JSK: Après la correspondance adressée par la FAF à la JSK

  • PDF

Vague d’indignation en Kabylie

Alors que les observateurs sportifs attendaient un geste fort de la FAF envers un club qui a honoré de la meilleure des façons le football national en ces temps de disette, l’instance dirigée par Mohamed Raouraoua vient encore une fois (de trop ?) se rendre coupable d’une grave erreur d’appréciation. En effet, au lieu d’envoyer un message de félicitations à la JSK après sa brillante qualification en demi-finale de la Ligue des champions africaine, la FAF a préféré adresser une correspondance le jour du retour de la délégation du Nigeria pour informer le président du club de sa prise en charge du règlement de la facture relative au vol spécial Alger - Port Harcourt (Nigeria) d’un montant de 11.064.372.50 DA. Jusqu’à cette phrase rien d’anormal. Ce qui l’est, par contre, c’est lorsque Mancer Rabah, le secrétaire général de la FAF, rédacteur de la correspondance, informera Mohand Chérif Hannachi de la décision de la Fédération de procéder directement à une ponction pour récupérer son argent. Finalement, et contrairement à ce qui était annoncé en grande pompe, la JSK n’a bénéficié d’aucune aide de la part de l’instance footballistique. Ce n’était qu’une belle promesse non tenue par Mohamed Raouraoua envers un club qui a redoré le blason terni de notre sport-roi.

 

L’affaire est loin d’être réglée

Le comble, c’est que la FAF se donne le droit de puiser, sans même l’accord des dirigeants kabyles, dans le compte de la JSK. Au vu de la loi, il n’y a que les impôts qui ont le droit d’accéder et de prélever directement des comptes des mauvais contribuables. En tout état de cause, la décision de la FAF n’a pas tardé à faire réagir le président de la JSK. Ce dernier s’en est pris violemment à Mohamed Raouraoua, l’accusant ouvertement de «vouloir casser la JSK» tout en promettant de faire de graves révélations sur le président de la puissante FAF comme l’a bien fait Mohamed Raouraoua avec l’EN. Les observateurs sportifs nationaux pensaient, à raison, que la JSK allait être soutenue financièrement et matériellement par l’homme fort de Dély-Ibrahim d’autant plus que c’est l’honneur du football algérien qui est en jeu. Malheureusement, force est de constater que du côté de la FAF on continue de mépriser le seul club qui est en train de procurer de la joie à tout un peuple et pas seulement à la Kabylie .Qu’est ce qu’un milliard pour une Fédération dont le budget dépasse les 160 milliards ? Cette petite somme, la FAF l’a consacrée à l’habillage de l’avion qui a transporté les coéquipiers de Ziani en Afrique du Sud. Alors ?  Si cette instance avait pris en charge le voyage de la JSK au Nigeria, les Kabyles auraient oublié  l’absence de Raouraoua à Tizi-Ouzou pour assister à l’un des matches de la Champions League africaine qu’ont eu à disputer les coéquipiers de Douicher, comme il l’a si bien fait avec l’ESS. Malheureusement, les faits sont têtus. Il sera très difficile au premier responsable du football algérien de prouver aux dirigeants et aux supporters de la JSK sa bonne foi, sauf si le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hachemi Djiar, rectifie la bourde monumentale de Raouraoua en prenant en charge les frais de transport du club kabyle. Ce ne serait alors que le minimum que puissent offrir les pouvoirs publics aux poulains d’Alain Geiger.

 

Hannachi-Raouroua, lapaix ce n’est pas pour demain

Quant au président de la FAF, en méprisant encore une fois la JSK, il aura perdu en la personne de Hannachi un allié de taille. Ainsi, le front anti-Raouraoua est ouvert. En Kabylie, le président de la FAF est déclaré persona non gratta depuis que la correspondance de la «honte» a été rendue publique. Les dizaines de milliers de supporters de la JSK comptent même dénoncer Raouraoua auprès du président de la République. Selon eux, le président de la FAF est en train de «casser» leur club. Quoiqu’il en soit, le divorce entre la JSK et la FAF est définitivement consommé. La JSK va se concentrer sur son sujet. Elle aura la lourde mission de redorer le blason terni de notre sport-roi comme elle l’a bien fait jusqu’à présent. Quant à la faf, elle gagnerait en crédibilité en rectifiant rapidement le tir, en mettant au service de la JSK les mêmes moyens dont ont bénéficié les Verts en Coupe d’Afrique et en Coupe du monde. Elle le mérite autant que l’EN, n’est-ce pas messieurs les dirigeants de notre pauvre football ?

M. Maz