JSK : Doudène «Nous irons au Caire en conquérants»

  • PDF

S’i y a bien quelqu’un qui a cru en cette jeune équipe de la JSK, bâtie la saison écoulée, c’est bien le président de section Karim Doudène. Ce dernier nous a en effet déclaré au mois de janvier à Casablanca, où la JSK effectuait son stage hivernal, que Planète Sport a d’ailleurs couvert, que son équipe visait une place aux poules de la champions League et que si cet objectif était atteint, alors elle jouerait à fond la carte de la jeunesse et de la fougue. Un peu triomphaliste comme objectif, diront peut-être certains observateurs, au vu du manque d’expérience de l’équipe, dont la moyenne d’âge ne dépasse guère 25 ans. Mais en optant pour le travail à long terme, et surtout en maintenant l’effectif de la saison dernière ainsi que l’entraîneur suisse Alain Geiger, la JSK en a surpris plus d’un sauf, bien sûr… Karim Doudène, qui avait parié sur cette équipe des Canaris version 2010. Avec son amabilité coutumière, le jeune et dynamique président de la section football de la JSK a accepté de livrer ses impressions au lendemain de l’éclatante victoire des Vert et Jaune sur Al Ahly du Caire à TiziOuzou.

 

«La victoire du cœur et de la volonté»

Pour commencer notre entretien, nous avons demandé à Karim Doudène de nous dire ce qu’il éprouve après la victoire méritée des poulains de Geiger face aux Egyptiens d’Al Ahly : «Vous voulez connaître mon sentiment après cette victoire ? Eh bien, comme tout Algérien et en tant que dirigeant de la JSK, je suis très content et surtout fier de notre équipe, qui a honoré le football algérien. Je dirais que notre succès face à Al Ahly était mérité. On n’a pas volé notre victoire, acquise par la volonté et le cœur. Bien évidemment, cela n’a pas été facile, l’adversaire, qui n’est plus à présenter, possédant un capital expérience non négligeable», nous a-t-il déclaré.

«On ne va pas polémiquer avec les Egyptiens»

Encore une fois (une fois de trop ?) les Egyptiens d’Al Ahly ont montré leur vraie nature après leur défaite. Connus pour leur cinéma, les joueurs du club le plus populaire du pays des Pharaons ont mal accepté qu’une équipe algérienne puisse les battre. Il faut dire que le syndrome d’Oum Dourman les hante toujours. Malgré le fait qu’ils aient bénéficié d’un accueil royal et d’une haute sécurité, les Egyptiens se sont plaints à la fin du match JSK-Ahly. C’est ainsi que ni la JSK ni son public, encore moins l’arbitre togolais n’ont été épargnés. Tout mauvais perdants qu’ils sont, ils ont même évoqué une plainte à la CAF dans laquelle ils exigeraient à ce que le match soit rejoué (rien que cela). Ayant maintenant un capital expérience non négligeable dans le domaine de la gestion de club aux côtés de Mohand Chérif Hannachi, Karim Doudène ne veut nullement polémiquer, et ils nous l’a bien fait savoir. «Ecoutez, les Egyptiens sont connus pour leur comportement, surtout lorsqu’ils perdent un match. En notre âme et conscience, la délégation d’Al Ahly a bénéficié de très bonnes conditions de séjour (hébergement, transport, restauration et sécurité) et de compétition. Nous à la JSK, on refuse de polémiquer là-dessus. Tout le monde a vu que notre victoire ne souffre aucune contestation. Donc, on ne va pas sortir de l’éthique sportive pour rentrer dans une polémique stérile. Désormais, le match du Ahly est terminé pour nous et on pense déjà à la perspective qui nous attend, à savoir les demi-finales». A la question de savoir si les dirigeants de la JSK, dont il fait partie, ont eu une discussion avec leurs homologues égyptiens, l’ancien joueur kabyle nous a informé qu’il n’y avait pas nécessité pour cela. «Depuis leur arrivée en Algérie, on a constamment été aux petits soins avec eux. Le président du club, Mohand Chérif Hannachi, qui ne les a pas quittés d’une semelle, était à l’écoute de la moindre de leurs préoccupations. Maintenant que le match est terminé, je ne vois pas l’utilité de revenir sur ce qu’ils appellent ‘‘événements de Tizi Ouzou’’. Ce qui est sûr, c’est que les Egyptiens vous déclarent une chose avant le match et son contraire à la fin de celui-ci».

 

«Nous jouerons pleinement nos chances en demi-finale»

Etant leader incontestable de ce «groupe de la mort», la JSK se déplacera en Egypte sans appréhension ni pression, et c’est plutôt rare que cela arrive aux clubs algériens. A supposer même que les Canaris perdent au Caire, cela n’influera en rien sur la suite du parcours, la JSK n’ayant désormais besoin que d’un petit point pour pouvoir jouer dans la cour des grands. C’est aussi l’avis de Karim Doudène : «A la JSK, on n’a pas l’habitude de déroger à la règle, celle qui consiste à jouer tous les matches pour les gagner. On ira donc au Caire en conquérants, pour défendre crânement notre place de leader, surtout qu’on n’aura pas de pression. La pression va peser sur Al Ahly, qui fera tout pour nous battre. Encore une fois, il faut compter sur la fougue et la volonté de nos joueurs pour faire la différence.» Mathématiquement, la JSK peut se qualifier aux demi-finales de la Champions League avant même le dernier mach, qu’elle jouera à Tizi Ouzou face à l’autre équipe égyptienne d’Al Ismaïly. Ce constat nous a amené à demander au président de section de la JSK si la formation du Djurdjura n’a pas revu ses objectifs à la hausse ? A ce propos, Karim Doudène reste réservé mais optimiste : «Nos objectifs au départ étaient de nous qualifier aux poules et de réussir un bon championnat. Dieu merci, on a dépassé nos prévisions grâce au travail et à la mobilisation de toute la famille de la JSK. Comme je vous l’ai déjà déclaré, nous jouerons à fond nos chances en demi-finale. En d’autres termes, vous pouvez compter sur la JSK».

Propos recueillis par M. Maz