A J-2 du match face à la JSK : Al-Ismaïly en crise

  • PDF

La formation d’Al-Ismaïly, qui a rallié hier en fin de matinée Alger, est loin d’être dans les meilleures dispositions deux jours avant d’affronter les Canaris au cours d’une rencontre où le faux pas est interdit car synonyme tout bonnement d’élimination de la Ligue des champions. En effet, déjà confronté à plusieurs problèmes, notamment sur le plan technique –les poulains du technicien hollandais n’ayant pu se regrouper et préparer convenablement la confrontation de ce vendredi en raison de l’absence de la moitié de l’effectif convoquée par les différentes sélections égyptiennes–, le coach des Darawichs doit en plus faire face à celui de deux de ses nouvelles recrues, Djoudoun et Abdeslam Ben Djaloune, en conflit avec la direction d’Al-Ismaïly pour une histoire d’argent. Mark Wotta, le coach des Darawichs, a en effet essayé d’intercéder en vain auprès de la direction pour solutionner le problème de ces deux éléments, lesquels ont menacé de boycotter le déplacement de l’équipe. Cette situation n’est pas faite pour arranger les affaires du technicien hollandais, lequel a dû se passer des services de plusieurs éléments pour cause de blessure et de suspension. Rappelons enfin les difficultés qu’il a eues à préparer son effectif, annulant même un regroupement et se contenant de deux joutes amicales avec seulement la moitié de son effectif en l’absences des internationaux. Ce sont des contraintes qui risquent de causer bien du souci à Al-Ismaïly et à son coach face à la JSK car la formation égyptienne est plus que jamais menacée de quitter cette Ligue des champions dans sa phase des poules.

T. M.

 

L’équipe récupère Ibrahim Yahia et Ali Djabr

Blessé au genou lors du match amical disputé face à la formation d’Assouan, le défenseur d’Al Ismaïly, Ibrahim Yahia, était du voyage en Algérie avec son équipe. Des doutes entouraient la participation de ce joueur avant que le médecin du club, Majdi El Baz, ne décide de retenir le joueur. En plus de Yahia, l’autre défenseur, Ali Djabr est totalement rétabli de sa blessure et il est apte pour jouer face aux Canaris ce vendredi.

Pour éviter d’être espionné par les Kabyles

L’entraînement principal effectué avant le déplacement de l’équipe

Le coach des Darawichs, le Hollandais Mark Wotta, en dernier recours et afin de mettre toutes les chances du côté de son team pour surprendre la JSK ce vendredi, a décidé de diriger la principale séance d’entraînement au cours de laquelle il a préparé son plan d’attaque pour contrer les Canaris. Cela s’est passé lundi soir, c’est-à-dire la veille de son déplacement en Algérie, et ce afin d’éviter de le faire lors des deux séances qu’il aura à diriger sur le terrain du stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou. C’est une manœuvre motivée par deux raisons essentielles, et que le coach des Darawichs a expliqué à la presse locale : la séance de lundi dernier était la première au cours de laquelle il a pu réunir l’ensemble de ses joueurs, y compris les internationaux. Toutefois, la raison principale, comme l’a expliqué Mark Wotta, était sa crainte d’être espionné par le staff technique des Canaris s’il venait à dévoiler ses plans lors de l’une des séances programmées sur la pelouse du stade du 1er-Novembre. Il faut dire que le technicien batave semble avoir pris acte de la fameuse séance d’entraînement du Ahly du Caire à la veille d’affronter cette même JSK à Tizi Ouzou. Ce jour-là, le staff technique du Ahly avait changé le menu de ladite séance en raison de la présence de Kamel Bouhellal. Il faut dire que le désespoir semble avoir gagné la formation d’El-Ismaïly, laquelle veut créer l’exploit de se qualifier en remportant une victoire impérative sur la JSK, au point que le coach hollandais est devenu si méfiant qu’il se contente de deux séances banales à Tizi Ouzou avant d’affronter la formation kabyle. A moins que Mark Wotta prépare une désagréable surprise aux Canaris en se montrant aussi méfiant. Réponse le jour de la rencontre…

T. M.

 

Séance ce soir à 20h30

Les poulains de Mark Wotte effectueront leur première séance d’entraînement au stade du 1er-Novembre ce soir à partir de 20h30. Demain jeudi, ils s’entraîneront à l’heure du match, soit à 22h, comme le stipulent les règlements de la compétition.

 

Wotta n’a pas demandé de décrassage au stade

Contrairement à leurs compatriotes d’Al Ahly qui, dans un fax transmis à la direction de la JSK avant même leur venue en Algérie, ont affiché leur souhait d’effectuer une séance de décrassage au stade le jour de leur arrivée, les Darawiches n’ont pas fait cette demande. Ils misent sur une sieste à faire à l’hôtel Amraoua dès leur arrivée pour récupérer leurs forces.

Al-Ismaïly depuis hier à Tizi Ouzou

C’est hier aux environs de midi que la délégation d’El-Ismaïly a rallié Alger en prévision de la confrontation qui la mettra aux prises avec la JSK, vendredi prochain, pour le compte de la cinquième et avant-dernière journée de la phase des poules de la Ligue des champions. Conduite par M. Attef Zayed, membre du conseil d’administration de la formation égyptienne, la délégation d’Al-Ismaïly s’est présentée en Algérie avec 30 membres dont 21 joueurs et plusieurs dirigeants. Accueillis à leur arrivée à Alger par des responsables de la JSK, les Egyptiens ont rallié la ville de Tizi Ouzou où ils ont été hébergés à l’hôtel Amroua. Il est à noter que cinq éléments d’Al-Ismaïly ont dû faire l’impasse sur le déplacement pour cause de blessure et de suspension.

Le boss du club égyptien du voyage

Même si se n’est pas lui-même qui a conduit la délégation d’Al-Ismaïly en Algérie, le boss des Darawichs, Nasr Abou El Hassen, a fait le déplacement avec son équipe. Il aurait, dit-on, payé son billet de sa poche, n’étant pas le chef de la délégation désigné par le conseil d’administration du club.

Le gouverneur de la ville arrivera via Paris

Invité par le wali de Tizi Ouzou à séjourner en Kabylie à l’occasion de la rencontre JSK-Al Ismaïly de ce vendredi, le gouverneur de la ville d’Al-Ismaïlia n’a pas accompagné l’équipe hier et ne pourra rejoindre la ville de Tizi Ouzou que jeudi. En effet, le gouverneur d’Al-Ismaïlia, le général Abdeljalil Al Fakhrani, devra d’abord passer par la capitale française où il est attendu pour recevoir une distinction de l’Unesco en guise de récompense pour ses efforts et ceux des autorités de la ville d’Al-Ismaïlia pour éradiquer l’illettrisme. Le gouverneur d’Al-Ismaïlia ralliera directement par la suite Alger puis Tizi Ouzou à partir de Paris, la capitale française.

R. M. / T. M.

 

Dispositif sécuritaire renforcé autour de l’hôtel Amraoua

Afin d’assurer un meilleur séjour à la délégation d’Al Ismaïly qui est en Algérie depuis hier, les services de sûreté de wilaya, sur recommandation du wali de Tizi-Ouzou, M. Mazouz, ont revu à la hausse le nombre d’éléments dépêchés autour de l’hôtel Amraoua. Si dans leurs plans les services de sécurité ont décidé de ne charger pour la sécurisation de l’hôtel que le nombre engagé lors du séjour d’Al Ahly, la mise en garde du wali les a forcés à dépêcher des éléments supplémentaires. Les déplacements des Darawich de l’hôtel vers le stade seront eux aussi minutieusement sécurisés.

 

Asselah : «On est déjà dans le bain du match»

Le match face à Al-Ismaïly approche à grands pas. Comment se poursuit la préparation ?

Le travail s’effectue dans une très bonne ambiance. Les joueurs sont tous présents à l’entraînement, le public aussi, de quoi donc nous motiver. Pour notre part, nous ne lésinons pas sur l’effort et nous travaillons d’arrache-pied afin d’être au top le jour du match.

La récupération des blessés soulage votre formation, n’est-ce pas ?

Nous sommes contents de voir aujourd’hui parmi nous les joueurs blessés tels qu’Aoudia, Nessakh et Lamara Douicher. C’est toujours de bon augure lorsque tous les éléments sont en bonne santé. Avant tout, c’est au staff médical de décider s’ils sont aptes à jouer. Par la suite, le staff technique est seul habilité à décider qui aligner.

Les Egyptiens sont venus en Algérie avec la ferme intention de gagner. Quel est votre avis ?

Les Egyptiens sont les bienvenus chez nous. Ils vont venir défendre leurs dernières chances de qualification. Nous savons que seul le succès est en mesure de les satisfaire et ils viendront donc motivés et décidés à nous surprendre. Nous concernant, sur notre terrain, nous n’allons céder aucun point et nous allons tout faire pour gagner et faire plaisir à notre galerie qui nous soutient sans réserve. La victoire nous permettra aussi de confirmer cette première place pour bénéficier de l’avantage de recevoir au retour des demi-finales.

Le président Hannachi ne cesse de vous encenser au point de dire que votre place est en sélection nationale. Qu’en dites-vous ?

Le constat de Hannachi est encourageant et motivant pour moi. Il me pousse à fournir encore plus d’efforts. Toutefois, ma concentration à l’heure actuelle va à la JSK et son challenge intéressant en Coupe d’Afrique.

Que veut dire pour vous la désignation de Benchikha comme sélectionneur intérimaire ?

Benchikha connaît bien mes capacités, mais ce paramètre n’est pas le seul à prendre en considération. Il hérite déjà d’un groupe de joueurs, qui travaillent ensemble depuis plusieurs mois. En somme, pour ce qui est de la sélection, je ne me fais pas une fixation. Je continue mon travail le plus sérieusement possible avec le club et l’EN.

Propos recueillis par Rafik Messad