Champions League Africaine : ESS 0 - EST 1

  • PDF

L’Aigle noir dans un jour sans

L’entame de la phase des poules de la Champions League africaine a déçu le public qui s’est déplacé en masse pour prêter main forte à une bien pâle formation sétifienne n’ayant à aucun moment perturbé le onze de Bab Souika sur ses jambes. Amoindri par les forfaits de nombreux cadres, le onze sétifien a timidement débuté la confrontation. Au point physiquement, mieux organisés sur le terrain et très appliqués tactiquement, les Sang et Or entament tambour battant, les débats. Optant pour des actions individuelles, les locaux trouvent des difficultés à se défaire du pressing exercé par les Espérantistes en surnombre sur le porteur du ballon. La manière de faire des visiteurs a donné du fil à retordre aux Sétifiens n’ayant à aucun moment pu imposer leur jeu ou réaliser le moindre enchaînement. Ce scénario a fait l’affaire des protégés de Benzarti qui avaient la possibilité d’ouvrir la marque en première mi-temps, largement à leur actif. Ces derniers, qui ont pêché par maladresses, ont confondu entre vitesse et précipitation. Les Noir et Blanc ayant, à l’image de Bouaza, bouclé le premier round à genou, doivent une fière chandelle à Laïfaoui (44’) qui  efface un but tout fait. Cette chaude alerte a refroidi le chaudron qui n’a pas reconnu ses protégés. La quelconque préparation de Hammam-Bourguiba n’a été d’aucune utilité pour les partenaires de Delhoum, amorphes. Sentant le bon coup, les gars de Bab Souika  qui reviennent avec les mêmes intentions, trouvent le plus normalement du monde le chemin des filets adverses. En super forme, Darragi qui se défait de Hachoud (53’) centre sur Bouazzi qui prend de vitesse Belkaïd et surprend Faradji qui ne pouvait que constater les dégâts. Ce coup a ébranlé les Ententistes qui accusent dès lors le coup. Ni les changements opérés par Zekri qui est désormais pointé du doigt ni les actions individuelles de Djabou, Hachoud et autre Djallit n’ont pu déranger ces  Espérantistes ayant apparemment bien préparé cette rencontre dont le gain est revenu le plus normalement du monde au plus réaliste. L’ESS vient non seulement de réaliser une mauvaise affaire mais un match terne et décousu. Il est temps de revoir la gestion technique du onze qui doit être la priorité du conseil d’administration devant, pour un moment, laisser de côté les querelles concernant leur positionnement dans le prochain organigramme des filiales de la société sportive.

Dj-Ben