AVIRON : «La forte concurrence entre les rameurs arabes contribue à améliorer le niveau»

  • PDF

Entretien avec Mahmoud Thani, arbitre international égyptien

«La forte concurrence entre les rameurs arabes contribue à améliorer le niveau»

Au terme des dernières épreuves de la 10e édition des Championnats d’Afrique des nations d’aviron, au cours de laquelle il a eu à officier, Mahmoud Thani, arbitre international égyptien, nous a livré ses impressions sur cet événement sportif continental.

Propos recueillis par Rayane Aïssou

Comme convenu la veille du début de la compétition officielle, nous sommes  venus vous solliciter après la dernière épreuve de cette 10e édition des Championnats d’Afrique d’aviron. Comment évaluez-vous le niveau technique de ce rendez-vous continental ?

Je suis arbitre  international en aviron depuis 2007 et depuis, j’ai eu l’honneur d’arbitrer des compétitions internationales. Pour cette fois-ci, j’ai remarqué que le  niveau d’organisation s’est amélioré aussi bien que le niveau technique des rameurs. Je souhaite que la prochaine édition connaisse encore une autre amélioration. D’ailleurs, elle aura lieu dans un autre pays arabe, la  Tunisie, au mois d’octobre 2015.

Comment évaluez-vous le niveau des  équipes nationales de Tunisie, d’Egypte et d’Algérie ?

Il est vrai que la concurrence entre les athlètes tunisiens, égyptiens et algériens est très forte, mais il n’en demeure pas moins que les rameurs et rameuses de ces trois pays se respectent et sont très fair-play. Je dirais donc que cette concurrence saine contribue à l’amélioration du niveau de l’aviron et chacun de ces pays arrive à placer des athlètes sur le podium au fil des épreuves. Cela étant, je suis très heureux pour l’aviron arabe car c’est en partie grâce à cette concurrence que les rameurs arabes arrivent à glaner des titres internationaux.

En tant qu’arbitre international d’aviron, à votre avis, que manquait-il à cette 10e édition pour avoir un niveau encore plus élevé ?

Sincèrement, j’estime que le site où s’est déroulée la compétition est superbe et il pourrait abriter des épreuves mondiales d’aviron. Certes, il reste à réaliser quelques investissements pour améliorer les commodités comme celles dont disposent les sites de compétition des grandes nations, mais je verrais bien des Championnats du monde se dérouler ici, pour peu que votre pays  investisse dans ces petites choses. Et avec des moyens plus conséquents, les athlètes seront en mesure d’acquérir des capacités techniques et tactiques à même de leur permettre d’affronter les meilleurs mondiaux de l’aviron. Mais nous sommes fiers pour notre discipline sportive, celle de l’aviron à l’échelle de certains pays arabes, et nous comptons la développer davantage dans d’autres pays.

Vos compatriotes n’ont pas réellement brillé comme par le passé. Une explication à cela ?

L’équipe nationale égyptienne d’aviron était venue en Algérie avec de jeunes rameurs et rameuses pour participer à ces Championnats d’Afrique. Vous n’ignorez pas que notre pays est  confronté à une crise qui ne permet pas à nos athlètes de se préparer dans la sérénité et de bénéficier d’une prise en charge convenable. C’est dire que les conditions de préparation étaient insuffisantes. Mais nos rameurs ne sont  pas  découragés pour autant et ont besoin de ces compétitions internationales pour acquérir de l’expérience, mieux connaître leurs adversaires et pouvoir ainsi revenir au premier rang.