La CAF prend son temps pour trancher l’affaire JSK - Al Ahly

  • PDF

Pour éviter tout problème

Comme ce fut le cas avec la Fifa dans l’affaire Algérie - Egypte, où cette instance avait attendu plusieurs mois avant de rendre un verdict définitif, la Confédération Africaine de Football semble vouloir prendre, elle aussi, tout son temps avant de trancher dans l’affaire JSK - Al Ahly. En effet, la CAF avait la possibilité de rendre un verdict au cours de sa précédente cession, mais elle a préféré reporter l’échéance à une date ultérieure, en avançant pour argument le fait qu’elle est en train d’attendre un complément d’information, qui peut être déterminent  dans la décision finale. Sans doute une façon pour cette instance de ne négliger aucun détail pendant le traitement de l’affaire, et pouvoir prendre par la même occasion une décision définitive. C'est-à-dire que son verdict sera définitif et ne risquera pas d’être remis en cause par l’émersion de nouveaux détails. Ainsi, et selon certaines indiscrétions, l’affaire JSK – Al Ahly ne sera probablement pas tranchée avant la fin du mois de septembre prochain.

 

Le report du verdict n’arrange pas Heartland

Même si la temporisation de la CAF, dans l’affaire JSK - Al Ahly, a été préconisée pour la bonne cause, elle n’a pas fait l’unanimité, notamment chez le représentant nigérian dans cette Ligue des Club Champions, Heartland. En effet, étant présent dans le même groupe qu’Al Ahly et la JSK, ce club a saisi la CAF dernièrement pour lui rappeler qu’il était tout aussi concerné par ce verdict car, une éventuelle sanction contre les Egyptiens ou les Canaris pourrait faire son affaire dans la perspective d’une éventuelle qualification. En tout cas, d’après ce qu’on a pu apprendre, et dès qu’ils ont appris que la CAF n’allait s’empresser de rendre un verdict dans l’affaire JSK - Al Ahly, les responsable de Heartland ont adressé plusieurs courrier à la Confédération pour lui faire par de son désarroi vis-à-vis de cette temporisation, qui peut être n’avait pas lieu d’être.

A. N.