Al Ahly dépose plainte auprès de la CAF

  • PDF

Après sa défaire face aux Canaris

Plus de trois jours après sa défaite face à la JSK, pour le compte de la troisième journée de la phase des poules de la Ligue des Champions, la formation égyptienne du Ahly du Caire est loin d’avoir digéré cette déconvenue. La défaite face aux Canaris complique sa mission pour une éventuelle qualification. En effet, sitôt rentrés chez eux lundi dernier, les dirigeants de la formation cairote sont revenus sur la défaite concédée face à la JSK et ont renouvelé leurs accusations à l’encontre de l’arbitre togolais de la rencontre, Djaoupe Kokou, et ses deux assistants et compatriotes Djoukère Biagui et Ayena Mathias. Ils les accusent ouvertement d’avoir fait perdre leur équipe par leurs décisions lors de la confrontation. Les Ahlaouis estiment avoir été grandement pénalisés contrairement à la formation kabyle. C’est à cet effet et à en croire la presse égyptienne d’hier que les responsables de la formation de la capitale égyptienne ont officiellement déposé une plainte auprès de la Confédération africaine de football (CAF) contre le trio arbitral togolais, qu’ils jugent être passé à côté de la plaque lors de du match de dimanche dernier à Tizi Ouzou.

«L’arbitre ne faisait que provoquer nos joueurs»

Pour justifier leur plainte, les Ahlaouis, en plus d’avoir envoyé des images du match ainsi qu’une cassette vidéo de toute la rencontre, l’argumentent par plusieurs méfaits tenus à l’encontre de l’arbitre togolais et de ses deux assistants. C’est ainsi que, parmi les arguments avancés par la formation égyptienne, ils estiment que les décisions de l’arbitre «ont mis le feu aux poudres et ont failli causer une catastrophe en raison des provocations à l’encontre des joueurs d’Al Ahly et de la galerie kabyle». Les dirigeants du club cairote se demandent pourquoi l’arbitre n’a pas brandi de cartons aux joueurs de la JSK. Il s’est contenté de distribuer ses «biscottes» qu’aux joueurs d’Al Ahly «pour les provoquer et les pousser à bout».

 

«Il n’a pas comptabilisé le temps additionnel»

Mais les Egyptiens ne s’arrêteront pas là, puisqu’ils estiment aussi que le «but de Mohamed Chawki n’était entaché d’aucune position d’hors-jeu» et que «l’arbitre n’à ajouté que 3 minutes de temps additionnel alors que la partie s’est arrêtée près de 10 minutes». Des arguments injustifiés, notamment concernant le but refusé aux Egyptiens. Les images de la télé sont claires et prouvent la position de hors-jeu du joueur. Mais le comble dans l’histoire, c’est que les Egyptiens dans leur rapport affirment que même les Algériens étaient d’accord pour dire que le trio arbitral togolais n’était pas à la hauteur de rencontre JSK-Al Ahly du Caire. C’est dire que les Egyptiens, et trois jours après leur défaite, sont encore loin de digérer cette débâcle face aux Canaris, notamment leur coach Hossam El Badry, lequel n’a pas trouvé mieux à son retour en Egypte, pour justifier la défaite de son équipe, que d’accuser l’arbitre, alors que son équipe n’a rien fait pour gagner, sauf en essayant d’intimider l’arbitre et de provoquer la galerie kabyle.

T. M.

La presse égyptienne parle d’une catastrophe évitée de justesse

14 000 policiers pour assurer leur sécurité!

La presse égyptienne, et après la défaite de son représentant, est loin d’avoir retenu les leçons du passé, et pour cause. Au lieu d’œuvrer à l’apaisement, en reconnaissant tout simplement que la défaite d’Al Ahly était logique et que la JSK méritait sa victoire, sans oublier que le séjour des Ahlaouis était des plus sécurisés, voilà que certains organes de presse égyptiens, connus pour leur haine envers tout ce qui est algérien, n’ont pas hésité à affirmer que si la délégation d’Al Ahly est retournée saine et sauve à la maison, ce n’était que grâce aux «14 000 policiers mobilisés pour assurer la protection de l’équipe dans un environnement hostile». C’est gravissime de la part de nos confrères censés rapporter les faits tels qu’ils sont. Déjà que le chiffre avancé de 14 000 policiers est erroné, puisqu’il y avait beaucoup moins le jour même de la rencontre. L’hostilité dont parle la presse égyptienne se résume à deux pierres lancées par un seul individu avant la rencontre, balayant tous les efforts de ceux qui ont tout fait pour rendre le séjour des Ahlaouis en Algérie des plus agréable. C’est l’aveu même du boss de la formation cairote, qui n’avait pas manqué de remercier les autorités locales et la JSK de leur accueil, juste avant son voyage retour vers l’Egypte avec la promesse d’accueillir encore plus chaleureusement et d’une manière conviviale la délégation kabyle lors de son déplacement dans deux semaines. Les vieux réflexes ont visiblement la peau dure et une partie de la presse égyptienne en est la parfaite illustration de leur arrogance, confirmant qu’ils restent et resteront toujours de mauvais perdants.

T. M.

Al Ahly reprendra la compétition demain

L’adversaire de la JSK la semaine prochaine pour le compte de la quatrième journée de la Ligue des champions retrouvera la compétition locale et le championnat égyptien dès demain, vendredi. Il affrontera en déplacement la formation de Talaie El Djaïch pour le compte de la deuxième journée du championnat. Un match important pour Al Ahly qui compte se remettre de la défaite concédée dimanche dernier face à la JSK et préparer la joute retour face aux Kabyles, mais aussi se reprendre après avoir concédé un match nul à domicile lors de la première journée du championnat. Une bonne préparation en perspective pour les Ahlaouis, contrairement aux Canaris, lesquels n’ont pas encore entamé la compétition nationale et devront se chercher un sparring-partner de niveau avant d’effectuer un périlleux déplacement au Caire.

T. M.