Battus en toute logique par la JSK

  • PDF

Ces Egyptiens, ces éternels pleurnichards

La formation d’Al Ahly, et après sa défaite dimanche dernier face à la JSK au stade du 1er-Novembre de Tizi Ouzou, en match comptant pour la troisième journée de la phase des poules du groupe B de la Ligue des champions, se trouve désormais dans une position très peu confortable. En effet, elle est loin d’être assurée de se hisser en demi-finale de la prestigieuse compétition africaine, malgré sa position de dauphin, derrière la JSK, avec 5 points de retard. Elle est talonnée de très près par son compatriote d’Al Ismaïly, lequel retrouve désormais l’espoir après la victoire acquise dimanche face aux Nigérians de Heartland. A l’issue de ce succès, les Darawich sont désormais à la troisième place du classement, à un point seulement de leur rival «local». Cette situation, loin d’être envisagée par les Ahlaouis, eux qui ont affiché une prétention démesurée avant d’affronter les Canaris, en se mettant dans la peau de leader et de vainqueur de la JSK avant même d’affronter cette dernière. Cela renseigne un tant soit peu sur l’arrogance et la prétention de ces Egyptiens, qui ne semblent pas avoir accepté cette défaite face aux Canaris, acquise pourtant par les Kabyles sur le terrain et sans l’aide de personne.

 

Gomâa, un vrai «terroriste»

En effet, la rencontre JSK-Al Ahly du Caire de dimanche dernier a encore une fois démontré que les Egyptiens restent ces éternels pleurnichards et ces mauvais perdants. Il n’y avait qu’à voir la réaction des joueurs sur le terrain dimanche dernier, alors qu’ils étaient menés par la JSK avant la demi-heure de jeu, pour comprendre le véritable état d’esprit de ces Egyptiens, avec des fautes successives qui auraient dû leur valoir plus d’un carton et même des expulsions devant les hésitations de l’arbitre togolais et ses assistants. Ces derniers, à plusieurs reprises bousculés et leurs décisions contestées par des joueurs d’Al Ahly, qui n’imaginaient pas qu’ils pouvaient être menés au score et même perdre, n’ont pas sanctionné les contestataire avec des cartons, comme le stipulent les règlements. Pis encore, les coéquipiers de Gomaâ ont fait tout un cinéma. Ils étaient coupables d’agressions caractérisées sur l’arbitre assistant et même sur les policiers qui tentaient de protéger l’homme en noir. Une autre preuve du mauvais état d’esprit de certains joueurs d’Al Ahly, pour ne pas dire de la plupart, qui, finalement, ont juste joué la comédie avant ladite confrontation, en parlant de rencontre fraternelle, outrepassant même les directives de leur boss, Hassan Hamdy, qui avait à deux reprises réuni ses poulains avant la confrontation pour exiger d’eux de se comporter en gentlemen et d’être les dignes représentants du football et du peuple égyptiens. C’était de la poudre aux yeux, avec certains joueurs qui ont montré finalement leur vrai nature, à l’image de Wael Gomâa, qui est allé jusqu'à menacer le boss de la JSK, Mohand Chérif Hannachi, de mort, pour enfin quitter le terrain du 1er-Novembre en évitant soigneusement la presse.

 

La presse égyptienne fait l’impasse sur le hors-jeu et l’agression sur l’arbitre

La presse égyptienne, dans son ensemble, n’a pas aussi joué le jeu au lendemain de cette défaite de son représentant. En effet, même si la plupart des titres au pays du Nil ont reconnu que la JSK a été supérieure à Al Ahly dimanche soir, ils ont imputé cette défaite qui a fait beaucoup de fautes et non parce que la JSK était plus forte que son représentant. Mais le plus notable dans les articles de nos confrères égyptiens, nombreux sont ceux à couvrir le match à partir de Tizi Ouzou, c’est le fait qu’ils ont mis en doute l’invalidité du but à leur équipe, alors que le hors-jeu était flagrant. Pis, ils n’ont pratiquement rien mentionné sur l’agression dont ont été victimes l’arbitre assistant togolais et les policiers chargés de sa sécurité, parlant plutôt d’agression «de policier à l’encontre des joueurs du Ahly». Démentiel, aberrant et regrettable de la part de nos confrères censés rapporter les faits, au lieu d’alimenter la polémique qui n’a pas lieu d’être, d’autant plus que des millions de téléspectateurs des deux pays étaient devant leur petit écran dimanche soir et qu’ils ont vu réellement ce qui s’était passé sur le terrain.

 

Un match retour explosif

Avec cette défaite qui complique la position du Ahly et le malheureux incident ayant émaillé la rencontre, il faut dire que la prochaine confrontation Ahly du Caire-JSK, prévue dans dix jours au Cairo Stadium, s’annonce des plus explosives. Connaissant ces Egyptiens, qui sont de mauvais perdants, il faudra s’attendre à voir les Canaris passer des moments difficiles lors de cette joute retour, aussi bien dans la fournaise du stade du Caire que durant leur séjour. Les Canaris sont donc prévenus et doivent être très méfiants et ne pas se laisser berner par les discours de fraternité et de réconciliation. Les Ahlaouis sont capables et surtout prêts à tout pour ne pas rater cette joute retour et ne pas compromettre leurs chances de qualification. De quoi mettre la puce à l’oreille des Kabyles et qu’ils se préparent en conséquent pour aller chercher ce point de la qualification chez les Egyptiens.

T. M.

Après l’agression du bus égyptien

Le wali de Tizi Ouzou et le chef de la Sûreté aux chevets des Ahlaouis

Les Egyptiens d’Al Ahly du Caire ont quitté l’Algérie lundi en début d’après-midi, à bord d’un vol à destination de la capitale égyptienne, le Caire. Un départ qui s’est effectué dans d’excellentes conditions, comme c’était le cas lors de la venue à Alger des membres de la délégation d’Al Ahly. Pour les saluer, il y avait l’ambassadeur d’Egypte à Alger et l’ensemble des travailleurs de la représentation diplomatique de ce pays. Toutefois, avant le départ de la délégation égyptienne et avant même de quitter la ville de Tizi Ouzou, les Ahlaouis ont eu l’agréable surprise d’avoir la visite des autorités locales de la ville la veille de la confrontation face à la JSK. En effet, après l’incident qui a vu un voyou s’attaquer au bus des Egyptiens, le wali de Tizi Ouzou, Hocine Mazouz, et le chef de la Sûreté de la ville de Tiz Ouzou ont tenu à rendre visite aux Ahlaouis au stade du 1er-Novembre pour les rassurer quant à leur sécurité et leur exprimer leur intention de rendre les derniers jours de leur séjour des plus agréables, offrant même leur service pour exhausser la moindre requête qui émanerait des responsables de la délégation. Un geste que les Egyptiens d’Al Ahly du Caire ont apprécié et salué.

T. M.

Le boss du Ahly, un exemple à suivre

Si les Egyptiens, ou du moins quelques joueurs de la formation d’Al Ahly, ont failli gâcher, par leur arrogance et leur agissement, l’accueil chaleureux qui leur a été réservé durant tout leur séjour, il faut reconnaître que le boss de la formation cairote s’est agréablement distingué par un comportement digne d’un gentleman. Hossam Hamdy, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a été un exemple de diplomatie et de reconnaissance. Ce dernier, qui s’est déplacé spécialement en Algérie avec son équipe, alors qu’il le faisait rarement, pour exprimer son désir de consolider les relations fraternelles entre les deux clubs et les deux pays, n’a pas manqué à chaque occasion à travers les médias égyptiens et algériens de remercier ses homologues de la JSK et les autorités locales pour les efforts consentis pour rendre le séjour de son équipe le plus agréable possible. Hossam Hamdy avait même tenu deux réunions avec ses joueurs, au cours desquelles, il leur avait demandé de se comporter dignement et de faire preuve de sportivité, alors que certains de ses éléments ont trahi ses consignes. Le boss du Ahly, et suite à l’agression du bus, n’a pas versé dans la polémique. Au contraire, il a tenu à renouveler ses remerciements aux autorités locales et au boss de la JSK pour l’accueil et les efforts fournis aussi bien pour la sécurité de son équipe que pour les largesses qui leur ont été accordées. Hossam Hamdy a insisté même sur le fait qu’il était déplacé d’accuser les Algériens et la JSK après cette agression suite à un geste isolé et qui aurait pu arriver à n’importe quelle équipe et à n’importe quel endroit du monde, comme il l’a déclaré lui-même aux médias égyptiens et répété lors de la visite du wali et du chef de la Sûreté. Enfin et avant de quitter le territoire national, Hossam Hamdy, qui a réitéré ses remerciements à la JSK et aux Algériens, a promis un accueil encore plus chaleureux et conviviale aux Canaris pour leur déplacement au Caire dans les tout prochains jours. Un véritable gentleman, le boss d’Al Ahly et un exemple à suivre.

T. M.

Reprise des entraînements ce soir

Après avoir bénéficié de deux jours de repos que leur a accordés le staff technique à l’issue du match joué et gagné face à Al Ahly, les Canaris reprendront le chemin des entraînements ce soir à partir de 22 heures. Avec cette séance, ils entameront la préparation du match de la quatrième journée qui les mettra aux prises au Cairo Stadium à la formation égyptienne Al Ahly du Caire.

 

Départ pour le Caire mardi 24 août

Les Canaris quitteront le sol national mardi 24 août à destination du Caire où ils joueront, le 28 août au Cairo Stadium, le match retour devant Al Ahly du Caire. Les Jaune et Vert prendront le vol de la compagnie nationale Air Algérie comme c’était le cas lors de leur premier déplacement en Egypte en juillet dernier à l’occasion du match face à Al Ismaïly.