ATHLETISME : 200m : Enorme surprise du Turc Ramil Guliyev

  • PDF

ATHLETISME

16es Championnats du Monde- 2017 à Londres (4- 13 août)

200m : Enorme surprise du Turc Ramil Guliyev

 

Le Turc Ramil Guliyev a créé l'une des plus grandes surprises des Championnats du monde en remportant le titre sur le 200m jeudi soir, devant le favori sud-africain Wayde van Niekerk.

 

La finale du 200m des Championnats du monde de Londres était promise soit à Isaac Makwala, soit au recordman du monde du 400 m Wayde van Niekerk. Mais le Turc Ramil Guliyev a déjoué tous les pronostics jeudi soir en terminant devant le Sud-Africain en 20"09, alors que le Bostwanais a fini loin (6e en 20"44). Revenu de nulle part, l'athlète de Trinidad-et-Tobago Jereem Richards complète le podium (20"11).

 

Pourtant en tête à la sortie du virage, Makwala, qui a couru deux fois mercredi après que l'IAAF l'ait autorisé à participer, a craqué dans la dernière ligne droite, au profit de van Niekerk et Guliyev. «J'ai passé une semaine totalement folle, et je pense que je ne revivrai plus jamais des choses pareilles, a ensuite expliqué Makwala. En tout cas, je vais prier pour que ça n'arrive plus ! Sur cette finale du 200 m, je me suis senti bien au départ, mais je n'ai tenu que 150 m, ensuite l'acide lactique est venu...»

 

14

La victoire de Ramil Guliyev en 20"09 est le temps le plus lent depuis 14 ans. En 2003, lors des Mondiaux de Paris, l'Américain John Capel s'était imposé en 20"30. À titre de comparaison, les cinq premiers du dernier 200m des Championnats du monde étaient en-dessous de ce chrono...

 

Guliyev, placé au couloir 5, a calqué sa course sur celle du Bostwanais pour finalement le dépasser et rapporter à la Turquie son premier titre lors de ces Mondiaux. «Ce n'est pas un choc pour moi, a-t-il réagi. Je voulais gagner à Londres depuis longtemps et j'y ai pensé toute la saison. C'était possible, et je l'ai fait même si j'ai encore du mal à réaliser ! Je suis tellement fier, ce titre signifie énormément pour moi. J'ai fait ma meilleure course du Championnat au bon moment. J'étais opposé à certains des meilleurs athlètes du monde, donc il était logique que l'attention soit surtout sur eux. Peut-être qu'à la prochaine compétition, tous les regards seront sur moi ! »

 

Van Niekerk, qui a dû batailler jusqu'au bout pour assurer le podium (2e), a tenu à répondre à ses détracteurs après son titre obtenu sur 400 m en l'absence de Makwala. «J'ai tout donné sur cette finale et je pense que j'ai mérité ces médailles durant ce Championnat, a ainsi estimé le Sud-Africain au micro de la BBC. La semaine a été dure, beaucoup de gens pensent que je ne mérite pas ce titre sur 400 m et cette médaille d'argent sur 200 m. Je bosse aussi dur que tous mes concurrents. Je crois que je n'ai pas été assez respecté après mon titre sur 400 m, mais je n'en suis qu'au milieu de ma carrière et je vais prouver que je peux être dominant. Après le 400, des gens ont dit que le résultat aurait été différent dans d'autres circonstances (allusion à l'absence de Makwala) et je trouve ça très injuste. Je ne viens pas de nulle part, j'ai progressé au fil des années.»

 

Triple saut

Médaille d’or pour l'Américain Christian Taylor (17,68m)

 

Grâce à un saut à 17,68m, l'Américain Christian Taylor a remporté pour la troisième fois le titre mondial au triple saut jeudi à Londres.

Christian Taylor était le grand favori des Championnats du monde de triple saut, et l'Américain a assumé son statut en devenant champion du monde à Londres jeudi soir, grâce à un saut à 17,68m, devenant au passage le premier triple sauteur à glaner trois titres mondiaux. Il dépasse le Britannique et recordman du monde Jonathan Edwards (18,29m), titré à deux reprises. Son saut mythique  tient depuis plus de 20 ans, plus précisément depuis le Mondial de Göteborg en 1995.

Taylor a devancé son compatriote Will Claye de 5 centimètres (17,63m) et le Portugais Nelson Evora (17,19m).

 

 

Programme

Les deux épreuves du jour (heure algérienne)

Hauteur – Femmes. Et si le grand moment de ces Mondiaux était pour ce samedi ? Et si une marque historique vieille de trente ans venait à tomber ? Ce sera compliqué. Mais c'est tout sauf impossible. Stefka Kostadinova et ses 2,09 m ont régulièrement été menacés, par Blanka Vlasic, notamment. Cette année, Maria Lasitskene s'est attaquée à deux reprises à la marque historique. La Russe, qui pourra participer au grand raout londonien sous drapeau neutre, a passé 2,06 m cette saison. Une marque qui n'avait plus été atteinte depuis six ans.

 

Relais 4x100 m – Hommes. La vraie der' d'Usain Bolt, c'est pour ce samedi soir. Dans un monde idéal et si la Jamaïque ne se rate pas en qualification, le recordman du monde du 100, 200 et 4x100 conclura sa carrière sur une dernière ligne droite censée l'entraîner vers un ultime titre mondial. On ne voit pas bien qui peut déranger la Dream Team caribéenne, qui n'a plus perdu un relais mondial ou olympique depuis dix ans, hormis évidemment la disqualification a posteriori du quatuor qui avait triomphé à Pékin en 2008.

 

10h00 : Décathlon – Hommes – 110 m haies

10h35 : 4x100 m – Femmes – Séries

10h55 : 4x100 m – Hommes – Séries

11h : Décathlon – Hommes – Disque

11h20 : 4x400 m – Femmes – Séries

11h50 : 4x400 m – Hommes – Séries

14h15 : Décathlon – Hommes – Perche

17h30 : Décathlon – Hommes – Javelot

19h05 : Hauteur – Femmes – Finale

20h05 : 100 m haies – Femmes – Finale

20h15 : Javelot – Hommes – Finale

20h20 : 5000 m – Hommes – Finale

20h45 : Décathlon – Hommes – 1500 m

21h30 : 4x100 m – Femmes – Finale

21h50 : 4x100 m – Hommes – Finale.