JSK : Hannachi se prépare t-il à une élimination ?

  • PDF

Il assure que la Coupe de la CAF ne figure pas parmi les priorités du club

Hannachi se prépare t-il à une élimination ?

Le patron de la formation du Djurdjura, Mohand Chérif Hannachi, ne semblait pas outré par le résultat peu satisfaisant concédé par son club devant le représentant mauritanien, Tevragh Zeïna. Le boss kabyle assure que la Coupe de la Confédération africaine ne figure pas parmi les objectifs du club pour l’actuelle saison, après que les dernières participations à la Champions League ont absorbé les réserves financières du club : «Si la qualification est assurée tant mieux. Dans le cas contraire, nous aurons toute la latitude de rebondir en Championnat et en Coupe d’Algérie. Deux compétitions que nous allons jouer à fond et sur lesquelles nous allons mettre le paquet. Nous n’avons ni le temps ni les fonds nécessaires pour jouer cette Coupe de la CAF jusqu’au bout. Notre argent est encore détenu par Raouraoua alors que le facteur temps ne joue nullement en notre faveur, surtout qu’à ce jour nous n’avons pas encore entamé la deuxième moitié de la saison, sans parler des la Coupe d’Algérie et de la présence de nos joueurs en sélections, un calendrier qui sera difficile à gérer». Il ajoute que son équipe a mal tourné dimanche dernier face a la modeste équipe mauritanienne : «A partir de la tribune, j’étais obligé de réagir pour demander que des modifications soient apportées dans le système de jeu. On n’a pas joué sur les flancs pour espérer porter le danger. Le jeu en profondeur a fait l’affaire des défenseurs adverses qui ont su former un bloc dans leur surface».

 

«L’entraîneur doit se rendre à l’évidence que Lamhène a sa place dans le onze»

Le président de la JSK ne s’est pas empêché de critiquer les choix tactiques de Rachid Belhout. En plus de lui avoir reproché de laisser sur le terrain des joueurs qu’il dit ne pas suivre ses recommandations, Hannachi reproche à son entraîneur de sous-estimer le jeune meneur de jeu, Mokhtar Lamhène : «On ne peut parler d’absence de solutions offensives, alors que nous avons un joueur comme Lamhène. Cet élément doit avoir plus de temps de jeu et l’entraîneur doit savoir que ce jeune joueur a sa place dans équipe.»

Rafik Messad

Tedjar : «Tout faire pour revenir de Nouakchott avec la qualification»

Le numéro 8 kabyle tarde à retrouver la forme qui était la sienne en début de saison. Dimanche dernier devant Tevragh Zeïna, le milieu offensif kabyle n’a pas pu peser de son poids sur la défense mauritanienne qui a su limiter les mouvements de l’ex-Paciste et l’empêcher de porter le danger en attaque.

 

Finalement, ce n’est qu’une victoire étriquée que vous aviez remportée devant l’équipe mauritanienne. Un commentaire ?

Certes, nous aurions souhaité gagner par un score plus ou moins lourd pour nous prémunir contre toutes les difficultés que nous allons rencontrer au retour. Mais notre mission a été rendue difficile par le cantonnement de l’adversaire en défense. Ils ont refusé de se découvrir et ils défendaient leur périmètre, ce qui nous a empêchés d’avancer et de marquer au moins un deuxième but. Nos chances demeurent toutefois intactes et nous pouvons faire mieux en Mauritanie.

 

D’aucuns estiment que ce résultat est dû en partie à l’absence de nombreux éléments et au fait que vous ayez sous-estimé l’adversaire. Qu’en dites-vous ?

On ne l’a pas sous-estimé et on a tenté de jouer sur notre vraie valeur. Nous savions au départ que cette équipe allait fermer le jeu. Quant à l’absence de nos camarades, cela est évident que nous souhaitions disposer de tous les atouts avant cette rencontre. Au retour, nous aurons inchallah l’occasion d’en récupérer certains.

 

Après ce maigre acquis, il vous est nécessaire de sortir toute votre énergie en Mauritanie pour arracher la qualification, en dépit des conditions défavorables dont une chaleur suffocante…

Nous avons maintenant l’expérience de ces conditions climatiques difficiles. Nous avons joué plusieurs rencontres l’année passée dans des conditions pires que celles sévissant en Mauritanie. Nous irons là-bas dans l’espoir de marquer un but.

 

Hannachi affirme que la Coupe de la CAF ne représente pas une priorité ni un objectif pour le club. Cette déclaration n’atténue-t-elle pas votre détermination ?

Nous n’irons pas jusqu’en Mauritanie pour faire du tourisme. Bien au contraire, nous allons défendre bec et ongles nos chances de qualification. Mieux, nous entretenons l’espoir d’arriver au moins jusqu'à la phase des poules dans cette épreuve. Nous avons pris goût aux compétitions africaines et nous n’allons pas accepter d’être éjectés prématurément de la course.

Propos recueillis par R. M.

 

Belhout : «Je ne pouvais rien devant des joueurs qui n’en faisaient qu’a leur tête»

Pour le driver des Canaris, Rachid Belhout, la responsabilité de «l’échec» face au Tevragh Zeïna est due à l’attitude de ses poulains qui n’ont pas suivi ses recommandations et jouaient comme bon leur semblait. Il estime toutefois que son équipe est en mesure de décrocher le ticket qualificatif dans dix jours à Nouakchott.

Le coach kabyle regrette que ses éléments se soient tous portés en pointe de l’attaque, ce qui a fait le jeu des défenseurs mauritaniens : «Notre système offensif n’a pas bien marché en dépit du fait que j’avais mis en place quatre éléments en attaque. Toutefois, et pour je ne sais quelles raisons, les joueurs désertaient leurs places sur les flancs pour se retrouver tous en pointe. C’était valable pour Oussalah, Nessakh et Younès. Tout au long de la partie, j’ai tenté d’y remédier mais en vain, puisque les joueurs ont continué à en faire à leur tête et à abandonner leurs places sur les flancs. Il me fallait peut-être entrer sur le terrain pour attraper les joueurs par la main et les placer moi-même», a déclaré le patron de la barre technique de la formation du Djurdjura.

 

«Nos chances de qualification demeurent intactes»

En dépit de ce maigre avantage, le coach kabyle demeure confiant quant aux chances de son équipe d’arracher la qualification pour les huitièmes de finale de la CAF : «On savait que notre mission ne serait pas facile chez nous devant ce genre d’équipes qui viennent pour défendre exclusivement. Au retour, les Mauritaniens devront faire le jeu et se découvrir pour jouer carrément l’offensive, ce qui pourrait nous être profitable. On jouera à fond nos chances et nous sommes capables de leur damer le pion chez eux, surtout que nous avons prouvé que nous avions les capacités de marquer à tout moment», a conclu l’ex-coach de l’O Béja.

R. M.