établissement hippique appartenant à  l’Etat, on peut admirer de superbes pur-sang arabes et des géniteurs de race barbe. C’est au milieu de ces paysages idylliques que le parcours du raid d’endurance a été  tracé.

Deux épreuves étaient au programme de ce raid d’endurance national qui s’est déroulé sur les terres fertiles du Sersou. Organisé sous l’égide de la Fédération équestre algérienne (FEA), par le club Emir Abdelkader et le Haras de Chaouchaoua, ce regroupement équestre a réuni une quarantaine de coursiers issus de sept clubs, à savoir : la Garde Républicaine, le club de Zéralda, l’OPLA, l’Akfadou, El Taref, CEEAT et ASLET.

 

Une épreuve pour cavaliers confirmés

Lakhdar Khaldi était l’heureux vainqueur dans l’épreuve des 60 km réservée aux chevaux et cavaliers confirmés. Sur son coursier Djalal, un pur-sang arabe de l’élevage familial, Lakhdar s’est imposé dans ce raid d’endurance en maître incontesté, et ce malgré la présence des autres cavaliers de Tiaret et d’Alger, tous aussi valables les uns que les autres. Une course très disputée, chacun voulant remporter la première place. Les chefs d’équipe des différents clubs engagés veillaient au grain. Ils contrôlaient et surveillaient de près les coursiers. Les deux boucles de trente kilomètres chacune étaient parcourues sans encombre pour les cavaliers de têtes. Au premier Vet Gat (halte après 30 km de course), les vétérinaires, après avoir contrôlé les chevaux, donnent le feu vert à la majorité des couples (cavaliers chevaux) pour poursuivre leur périple. Les premiers à sortir du Vet Gat sont : Lakhdar Khaldi (CEAT), Mohamed Rebaï (ASELT), Abderrahmane Ikhanazène et Yacine Mokdad (GR). Le tenant du titre Mohamed Hamzi (OPLA), sur Tarlak, est sorti avec quelques minutes de retard. Les deux cavaliers de Zéralda, à savoir Messaoud Abdouche, sur Mordjane, et Abdelwalid Benoua, sur Pipo sont sortis15 minutes après le groupe de tête. N’ayant pas forcé l’allure dans la première boucle, ils ont préféré réserver leurs montures pour la deuxième. Effectivement, la tactique a donné ses fruits puisqu’ils ont réussi à se classer parmi les cinq premiers.

 

Mina Miraoui, seule fille engagée dans le 60 km

 

La cavalière du club de Zéralda était la seul fille engagée dans ce raid d’endurance réservé aux chevaux et cavaliers confirmés. Mina Miraoui, qui pratique cette discipline depuis dix ans, montant cette fois-ci un nouveau cheval de race arabe-pur, a opté pour une allure modérée afin de se familiariser avec le coursier. Au Vet Gat final, une légère boiterie du postérieur gauche à suffi pour éliminer le cheval. Ce n’est que partie remise pour les cavaliers éliminés par les vétérinaires. Même le Champion d’Algérie Mohamed Amine Hamzi, sur Tarlak faisait partie du lot, avec plusieurs d’autres concurrents. En endurance, ce n’est pas le premier arrivé qui est vainqueur, il faut aussi que le cheval ne soit pas éliminé pour diverses raisons, que les cavaliers d’endurance connaissent bien.

 

Nabil Souilmi (CEAT) vainqueur des 30 km

 

L’épreuve des 30 km, remportée par Nabil Souilmi, est réservée aux chevaux et cavaliers débutants. Les cavaliers ont été lâchés par petit groupe. Ils avaient un parcours différent de celui des cavaliers confirmés. Deux boucles de 15 km étaient au menu des chevaux débutants. Avec une vitesse limitée à 13 km/h, la fréquence cardiaque du cheval est très importante dans pareille course. La façon de courir est différente. Pour départager les vainqueurs, une formule est appliquée : c’est la vitesse horaire et la fréquence cardiaque qui déterminent le classement final. Dans cette épreuve aussi, les cavaliers de Tiaret ont eu le dessus puisqu’ils ont occupé les premières places du podium. Le cavalier confirmé de l’OPLA Ahmed Faïd, sur une jeune jument qui est en préparation, a fini à la cinquième place. Préférant aussi la modération, ce cavalier d’endurance prend tout son temps pour bien préparer sa jument aux échéances à venir.

 

Un temps printanier

 

Le temps printanier qui prévalait dans la région à contribué au bon déroulement de ce deuxième raid d’endurance de la saison. Le directeur du Haras National de Chaouchaoua, Saïd Abdelmoune, a su réunir dans de bonnes conditions tous les adeptes de la discipline de l’endurance. Deux raids en une année, c’est peu, mais les responsables de la FEA vont œuvrer pour remédier à ce retard en organisant d’autres manifestations du genre avant la fin de l’année en cours.

 

Résultats

60 km (cavaliers et chevaux confirmés)

1- Lakhdar Khaldi (CEEAT), sur Djalal

2- Mohamed Rebeï (ASELT), sur N’Katousan

3- Messaoud Abdouche (Zéralda), sur Mordjane

4- Abderrahmane Ikhanazene (GR), sur Lamdjed

5- Abdelwalid Bounoua (Zéralda), sur Pipo

30km (chevaux débutants)

1- Nabil Souilmi (CEEAT), sur Nolwen

2- Djamel Rebaï (ASELT) sur My Horse

3- Oussama Zebbar (CEAT), sur Kafala

4- Menouar Mekki ( ASELT), sur White Watter

5- Ahmed Faïd (OPLA), sur Ninago

 

Impressions …

 

Mohamed Bouzidi (vétérinaire et chef d’équipe de la GR) :

«Nous voulons remporter le prochain Championnat national»

«Si la Garde Républicaine est présente en force à ce raid d’endurance, c’est pour un objectif bien déterminé qui consiste à préparer des cavaliers et des chevaux endurants. L’endurance chez les militaires est une fin en soi. Elle y a de tout temps été pratiquée. Notre objectif est de remporter le Championnat national prévu pour le mois de novembre prochain»

 

Sabrine Slimani (vétérinaire) :

«Faire de l’endurance une discipline à part entière»

«L’endurance est un sport qui a ses adeptes et ses passionnés. Il est temps qu’elle soit considérée comme une discipline à part entière. Il faut multiplier ce  genre de rencontres car deux raids en une année, c’est vraiment peu. J’espère que les responsables de la Fédération vont faire en sorte qu’il y ait plus d’épreuves dans la saison».

 

 

Mourad Zerrouk (propriétaire de pur-sang arabe et nouveau passionné d’endurance) :

«Je rêve de pouvoir profiter de ces grands espaces naturels»

«C’est la première fois que je découvre Tiaret. Moi qui aime faire des balades à cheval, j’envisage d’y revenir pour profiter de ces grandes espaces naturels. C’est de la pure évasion dans un cadre des plus enchanteurs. C’est l’idéal pour une compétition. Le lieu a été bien choisi».

 

 

Saïd Abdelmoumen (directeur du Haras National de Chaouchaoua) :

«Nos infrastructures sont à la disposition des organisateurs»

«Les infrastructures du Haras sont à la disposition de tous les organisateurs qui veulent offrir  aux cavaliers et au public des épreuves d’endurance. On est prêts à aider quiconque voudrait domicilier un concours ici, à Tiaret. Tous ceux qui découvrent nos infrastructures sont unanimes à dire que c’est vraiment ce qu’il faut pour les compétitions d’endurance.»

A.M.D