EQUITATION : Activité des sports équestres

  • PDF

Activité des sports équestres

Mahi et Ikhanazène donnent leur avis

Deux techniciens des sports équestres en Algérie,  El Hadj Mahi et Kamel Ikhanazen, nous font part de leurs impressions.

El Hadj Mahi et Kamel Ikhanazen sont d’abord d’anciens cavaliers qui ont débuté très jeunes dans le saut d’obstacles. Ils ont à leur actif plusieurs victoires et titres nationaux. Ils font partie des anciens cavaliers qui ont marqué de leur empreinte les sports équestres algériens, à l’instar de leurs aînés Bayata, Djabri, Boukhari, Bentchicou… Actuellement, ils sont chargés de former leurs successeurs. El Hadj Mahi et Ikhanazen sont dans deux organismes différents. Le premier cité est au Haras de Mostaganem, le second à la Garde républicaine.

Pour de plus amples informations concernant les préparatifs des prochains Jeux panarabes de Doha (Qatar), qui auront lieu du 09 au 23 décembre, nous avons estimé utile de nous rapprocher de ces spécialistes des sports équestres pour les prier de nous livrer leurs impressions.

 

El Hadj Mahi (entraîneur national) :

« Avec des chevaux prêtés, il vaut mieux rester chez nous »

En tant que membre de la commission technique et entraîneur national, que pensez-vous de ce regroupement de cavaliers et de chevaux ?

«C’est un stage de présélection qui regroupe vingt et un cavaliers et autant de chevaux. Dans ce groupe il y a plusieurs niveaux. Si nous avons fait appel à tous ces cavaliers c’est pour donner la chance à tous afin de subir le test d’évaluation qui sera fait à la fin du stage prévu du 21 au 29 septembre 2011. Une décantation se fera au fur et à mesure que nous nous rapprocherons du jour J. Ceux qui ne seront pas retenus en E.N auront profité d’une formation.»

 

Parmi les 21 cavaliers convoqués, il n’y a aucune fille. Pourtant l’équitation est un sport mixte …

«J’ai proposé des noms, mais cela ne relève pas de mes prérogatives.»

Le MJS encourage la participation féminine, mais vous semblez ignorer ses directives. En tant qu’entraîneur et membre de la commission  technique, vous pouvez remédier à cette erreur ou omission de la part de la DTN …

«Oui, je vais reposer ce problème. J’aurais souhaité que nos cavalières fassent partie de cette présélection, surtout que peu de femmes font actuellement de la compétition.»

 

Pouvez-vous nous éclairer sur les conditions de participation de notre équipe nationale aux jeux panarabes ?

«On parle de chevaux prêtés ! Dans ce cas, il vaut mieux rester chez nous. On sait très bien qu’on ne va pas nous donner de bons chevaux. Les meilleurs seront réservés pour les Qataris. Avec des chevaux prêtés par l’organisateur, on ne pourra pas participer aux grandes épreuves. Nous serons orientés vers les épreuves annexes. L’Algérie a les moyens de transporter les chevaux. Il n’y a qu’à se rappeler ce qui s’est passé lors de la qualification  de l’Algérie pour la coupe du monde de football. On a déplacé des milliers de personnes en l’espace de quelques jours seulement. Pour le prestige de notre pays, tout est possible.»

A. M. D.

 

Kamel Ikhanazène (entraîneur en chef de la GR) :

«  On ne connaît pas les critères de sélection »

Que pensez-vous de la décision de l’actuel DTN Hamid Idirène quand à la participation de notre future équipe nationale aux Jeux panarabes de Doha ?

«Tout d’abord on ne connaît pas exactement les critères de sélection. Doit-on choisir les meilleurs couples (cavaliers-chevaux) ou bien retenir les meilleurs cavaliers sans les chevaux ?  Si la FEA opte pour une participation avec chevaux prêtés, à mon avis il est préférable de ne pas participer. Il y va du prestige de l’Algérie. Comment un pays respectable dans le giron arabe et international va-t-il accepter de se faire prêter des chevaux ? Et quels chevaux ?  On n’aura pas les meilleurs, c’est sûr. L’Algérie a les moyens de se déplacer avec ses propres chevaux, il suffit de se rapprocher des instances concernées.  Si la FEA décide de participer avec ses propres chevaux, alors une sélection de cavaliers et de chevaux s’impose pour que ce soient les meilleurs du lot qui fassent partie du déplacement. Pour cela, un travail de préparation et de sélection s’impose dès maintenant, sachant que ces échéances étaient programmées depuis plusieurs mois déjà.»