JSK : Belkalem : «Nous n’avons rien à craindre, ni Al Ahly ni son public»

  • PDF

En nette progression depuis sa promotion en seniors, le longiligne défenseur des Jaune et Vert, Essaïd Belkalem reconnaît qu’il doit encore travailler pour espérer décrocher une place parmi les Verts. Pour le match face à Al Ahly, l’enfant de Mekla estime que l’essentiel pour les Canaris, c’est de bien se préparer et de mieux se concentrer sur la rencontre et qu’ils n’ont rien à craindre de spécial du public égyptien ou des joueurs d’Al Ahly.

Comment se présente la préparation du prochain match face à Al Ahly ?

Dieu merci, la préparation se déroule dans de très bonnes conditions. Comme vous le constatez, le groupe répond bien aux sollicitations et s’adonne à fond. Nous avons joué un match amical hier à Médéa qui nous a enthousiasmés. La qualité de l’accueil, celle du terrain et le comportement du public nous ont confortés. Nous allons continuer notre préparation avec un second match amical face à Réghaïa demain et j’espère que le groupe sera au top d’ici le jour de la rencontre.

Avant ces retrouvailles avec Al Ahly, l’idée principale c’est de ne pas perdre. Quel est le schéma idéal à adopter pour réussir un tel pari, selon vous ?

Nous devons continuer sur notre lancée, mais tout en gardant les pieds sur terre, et réaliser un résultat positif au Caire. Pour le plan à adopter, même si je suis persuadé que l’entraîneur renforcera la défense, d’autant que la partie se jouera à l’extérieur, le plus important, c’est d’avantager la concentration et la solidarité entre les défenseurs. Si nous parvenons à être concentrés sur le terrain de la première à la dernière minute, nous pourrons réussir notre challenge.

 

Vous allez jouer le match retour devant un public nombreux, une équipe avide de revanche et qui ne cédera aucun pouce, surtout qu’elle est dans l’obligation de gagner. N’y a-t-il pas des craintes ?

Comme je l’ai dit précédemment, si nous sommes au top de notre forme et concentrés sur le terrain, nous pourrons espérer un bon résultat. Nous n’avons rien à craindre du public ou des joueurs adverses. Nous aurons devant nous un terrain vert que nous devons sillonner dans tous les sens à la recherche du ballon et des actions de but.

 

Les espérances de votre équipe reposent sur le rendement de son compartiment défensif, lequel a tenu bon jusque-là, avec zéro but en 270 minutes. Quel est votre commentaire ?

C’est vrai, d’aucuns encensent notre défense pour le niveau montré lors des trois premières journées de Ligue des Champions. Ce constat nous encourage et nous responsabilise davantage. En Egypte, nous ne devons pas simplement défendre, il nous faut chercher des issues afin d’éviter de subir le poids de la rencontre, car cela peut être préjudiciable.

 

Sur le plan personnel, ces dernières semaines, des voix se sont élevées pour demander à Saâdane de se pencher sur le cas des joueurs locaux et votre nom a été souvent cité parmi les joueurs en mesure de porter le maillot national. Qu’en pensez-vous ?

Je remercie tous ceux qui me font confiance mais, sans complaisance, je dis que je ne suis pas totalement apte à porter le maillot national. Je dois attendre encore et travailler davantage. J’ai bien honoré des sélections, que ce soit chez les espoirs ou chez les A’, et je tâcherai de confirmer mon talent d’abord avec celles-ci. Pour l’équipe A, je dois travailler encore pour me perfectionner avant d’espérer y atterrir.

Propos recueillis par R. M.